Aller en haut Aller en bas


No Kidding [trailer] par Kim Hye Ri ♥

Nous manquons de Too Bad et de femmes ~
Pour faire passer une annonce cliquez ici

Partagez | 
 

 /FLASHBACK/ baby don't cry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Lun 30 Juin - 1:39
Je n’en revenais pas, il y a quelques jours, je filais le parfait amour et maintenant, j’étais seule. Je venais de me faire avoir et pas seulement dans ma vie amoureuse, puisqu’il était mon partenaire de danse, j’ai tout perdu, jusqu’à mes examens, passés avec brio et détruits par le plus gros coefficient que je devais réaliser avec lui. Il m’a laissé tomber et j’ai essayé d’aller mieux, de relativiser et de me dire que tout va bien, que j’ai encore de l’avenir. Mais non, je n’y arrive pas. Je me mords la lèvre et regarde mon téléphone, Dae Ho, je ne réponds pas à ses sms depuis deux semaines. Je suis chez moi, assise sur le canapé à chercher de quoi me détendre à la télévision, mais rien n’y fait. Ça fait deux semaines que je ne donne plus signe de vie, hormis quand je croise des gens que je connais. Je souris toujours, mais j’ai tellement mal au fond… je n’arrive plus à feinter aller bien, mes yeux commencent à être rouge alors que je me retiens de pleurer, je ne veux pas, non !

Je sursaute, pas le temps de penser qu’un caillou, puis deux viennent taper à ma vitre, j’ai vraiment peur que ce soit lui, qu’il vienne pour me ridiculiser encore, mais non, cette voix…
Je reconnais Dae Ho, il s’inquiétait au point de venir ? Je ne savais même pas que je lui avais donné mon adresse… j’aurais cru qu’il ne s’en souvienne pas surtout. Je suis obligée d’ouvrir sinon il va me harceler et ce n’est pas vraiment ce que je veux. Je souffle un bon coup et me recoiffe un minimum avec un chignon coiffé, décoiffé, tout en marchant vers la porte pour aller lui ouvrir. Je passe mon temps à pleurer sous l’eau chaude et à manger devant ma télévision, à regarder son statut sur Facebook, et ses messages sur twitter… j’espère qu’il regrette, mais au fond ça me ferait encore plus mal. Je souffle et j’ouvre la porte, enfin, pour voir mon blond de petit frère, puisque c’est un peu comme ça que je le vois.

« La prochaine fois que tu m’insulteras par la fenêtre, je te laisserai mijoter dans le froid, petit monstre »

J’ajoute une petite touche d’affection pour qu’il fasse la différence, parce que moi-même, j’ai beau mettre toute ma volonté quand je prends une intonation, elle reste toujours morne et si j’essaye de démentir, j’ai l’impression d’exagérer et de parler trop fort, ou de passer pour une folle. Je ferme la porte derrière lui et j’allume la lumière, pour qu’il ne s’embronche pas. Je me sens mal, je ne voulais pas qu’il me voie comme ça. Il y a pire, pour l’instant tout va bien, mais jusqu’à quand ? Il s’est déplacé… Dae Ho, se déplacer pour moi, ce n’est pas une première, mais c’est rare et je me sens encore plus coupable, j’aurais peut-être dû agir comme si de rien n’était pour qu’il ne s’inquiète pas. Je vais craquer à cause de cet idiot…

« Alors, qu’est-ce qui t’amène ? »

Oui, bon, il y a mieux comme question, la réponse est presque évidente, mais je préfère qu’il me le dise et que pour une fois, je puisse me sentir assez en confiance avec lui pour ne pas avoir honte de pleurer… parce que je sais que c’est ce qui va arriver d’une minute à l’autre.
avatar
avatar
Lee Dae Ho
I'M AN HEIR
here since : 03/06/2013
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: pris par untel / vide / etc...
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURS
FINIS
ABANDONNÉS
Liens utiles
Lun 30 Juin - 2:00
Au début j'ai ris en pensant qu'elle avait foiré son examen de danse, je l'ai chambré par message faute d'avoir pu lui dire de vive voix. Puis plus les jours passés moins les sms que je lui envoyais étaient moqueur, je ne me faisais pas de soucis pour elle mais le silence radio qu'elle m'imposait ne me plaisait pas du tout.
Finalement j'ai fini par aller à la pèche aux infos, elle est ami avec ma grande soeur alors j'ai fait l'incroyable effort d'aller lui parler. J'ai tambouriner si fort à sa porte qu'en l'ouvrant elle a manquée de s'en manger une. Dommage je suis bien d'accord mais heureusement aussi sinon cette idiote n'aurait jamais accepté de me parler.
Il en a résulté que même elle n'avait plus de nouvelles, elle a rit comme une otarie en faisant des sous entendus débiles sur "les sentiments de puceau que je devais ressentir pour sa super meilleure pote." que je n'étais qu'un " sombre crétin qui perdait son temps à courir derrière l'élite." Ma soeur et moi: le grand amour.

J'ai été patient, une semaine, deux semaines à cause d'elle j'ai loupé un examen blanc au lycée, n'aura-t-elle pas honte lorsque je lui dirais? Car oui j'y compte bien je veux la faire culpabiliser! En réalité je l'ai complétement foiré parce que j'ai préféré bâcler pour aller voir la sortie d'un film, une avant première très appréciable héhé.

Ce soir il fait bien nuit, normal vous m'direz, j'suis sorti tranquille sans prévenir, qui s'en soucierait, et j'ai rejoins sa bicoque minable non loin de là. En réalité elle vit à une bonne trot d'ici ça aussi j'vais lui reprocher quand j'arriverai à la sortir de son fief, pour qui me prent-elle j'suis pas son toutou moi. Les mains dans les poches, une boite de chocolats vissée sous le bras j'avance d'un pas calme, je sifflerai presque si je n'avais pas peur d'ameuter tout le quartier. Ici c'est un peu du foutage de gueule, tu te ferais égorgé qu'ils monteraient tous le son de leurs téléviseurs pour pas entendre mais si tu oses rien que siffler ou chantonner ils dégainent sans attendre la carabine. Ils ont l'air de tous avoir pratiquer le air-soft parce que j'm'en suis pris des belles étant plus jeunes, les balles en plastiques ça fait bien mal au dos si vous voulez l'avis d'un initié.


Arrivé devant sa maison je laisse la boite tombée dans l'herbe-pas tondu au passage- et me baisse ramasser quelques bout de gravier. Au début je vise une fenêtre mais après avoir bien resitué la droite de ma gauche je me suis empressé de rejoindre l'autre aile, avant de réveillé toute la maisonnette. Voyant que les p'tits caillasses ne fonctionnaient pas vraiment j'avais dans l'idée de balancer une énorme pierre trouvée sur ma route et que j'avais rebaptisé Kim Jong-Il pour l'occasion. Dommage cette nunuche a ouvert plutôt, j'aurai bien voulu entendre le verre se briser et sa voix de titan rugir au travers des murs en plâtre.

"C'est qui le monstre de nous deux? Tu te terres chez toi comme un bulot dans sa coquille. En plus t'as vraiment une sale gueule alors n'allume pas la lumière quand je passerais le bas de ta porte."

J'ai bien évidement au préalable enjambé la distance qui nous séparait, lui parant ainsi a toute envie de me claquer la porte au nez. Je la connais bien cette sorcière, c'est une sanguine!
Je me déchausse rapidement, j'ai beau faire le malin je ne ferai pas de vieux os avec elle si je lui tiens tête. Elle serait bien capable de me tordre le cou si j'osais entrer dans son salon avec mes baskets dégueulasses. Si c'était pas ma noona, si elle était pas souillée par l'amitié qu'elle entretiens avec ma sœur je suis sûr qu'elle aurait fait une épouse parfaite.

"Ce qui m'amène? C'est simple. Crois-tu que j'ai sms illimité? Oui bon je te l'accorde j'ai un forfait en or, mais mon temps n'est pas gratuit et j'ai mal au doigts à force de taper sur le clavier. "

J'ai déjà fait des bisous dessus les bobos sont partis. J'essaye de détendre l'atmosphère comme je peux, je suis un mec, je suis plus jeune je suis presque immature oui je l'assume alors ce n'est pas évident de prendre tout ça au premier degré...Elle a l'air peiné, je crois qu'elle a vraiment raté son examen et ça m'embête sincèrement. C'est la noona que j'aurai voulu avoir, pas l'autre sorcière qui pourri dans son donjon..

"Vous les intermittents du spectacle c'est toute l'année les vacances..T'en fais pas pour ton examen, tu le repasseras l'année prochaine ."

C'est pas facile d'être agréable hein! Je me torts dans tout les sens, les lèvres pincées je retiens toutes sortes de petite maladresses, de pics volontaire qui pourraient tout briser et me faire culpabiliser. Avant que mon visage ne tourne rubicond je tends la boite de chocolat à deux main, l'avisant d'un regard.

"Tiens, cadeau noona. J'ai mangé un peu sur le chemin, ils sont pas tous là mais tu as ceux que tu préfères."

Non en réalité j'en sais rien mais c'est le geste qui compte, non?
avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Lun 30 Juin - 3:29
Dae Ho n’est pas envahissant d’ordinaire, mais il est vraiment la dernière personne que j’aurais voulu voir ici. Il va me faire pleurer avec ses blagues idiotes, ces quelques vannes qu’il balance pour me détendre, ou pour se détendre ? Je me mords la lèvre, plisse les yeux et je n’ai pas le temps d’agir qu’il était déjà l’intérieur de l’appartement quand il m’a dit que j’avais une sale gueule. Je ne préfère pas lui répondre. Je lui demande ce qu’il vient faire ici et il me répond tout simplement qu’il en avait marre de taper sur son clavier, autrement dit, il voulait venir pour ne pas parler au vent, ce que je peux comprendre. J’ai vraiment agît bêtement, j’aurais dû lui répondre normalement, mais je n’y arrivais pas, le cœur n’y était même plus…

Intermittents du spectacle. Mon cœur se serre, je me mords la lèvre et le pousse vers l’intérieur doucement, avant de pendre sa veste au portemanteau. Il parle de mon examen. Je déglutis, je ne me sens pas très bien et je le regarde avec des yeux surpris, assez ronds, je crois que j’ai tout intérêt à faire autre chose avant qu’il ne comprenne.

« je suis sûre que tu aurais apprécié, il y a beaucoup de femmes à moitié nues en danse et elles ne ressemblent pas à des « thons » elles »

Mais pour les approcher, c’est une autre histoire. Je dois être la seule de ma promotion à avoir été aussi désespéré pour tomber sur la pire des ordures. Je ne veux pas y penser, j’essaye de me concentrer sur autre chose et il tombe à pic avec ses chocolats. Je regarde la boite et il parle de mes préférés, il ne les connait pas, j’en suis certaine et je souris avant d’ouvrir. Je vais littéralement me jeter dessus ce soir, j’en suis persuadée. Je referme doucement le couvercle et me dirige dans la cuisine en me rendant compte que les larmes sont en train de me monter. Je mets la boîte au frigo et je cherche, la tête dedans, de quoi boire en regardant un peu le plafond.

« C’est bien tenté les chocolats, si je ne te connaissais pas, j’y aurais cru ! Pour la peine, je te laisserais mourir de faim, mais pas de soif. Tu veux boire quoi ? J’ai du jus d’orange, de l’eau… du sirop et de l’eau. »

En somme, je n’ai plus grand-chose, à boire, comme à manger, mais c’est le dernier de mes soucis. En deux semaines, je ne risque pas de mourir par sous-alimentation, je mourrais juste de chagrin. Je me mords la lèvre et récupère deux verres quand il vient dans la cuisine, je refuse de le regarder, parce que là c’est sûr et certain, je vais me mettre à pleurer. Il est venu me voir pour se rassurer et au final, c’est moi qu’il essaie de rassurer, je n’aime pas quand les rôles s’inversent, c’est moi qui suis censée veiller sur lui, pas le contraire pourtant, je me sens totalement désarmée face à lui et ça me déstabilise d’autant plus parce qu’il ne m’a jamais vu dans cet état. Même quand nous étions petits, je n’ai jamais pleuré devant lui et je ne pense pas l’avoir déjà vu pleurer, même s’il est souvent venu à contrecœur vers moi pour une étreinte au moins et me jeter à la figure deux minutes après que je sentais mauvais ou plus tard, qu’il aimait bien sentir mes seins contre son torse… abruti.

Je marche un peu jusqu’au lavabo pour rincer les deux verres qui sont déjà propres, par souci et aussi parce que ça cachera le bruit de mes reniflements, prémisses du moment que je redoute le plus. Je ne veux vraiment pas que ça arrive, j’ai presque envie de lui dire de s’en aller, mais je ne le ferais pas parce que je me sens seule, parce que je suis un peu égoïste et qu’il est l’une des rares personnes avec qui je me sens vraiment bien. J’ai beau avoir honte, je préfère que ce soit lui que sa sœur ou… quiconque, parce que notre relation ressemble à celle d’un frère et d’une sœur. Je crois qu’il était au courant, comme quoi je sortais avec ce garçon, je me souviens qu’il avait voulu plaisanter en me disant qu’il m’emmènerait dans un chouette endroit : le couvant. J’avais ri sur le moment, mais j’aurais peut-être dû accepter en vue de la tournure des évènements. Je n’arrive plus à me retenir et j’étouffe mes pleurs par des soupirs, en croisant mes bras. Je suis appuyée contre la table, dos à lui qui est à l’autre bout. Mon autre main cache le haut de mon visage, je tremble légèrement, je m’en veux… mais je n’arrive plus à me contenir. Et j’ai encore plus de mal à l’accepter quand je sais que je me sens assez en confiance avec Dae Ho pour relâcher toute pression, d’un seul coup…
avatar
avatar
Lee Dae Ho
I'M AN HEIR
here since : 03/06/2013
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: pris par untel / vide / etc...
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURS
FINIS
ABANDONNÉS
Liens utiles
Lun 30 Juin - 23:42
Elle me laisse dans le salon, j’ai l’impression qu’elle me fuit et je ne suis pas vraiment prés à lui courir après. Venir juste qu’ici m’a beaucoup couté mais je ne pouvais pas la laisser plus longtemps se murer dans un silence que je ne comprends pas. Je n’ai jamais redoublé mais je n’ai jamais non plus passé brillamment mes examens de fins d’année. InSoon est une fille combative alors je me doute que cette mine de déterrée soit justifiée. Pourquoi une fille se mettrait-elle dans pareil état? Tout en songeant à ça je me laisse tomber dans le canapé, les bras croisés derrière la tête j’ai simplement pris la peine de déboutonner mon veston sans le ôter, trop pas le courage à vrai dire.
Me remettant de mon périple je tends l’oreille en ne la voyant pas revenir. Dans mes souvenirs sa maison n’était pas si grande que ça, qu’est-ce qu’elle fiche au juste? Redressé sur un coude je tourne la tête vers le dossier du canapé qui m’empêche de voir pour le coup. Grognant une fraction de seconde je finis par aller la rejoindre, me doutant qu’elle est encore en larmes, mais moi j’ai soif.

« Hey noona je vais me déshydraté si tu ne te décides pas à revenir… »

Elle est dos à moi, je vois son corps tressauter sous des trémolos qu’elle ne peut même pas contenir. Je me sens un peu con, je crois que cela m’embarrasse grandement, j’aurai préféré la retrouver énervante comme à l’accoutumais, pas comme ça. Je passe une main dans ma nuque, un sourire gêné fleurit sur mes lèvres alors que mes yeux cherchent quelque chose à fixer.
Elle ne s’est pas retournée, je crois que ce n’est pas plus mal, pour tout les deux. Je viens poser mes mains sur le plan de travail qui nous sépare, je n’arriverai pas à franchir les mètres qui nous séparent. Je n’ai jamais été tactile, ni avec mes parents, ni avec ma sœur encore moins avec mes amis. Je ne sais pas ce que s’est d’être réconforté, même quand j’aurai dû l’être il n’y avait jamais personne pour venir m’étreindre, faire disparaitre ce malaise profond.
Le ciel est toujours aussi sombre à l’extérieur, j’y jette un coup d’œil, le vent souffle fort il fait légèrement trembler les branches du chêne si imposant planté bien avant son emménagement au milieu de son jardin. Je suis déjà monté à cet arbre quand j’étais plus petit, ma sœur était venue la rejoindre pour parler garçon et moi j’avais dû la suivre parce que mes parents ne me laissaient jamais seul à la maison, ni avec la nounou. J’étais une vraie plaie étant gosse!
Alors vu que je n’avais pas le droit d’aller dans la chambre des filles j’étais consigné dehors, je montais dans le chêne, m’asseyais sur l’une des plus hautes branches et j’arrachais des feuilles, des glands si c’était la saison. Parfois je jetais un œil à son balcon, je ne me gênais pas pour faire le pitre InSoon ne me loupait jamais à croire qu’elle était déjà obsédé par moi cette sale couguar.

« Noona…Sers moi tes larmes si ça peut faire cesser tes pleures. »

Elle fait silence, j’attends qu’elle me réponde. Je pensais qu’elle m’enverrai sur les roses mais elle n’est clairement pas d’humeur. Elle est aussi fragile que les autres filles, je l’ai toujours vu comme différente mais ce n’est pas toujours le cas: visiblement. Est-ce une histoire de cœur? Je n’ai que dix-huit ans niveau relation je viens à peine de m’y mettre et de réussir à choper des filles…Je ne suis pas très cool non plus, je ne me fixe avec aucune en réalité c’est à celui qui en sautera le plus, JiHyuk me devance et de loin.
Mes doigts pianotent le marbre elle me regarde enfin, j’esquisse un petit sourire pour l’encourager à me gronder, j’espère que cela suffira à la motiver.
Je remarque qu’elle a déjà sorti des verres, alors je m’approche, ouvre son frigo pratiquement vide et en sors une bouteille d’eau, je nous sers et lui tends sa boisson, sans oser la regarder dans les yeux.


avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Mar 1 Juil - 2:09
Je n’arrive pas à me contrôler, je pleure comme une idiote et encore, je ne couine, je tente juste de me calmer, mais j’ai du mal avec Dae Ho derrière mon dos qui me dit qu’il va se déshydrater. Je déglutis et je regarde les verres, je n’y touche pas vraiment, j’essuie d’abord mon visage. C’est tellement difficile de penser à lui et de me dire que j’ai tout perdu. Il a suffi d’une seule journée pour que ça me tombe dessus, tout en même temps. Je suis en colère, mais je suis triste aussi de m’être fait avoir. Je frissonne quand sa voix retentit encore pour me dire de lui servir mes larmes. Je ris bêtement en me retournant, cet idiot va me faire pleurer alors que j’essaye désespérément d’arrêter. Il nous sert lui-même et me tends un verre en m’encourageant, il sourit, il est plus mal à l’aise que moi je croie. Je dois avoir une sale tête, cette fois-ci pour de vrai et il fait bien de ne pas le dire, comme quoi, si c’est un sale gosse il reste bien élevé, un minimum et ne profite pas de la détresse des autres, lui.

Je m’approche de lui après avoir bu quelques gorgées, je ne sais pas vraiment ce que je cherche, je n’ai jamais osé le prendre dans mes bras sans la moindre raison. Quand je le faisais, c’était pour l’obliger un peu, pour qu’il y ait autre chose que ces vannes qu’on se renvoie constamment, parce que je me suis vraiment attachée à lui, plus qu’à sa sœur, même si c’est mal. J’hésite un moment, je ne devrais pas faire ça, je me sens tellement faible que s’il me repousse, je vais être plus qu’embarrassée et je ne crois pas que je retenterais même pour « rire », de l’approcher de cette façon, de sitôt. Tant pis, j’en ai vraiment besoin, il ne comprendra pas et je devrais lui expliquer, mais j’en ai besoin.

Mon visage rencontre son torse et je me pose sans rien dire, pour quelques secondes en fermant les yeux, il peut s’enfuir s’il le souhaite, je ne veux pas le contraindre, je sais que ça doit être gênant pour lui, alors je brise le silence, le temps de reprendre suffisamment de souffle pour lui parler d’une voix enrhumée.

« Reste comme ça… juste quelques secondes de plus…s’il te plait »

Je ne lui ai jamais dit « s’il te plait », même si je suis toujours polie, j’ai l’impression de le supplier pour la première fois en le lui disant et ça me force à resserrer ma prise sur son veston. J’ai oublié, en deux semaines, l’effet que ça faisait d’avoir confiance en quelqu’un, en un garçon. Je ne peux pas dire qu’il est un homme, parce qu’il sort à peine de la puberté, mais il est amené à en devenir un. J’aimerais qu’il me berce, mais je ne vais pas trop lui en demander, j’arrive enfin à sécher mes larmes et à pouvoir le regarder dans les yeux alors que ni lui ni moi n’y arrivions. C’est idiot, parce qu’aussi proche, on aurait dû être gênés aussi, mais ça n’est pas le cas.

« Si tu répètes ça à qui que ce soit, je dirais à tous tes copains ce que tu faisais devant Pokémons… »

Je m’éloigne doucement et je caresse sa joue en lui souriant, je vais tenter de lui répondre assez clairement pour qu’il puisse suivre, il a déjà bien amorcé la chose, pour que je puisse me reprendre, autant ne pas gâcher cette chance, ce petit est plus intelligent qu’il en a l’air… et plus sensible, même s’il ne l’admettra jamais et que je ne le dirais jamais à voix haute devant lui, ça tuerait le peu de confiance qu’il a en lui quand je le mouche !

« J’ai pleuré sur ta veste, puisque tu voulais mes larmes. Ça t’apprendra »

J’essuie encore mes yeux et je tente un sourire. Je ne sais pas pour combien de temps je me sentirais « mieux », mais j’essaye, je fais des efforts, au moins pour ce petit monstre qui a fait le déplacement uniquement pour moi. Je me dirige vers le frigo et récupère les chocolats tout en déplaçant nos deux verres vers le canapé, pour qu’on puisse s’y installer, je ne vais pas lui demander de rester, mais je ne le forcerais pas à partir non plus en sachant qu’il se fait tard et que les lampadaires sont éteints à présent.

« Quels sont mes chocolats préférés ? »

Je lui souris, en sachant d’avance qu’il ne les connait pas, et je l’invite à me rejoindre. On va faire comme s’il ne s’était rien passé, il ne m’a jamais vu aussi faible et je ne veux pas qu’il me pense comme ça, si je veux assumer mon rôle de noona, autant ne pas lui donner l’occasion de parler de ça. L’avantage, c’est que, quand je pleure, je ne couine pas et je me retiens d’émettre tout son compromettant, ce qui n’est pas son cas, mais… c’est une autre histoire, je ne l’attaquerais jamais là-dessus si je sens que le terrain est un peu trop miné. Je renifle encore, mais, je me sens un peu mieux, j’espère tenir jusqu’à ce qu’il s’en aille même si je sais que s’il reste, ça ne sera pas possible. Mais plus il restera, et plus j’aurais la force de me relever. C’est assez complexe de définir le rôle de Dae Ho dans cette situation, à la fois une force et une faiblesse…
avatar
avatar
Lee Dae Ho
I'M AN HEIR
here since : 03/06/2013
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: pris par untel / vide / etc...
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURS
FINIS
ABANDONNÉS
Liens utiles
Mar 1 Juil - 2:37
Je m'en doutais, je l'ai vu dans ses yeux les filles sont toutes comme ça elles demandent sans cesse des étreintes comme si mon torse était fait pour recevoir des joues trempées de larmes. En réalité je ne souhaite lui faire accueillir que de grosses et belles poitrines, rondes et bien fermes ça, se serai le pied! Je me retiens de rire bêtement à ma remarque elle n'est pas fausse le pire, mais mieux vaut que je ne la fasse pas partager, InSoon n'est pas d'humeur à rire je le crains.
Mes doigts se resserrent sur le verre que je n'ai même pas encore entamé , mon autre main remonte dans le creux de son dos, je la presse un peu plus contre moi sans vraiment savoir que faire. Nos vêtements se froissent couvrant ainsi un minimum ses reniflements. Elle va mal mais je ne peux pas savoir ce qui cloche si elle ne se décide pas à cracher le morceau.
J'aurai pu, j'aurai dû me sentir en position de force, profiter de cette petite brèche pour jouer les coq et fanfaronner en la tournant en ridicule mais je sèche: je ne sais pas quoi dire.
Sans dire un mot je fais ce qu'elle me dit, elle est mon ainée et surtout elle est tellement forte d'ordinaire que j'ai peur de sa réaction si je la repoussais.
Pour anticipé un geste il faut au préalable l'avoir expérimenté, InSoon n'est pas faible, elle ne se laisse pas si facilement aller aux confidences et aux pleurnicheries, c'est ça qui me fait le plus douter.

Touché, coulé.

Elle a osé, je me recule d'un pas, la dévisageant avec effroi, j'avais presque oublié comment cette petite pimbêche pouvait être belliqueuse. Je la toise d'un air effaré avant de hausser les épaules: qui ne s'est jamais tripoté devant ondine et sa crinière de feu hein! Elle portait sans cesse des mini-short même sous la neige! Cette allumeuse.

"T'es séreuse là? Et moi j'peux te menacer de quoi? De dire à la meuf du pressing que se sont les pleures de ma noona qui ont tâchés mon veston de maque?!"

J'aimerai bien lui vider mon verre sur la tête mais elle est suffisamment mouillé pour aujourd'hui. Que Dieu me remette une médaille je ne me suis jamais montré aussi diplomate. Je crois que je deviens enfin l'adulte et qu'elle, elle montre la gamine qu'elle est au plus profond. Je la soupçonnais déjà de n'être pas très fufute mais là j'en ai la preuve. Mon verre claque contre le marbre, je reste faussement vexé par sa menace puérile, j'espère ainsi pouvoir lui redonner le sourire et peut être obtenir des excuses? lol noël avant l'heure si cela arrive.
Je chasse sa main d'un geste vif de la tête, je ne veux pas d'une caresse je ne suis pas un stupide clébard!
J'en viendrais presque à taper du pied pour qu'elle me remarque, je suis un homme elle se doit de me donner un peu plus de considération. M'a-t-elle changé les couches? Non j'crois pas alors rien ne justifie qu'elle joue les grandes avec moi...Sinon j'vais vraiment faire l'enfant et venir lui tirer les cheveux.

"Pas de soucis pour la veste je l'offrirai à mon fanclub, elles l'encadreront dans leur QG et elles créeront un autel tout autour, où elles me feront des offrandes. Belle fin de vie pour un blouson aussi luxueux."

Je la suis sans rien ajouter de plus, dehors le ciel est noir et la ville peu éclairée presque pas là où je vis. Je n'ai pas peur de la nuit je suis un homme je l'ai déjà dit et prouvé encore la veille avec une fille de mon cour de solfège. Je ne m'y rends plus mais les nanas elles, elles viennent à moi.
Je m'étale une nouvelle fois dans le canapé, à mon aise je viens déposer mes pieds sur la table basse, les bras étendus sur le dossier.
J'avise la boite, la bouche déformée par une petite moue songeuse, vite trouver un mensonge parce que je vais clairement avoir l'air d'un con.

"Je dirais tout ce qui ne sont pas marrant. Du genre ceux à la liqueur, à la noix de coco? Tu n'as pas une vie excitante noona, tes goûts en découlent. "

J'espère qu'elle va finir par être plus causante, je crois que j'ai toujours aimé les ragots, le savoir fait le pouvoir, je me tiens donc le plus à jour possible sur tout ce qui se passe autour de moi. Je veux tenir d'une poigne de fer mon entourage pour m'assurer que mes affaires perdurent mais en ce qui concerne noona c'est autre chose. Je suis curieux de savoir qui l'a rendu aussi triste, je crois savoir qu'il s'agit de son petit ami mais je veux en avoir le cœur nette: j'irai lui casser la bouche demain ou après demain si j'dors.

"Tu me laisses deviner? Il n'est pas uniquement question de cet examen n'est-ce pas? Tu m'as toujours dit qu'une défaite ne se traduisait pas par un contrôle rater. Pourquoi tu n'appliquerais pas cette devise pour toi aussi? Alors je crois...Je crois qu'il y a autre chose, vous les filles vous êtes complexe mais pas sur tout. Je pense qu'un garçon est la cause de toutes ces petites larmes qui roulent sur tes joues et de cette bave mêlée de morve qui a souillé ma veste."

J'écarte de deux doigts les pans de mon vêtement, lui jetant un regard entendu. Je croise les jambes toujours aussi bien installé, mes mots vont peut être paraitre dure, moqueur, et mon timbre froid sans compassion mais je peux me montrer dur. Je suis un sale gamin arrogant, je ne profiterai pas de son état diminué pour l'enfoncer un peu plus mais je ferai tout pour la tirer vers le haut; quitte à ce qu'elle devienne violente envers ma magnifique personne.
avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Ven 4 Juil - 20:42
Je n’aurais jamais cru pleurer dans les bras de Dae Ho un jour, je me rends compte que c’est pitoyable et qu’il ne m’a jamais vu dans un tel état. Ce qui me prouve qu’il est fiable c’est qu’il ne me repousse pas et ne profite pas de cet état-là pour m’enfoncer un peu plus. Il a beau prétendre être un gamin exécrable, il ne l’est qu’à moitié, par des plaisanteries qu’il n’est certes, pas le seul à apprécier, mais qui font beaucoup de grabuges autour, notamment moraux. Je tente de le faire sourire, ou plutôt j’essaye de me remettre, il m’aide énormément et puisqu’il voulait que je sois comme d’habitude, je reprends mes aises doucement. C’est étrange tout de même, il resserre ses bras autour de moi et je manque de pleurer de plus belle, je suis émoustillée pour un si petit geste de sa part. Il n’a jamais été très tactile, contrairement à moi, mais il fait des efforts pour moi… ça me rend folle, ce n’est pas l’homme parfait, mais le petit frère parfait, oui. Je parle d’ondine, la petite rouquine de Pokémons et je souris en me reculant. Il réagit assez bien malgré sa tentative de menace et je lui fais un clin d’œil qui veut dire beaucoup. Il ne comprendra peut-être pas, mais je le remercie de n’avoir pas changé de comportement envers moi.

« Tu ne peux pas me menacer, je suis ta noona ~ »

Le blouson aura bel et bien une fin de vie particulière, comme je m’y attendais. Pour quelques animaux, Dae Ho aurait fait bien pire qu’un fan-club. Je suis surprise qu’il repousse ma main, mais je l’ébouriffe quand même, peu importe s’il n’aime pas être traité comme un gamin, il en est et sera toujours un à mes yeux, même si, évidemment, il devient un homme, j’en suis consciente. Je renifle encore avant de sourire et de l’entraîner avec moi sur le canapé. Il ne sait pas quels sont mes chocolats préférés et pour la peine, j’en mange un pour le lui montrer. Il n’a pas totalement faux.

« Noix de coco, oui, alcool, non, bien tenté, tu es chanceux, mais la prochaine fois je t’aurais »

Je ne suis pas très fan du mensonge, même si là, ce n’était pas son but, il voulait simplement m’embêter et me pousser à être surprise, pour mieux m’avoir quand je découvrirais que non, il ne connait pas mes goûts, du moins en termes de chocolat. Je sais un peu tout de lui, peut-être pas quelle est sa couleur fétiche, ni même la marque de son téléphone, mais sans le moindre problème je sais quand il va bien, quand il est contrarié, quand je peux l’approcher ou non. Je sais aussi comment le rendre plus docile, enfin… m’en faire obéir parce que le maîtriser, physiquement c’est impossible et mentalement, pour le raisonner, il faut juste être un tantinet sadique.

Je me tais finalement, et c’est lui qui prend la parole pour me tenter de deviner ce qui m’attriste autant. Je suis surprise, assez choquée même qu’il veuille savoir à ce point. Je ne suis pas quelqu’un de très bavard sur ma vie privée, j’essaye de l’en éloigner pour garder une distance raisonnable, il est comme mon petit frère, certes, mais il m’a appris à devoir me méfier un minimum de lui, pour ne pas lui donner l’opportunité d’ouvrir sa bouche ou de me faire du chantage. Bien entendu, le plus important il le sait, mais quand j’ai quelques coups de barres, je n’ai jamais voulu qu’il le sache. Là, il a tout su d’un seul coup… il m’a vue dans tous les états possibles et imaginables.

Je ne sais pas quoi lui répondre, je pense à mon ex-petit ami, celui qui m’a effectivement, brisé le cœur, celui qui a ruiné mon avenir et je déglutis pour retenir quelques larmes et ne pas être tentée de déverser tout mon soul. La dernière chose qu’il dit, aussi peu ragoutant que cela soit, me parait mignonne et m’arrache un semblant de sourire avant que mes yeux ne se détournent des siens.

« Tu retiens les conseils que je te donne ? Je suis surprise, c’est très plaisant de savoir que j’ai pu t’enseigner ça, mais tu le prends un peu trop au pied de la lettre ! »

Il écoute seulement quand ça l’arrange ? Non, il écoute, mais il ne dit l’appliquer que pour ses contrôles qu’il rate. Dae Ho est une tête brulée qui se donne des airs et qui ne l’est pas tant que ça, du moins c’est l’impression que j’ai et quand bien même il en serait une, il n’a pas mauvais fond et c’est tout ce qui compte.

« Quant au reste, tu as raison, j’ai sali ta veste avec mes pleurs pour le danseur avec qui je devais passer mon examen en duo. Il me trompait et il a mis une autre fille enceinte. »

J’ai du mal à en parler, je suis en colère, je suis triste, je l’aimais et j’aimais tellement ma vie, à présent tout ce qu’il me reste de ça ceux sont mes études, des années foutues en l’air à cause de cet idiot, mon cœur brisé à cause d’un homme qui m’aimait peut-être, mais pas suffisamment pour rester avec une seule. Je pleure une nouvelle fois, mais je déteste ça, parce que je ne le contrôle pas.

« Ne deviens jamais comme ça Dae Ho, même si tu es un pervers, ne trahit pas ce peu de confiance qu’on t’accordera parce que si ça te semble futile… l’autre sera dans le même état que moi. De toute façon, tout se paye et je suppose qu’il l’a payé de sa liberté »

C’est horrible ce que je dis, mais si je pouvais l’empêcher de devenir un homme, un coureur de jupons, si j’avais la certitude qu’il ne ferait jamais cette erreur, alors je serais déjà plus soulagée. Il est comme mon petit frère et je ne supporterais pas qu’en m’ayant vu comme ça il se comporte comme un imbécile sans cœur. Je n’aurais peut-être pas dû le mettre en relation avec ça, mais ce n’est pas une insulte, c’est un nouveau conseil qu’il appliquera s’il a assez de cœur, ce dont je ne doute pas.

Je me sens quand même mieux d’en avoir parlé, même si Dae Ho ne comprend peut-être pas toute l’ampleur de la chose, il est quand même concerné, puisqu’en ce moment, ses hormones le poussent à parler de fesses souvent, je ne suis pas idiote, il grandit, il devient un homme, peu importe ce que je dirais…

« Autre chose que tu voudrais savoir ? »

Je le lui demande, puisque je suis amenée à tout lui dire, alors je préfère le laisser avancer ses questions plutôt qu’il ne me surprenne comme ça et que je ne me sente ridicule à être si prévisible.
avatar
avatar
Lee Dae Ho
I'M AN HEIR
here since : 03/06/2013
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: pris par untel / vide / etc...
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURS
FINIS
ABANDONNÉS
Liens utiles
Ven 4 Juil - 21:26
Elle se défendait toujours de cette façon, qu'elle avance n'importe quel prétexte elle n'est pas ma vraie noona, ma vraie sœur. Ce n'est qu'une ainée que je me dois de nommer ainsi. J'ai grandi dans de nombreux pays et j'ai eu beaucoup de mal après pour employer tout ces suffixes polis dont je ne comprenais ni le sens ni le rôle. On est inférieur alors on élève l'autre, cette fourbe sorcière m'a rapidement mise au pas. Quand je suis arrivé il y a bientôt huit ans elle était déjà amie avec ma sœur. Il faut savoir que j'ai fait pas mal d'aller et venu, la Corée je connaissais déjà mais je n'y restais jamais suffisamment longtemps pour m'y attacher et garder un souvenir vif. De InSoon par contre, c'est différent. Elle avait des manières de coréenne, elle était même du genre traditionaliste, déjà à son âge elle me rendait pas mes jouets si je ne lui demandais pas de façon formelle. Je la maudissais, faisait tout pour pouvoir me venger. Une fois j'avais rempli ses petits souliers cirés de sables, une autre fois j'avais mit du sel plutôt que du sucre dans son chocolat chaud. J'étais un vrai petit diable mais elle le méritait, elle appuyait les dires de ma sœur comme si ces deux folles furieuses s'étaient données comme but de pourri mon enfance. Pauvre de moi je vais vite aller rédiger un livre sur ma vie!

Je la regarder en avalé un entier à la noix de coca, dans un ravalement de salive je fais redescendre tout ceux au caramel que je lui avais chiper avant d'arriver. Elle sait pas ce qu'elle fait sinon elle le ferai avec plus de précaution, j'ai l'estomac fragile et je n'ai pas une grande volonté, au pire elle nettoiera. D'ailleurs en reparlant de ça, ce n'était pas du vol à proprement parlé, jusqu’à ce que j'arrive chez elle cette boite m'appartenait ! L'échange n'était pas fait et je n'avais pas formuler la phrase qui concluait l'offre, en clair je n'ai absolument rien à me reprocher~.

"En réalité j'ai rapidement compris que vous les filles parliez toujours pour rien dire. Je fais un gros mixte, je secoue bien et seules les choses primordiales ressortent. Imagine si nous les hommes devions vous écouter et tout emmagasiner, ce ne serai pas supportable~."

Je n'aime pas ma sœur ainée et InSoon l'a toujours su. Elle n'a jamais hésité à faire la liaison, elle voulait à tout prix nous rabibocher, quitte à jouer l'agent double. Elle n'a pourtant jamais été une traitre, je ne lui confiais rien mais elle m'a surpris entrain de faire ou de m'apprêtais à faire des crasses à ma sœur et même si elle déjouait rapidement l'acte elle ne lui en parlait pas, elle ne venait même pas m'en reparler. Sans mauvaise foi je crois que InSoon est une fille bien qui se laisse malheureusement trop marcher sur les pieds. Avec moi elle sait ouvrir sa bouche mais dés lors que la personne en face semble insaisissable son dos s’arrondit et ses traits s'adoucissent, j'ai toujours su que c'était qu'une soumise !

"Je savais qu'il s'agissait d'un mec, les autres mecs savent ces choses là noona, j'ai déjà brisé le cœurs de pas mal d'entre vous, tu n'imagines pas comme je peux être un vrai sniper!"

Je m'en vante même si je sais qu'en sa présence pareil aisance et nonchalance ne passeront pas très bien. Quand elle poursuit pour tout m'avouer j'avoue me trouver un moment un peu con, parce que j'ai franchement mit les deux pieds dans le plat, en y sautant pour éclabousser tout partout. Je grimace légèrement, j'ai parlé trop vite et j'aurai mieux fait de me taire.
Je reste silencieux, pensif assit le dos droit le regard fixé sur un des meubles de son petit salon.
Elle me met en garde, sa voix est tremblotante, je la dévisage finalement, un long moment sans dire un mot..Je ne veux pas devenir ce genre de garçon mais je crois que je suis déjà perdu. Je n'assume pas à ce moment toutes les filles que j'ai fait pleurer, alors que je le revendique haut et fort lorsque je parle avec mes potes. Pas cool pas cool.

"C'est le mec avec qui je t'avais vu un jour? Je peux aller le frapper tu sais? Je suis qu'un connard moi aussi Noona mais je suis jeune et puis même si je couche avec des filles je ne ferai jamais l'erreur de le faire sans ...protection?"

Bon là ça devient trop solennel je n'aime pas du tout ça! Elle arrive vraiment à me faire dire n'importe quoi. Une question me taraude toujours, je sais que noona fait de la danse et même si je ne me suis jamais vraiment intéressé à tout ça je préfère couper court au sujet de ma vie sexuelle parce que ce n'est pas très glorieux, moralement parlant.

"Tu n'as pas passé un concours pour ta fin d'année en danse?"


avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Ven 4 Juil - 22:53
La moue qu’il m’offre me fait sourire immédiatement, mais j’essaye de le cacher. Dae Ho n’aime pas quand je saute sur l’occasion pour lui rappeler qu’il m’appelle noona. Je sais que je ne suis pas sa sœur et que leur relation est tendue, mais je l’aime comme un petit frère, même si je ne le lui dirais jamais directement. J’aimerais pouvoir les réconcilier, mais sa sœur est différente, elle m’inspire moins confiance. J’ai toujours l’habitude de trainer avec des garçons plutôt que des filles, alors j’imagine que c’est normal. Il parle de la façon de faire des filles et je plisse les yeux, cet avorton ose confirmer mes doutes et je lève les yeux au ciel en savourant le chocolat une dernière fois.

« Je dois t’avouer qu’on fait de même, vous êtes peu bavard et il est si facile de vous tenir… je ne dirais pas, en laisse, mais un jour tu tomberas sur la fille de tes rêves et elle t’en mettra une ou ce sera tout comme, elle te mènera par le bout du nez en te tenant par le petit oiseau »

J’essaye de modérer mes mots, je n’aime pas parler vulgairement devant lui ni devant qui que ce soit d’autre, mais je dois avouer qu’il me cherche un peu. Il tente de deviner et il met la main dessus. J’étais déjà contrarié à l’idée de devoir rétablir les choses, mais savoir qu’il n’en ait rien et qu’en vérité, comme toutes, je me suis fait avoir, ça me touche énormément.

Il se vante d’avoir brisé des cœurs et je me vexe assez facilement pour la raison suivante : je suis quand même en larme devant lui. Je n’arrive pas à retenir et je lui dis ce qu’il en est, ça le surprend énormément, mais voilà, il est ce qu’il est. Il assume peut-être, mais quand n’est-il quand il me voit comme ça ? Est-ce qu’il pensera à moi avant de quitter le lit de ces filles ? Au moins qu’il ne mente pas sur ce qu’il compte faire… ça l’arrangerait plus qu’il ne le pense, les sévices moraux sont toujours les plus douloureux.

« hm… à croire que tu défends plutôt le statut de connard que celui de l’idiote qui est tombée amoureuse, c’est presque décevant »

Je ne le critiquerais pas, il est jeune, comme il l’a si bien dit, mais pourquoi me le dire maintenant ? Je ne suis pas idiote, je me doutais bien que Dae Ho pensait plus à faire la fête et suivre ses amis qu’à se soucier d’une fille dont il n’a pas envie de s’enticher, mais prendre des précautions c’est aussi ne pas faire miroiter quelque chose quand on n’a pas l’intention de tenir ses promesses… ah, ça ne me regarde pas, je ne devrais pas lui parler comme ça. Je me masse la nuque et tente de respirer un peu mieux en prenant une grande inspiration, essuyant mes joues.

« Oui c’est lui… et lui casser la tête ne servirait à rien, il paye déjà, n’est-ce pas ? Il va devenir père, autant le laisser se débrouiller. Mais… crever ses pneus et quelques bricoles du genre… c’est tentant »

Ça lui fera les jambes, il aura doublement mérité ce qu’il m’a fait. Je me replie contre moi-même à défaut de pouvoir bénéficier d’un nouveau câlin, je ne me risquerais pas à le lui demander. Puis demande, comme je le lui ai dit. Je m’étonne qu’il soit aussi intéressé et je serre les dents avant de me détendre un peu.

« C’était le plus gros coefficient que je devais passer avec lui. En plus de m’être fait prendre pour une bille, j’ai fait confiance à quelqu’un qui n’en était pas digne pour un examen conséquent… je ne pense pas que je retenterais les examens, je n’ai pas pu m’y présenter, j’ai dansé seule sur une chorégraphie à deux. Si je dois retenter, ce sera à deux également et je ne m’y risquerais pas »

À qui faire confiance maintenant ? Je ne sais plus quoi faire, c’est pitoyable. Je le regarde enfin et je tente un sourire.

« Je me débrouillerais surement, ce n’est pas un problème. Sinon, il est assez tard… tu vas devoir rester ici pour la nuit, ça te gène de dormir avec noona ? »

Je n’aurais partagé mon lit avec personne, mais je ne crains rien de ce petit bout d’homme et lui comme moi avons besoin d’une bonne nuit de sommeil. Je compte sur son unique présence pour m’apaiser et me faire rattraper les quelques nuits troublées que j’ai passées, mes cernes sont gros comme des valises et peut-être qu’elles seront moins lourdes demain. J’aime le taquiner et c’est l’occasion de détourner la conversation comme il l’a si bien fait plus tôt. Je ris légèrement, il était mal à l’aise de parler de sexe avec sa noona ? Ou juste parce que ça le concerne ? Peut-être les deux, je le relancerais surement pour le mettre mal à l’aise, quand je m’en sentirais capable.

« Lève donc cette veste qui te fais des bras musclés alors qu’il n’en est rien, tu n’en auras pas besoin pour dormir, hm ? Je te prête un pyjama ? »

J’ai la fâcheuse manie de porter des pyjamas pour homme en général, je suppose que la plupart ne les mettent pas et dorment en caleçon. Je m’y sens bien, c’est plus large, plus confortable selon moi ils pourraient lui aller, même si la proposition est assez douteuse, j’attends qu’il me dévisage avant de lui avouer que je ne lui tendrais pas de nuisette. Je suis épuisée, j’essuie mes yeux et avale un autre verre d’eau avant de ramener mon verre dans la cuisine et de venir ébouriffer ses cheveux une autre fois. Il est encore assis, il est donc plus bas que moi, je peux profiter comme je le souhaite, mais pas trop !
avatar
avatar
Lee Dae Ho
I'M AN HEIR
here since : 03/06/2013
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: pris par untel / vide / etc...
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURS
FINIS
ABANDONNÉS
Liens utiles
Sam 5 Juil - 0:11
Je m'étais déjà dit que ces filles dont je me suis moqué avaient du pleurer, mais finalement le voir en face c'est beaucoup plus déplaisant que je l'imaginais. Si l'une d'elles était revenu face à moi en larme peut être que j'aurai réagit avec dédain, c'est sans doute ça oui, c'est la tristesse de InSoon qui me dérange.
Son copain n'a été qu'un con, qu'un goujat mais malheureusement je suis de la même trempe. Je trompe mon monde et me moque indirectement de mon amie, je la réconforte alors que je commets les mêmes erreurs, ce n'est pas sympa je le reconnais.
Forcement elle le prend mal et cela ne m'étonne pas. Je me sens étranger, j'aurai dû partir quand elle a commencer à vouloir me prendre contre elle: ce n'est pas ma place nous sommes amis certes mais pas de ce genre là.

"Il n'est pas obligé d'assumer le bébé, il va peut être reprendre sa vie de débaucher et faire souffrir d'autres filles. Les autres je m'en moque tu sais, c'est toi qui compte Noona."

Si il a une caisse c'est clair que j'irai lui rayer et lui crever ses pneus, si j'arrive a convaincre JiHyuk il pourrait carrément voler la caisse pour moi..et on ira la bruler à la sortie de la ville. Je souris victorieux cette petite idée va se faire une place dans mon esprit et elle n'y dormira pas pour l'éternité. Je vais mettre tout ça en action très vite.
Moi je suis un mec qui en a que faire des cours, mais tout le monde n'est pas dans mon cas. -je m'en réjouis par ailleurs car sinon je ne saurai pas quoi faire pour me démarquer, pour paraitre cool et différent des autres mecs. La concurrence est rude, les filles aiment les bad boy, je suis sûr que j'en suis un.
InSoon est une nana qui a toujours été sérieuse, elle en est même ennuyeuse, mais c'est une qualité que je ne peux pas lui ôter, c'est un joli cygne, abattu en plein ciel par un ingrat, par un type qui n'a pas su voir la perle qu'il avait juste sous les yeux.
Bon plutôt crever que formuler ça comme ça hein.

"Que compte tu fais alors? Entrer au conservatoire? Si tu n'as pas ton diplôme tu ne pourras presque rien faire. Ma sœur n'a pas de filon pour toi? Elle est violoniste cette conne."

Moi je suis violoncelliste mais je n'y touche plus depuis la fin du collège. je ne veux pas redevenir ce petit con instrumentalisé par des parents à peine présent, les concerts, les galas j'aimais ça mais j'ai fini par me faire rattraper: cette flemmardise est très puissante et obstinée!
J'ai perdu goût à la musique, je n'aime pas grand chose en fait et je me lasse donc rapidement.

Elle joue les mamans, je grogne et me relève,sans l'attendre je vais vers sa chambre laissant ma veste sur le meuble dans son couloir. Je ne fais attention à rien je ne suis pas soucieux ni très attentionné, je n'ai pas le temps pour ces manières de bonnes femmes. Dans la chambre il fait sombre, ça pue le renfermé elle nous a vraiment jouer un remake de tout ces films à l'eau de rose suintant la pitié et les pleures de femmelette? je suis déçu et moi qui pensais que seul notre éloignement créer pareil trouble chez elle: je vais avoir du mal à m'en remettre~.

"Normalement je dors à poils mais bon, pas envie que tu te mettes à fantasmer tu dois respecter ton deuil."

Je ris bêtement pas sûr qu'elle m'ait entendu mais c'est tant mieux! J'enfouis mes mains dans mes poches de jeans, les bras nus je ne retiens pas un frisson désagréable. Je ne sais pas si cette chambre m'inspire confiance.

"Je sais que le sujet est délicat noona mais...Tu n'as rien fait dans cette chambre pas vrai? Même changer les draps ne retire pas...le souvenir de deux corps enlacés, transpirants, haletants...j'ai envie de vomir mes petits chocolats là.."
avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Mar 12 Aoû - 0:24
Dae Ho est mal à l’aise, je me demande s’il va s’en aller, j’ai peur qu’il le fasse, qu’il me laisse seule et qu’il ne vaille pas mieux que mon ex-petit ami. J’ai peur et je tremble un peu, je cherche à ne pas y penser, je l’ai mis en garde, mais il ne l’a pas trop mal pris, au contraire, je pensais qu’il me dirait quelque chose et il a été plus sage que moi, ce qui m’impressionne assez pour le considérer un minimum comme un égal. Encore que je ne l’ai jamais véritablement diminué, jamais d’une façon très mauvaise au point de le briser, je ne me le permettrais pas sans raison et il ne m’en donne aucune qui vaille la peine. D’ailleurs, je ne serais sans doute pas capable de le faire, même pas par respect pour sa sœur, mais parce qu’il est comme mon petit frère et qu’à avoir mal je préfère que ce soit moi uniquement plutôt que lui avec, ce n’est pas à moi de le remettre à sa place, même si je l’ai fait quelquefois, ça me concernait, et là, ça ne serait pas de mon ressort. Je m’imagine de ces choses…

Il me propose de lui faire payer et il n’a pas tort quand il dit que cet imbécile pourrait ne pas assumer l’enfant, ce serait pire que ce que je pense alors, et je ne lui pardonnerais jamais.

« Dans le doute qu’il soit vraiment si peu fiable… fais-toi plaisir, je me sentirais peut-être mieux… »

Grâce à toi, oui, grâce à toi, mais je ne le dirais pas, c’est bien assez gênant comme ça. On parle de mon avenir et c’est assez délicat, mais tant pis, je veux bien lui dire à quel point je suis désespérée, en tentant de le rassurer un minimum pour qu’il ne me voie pas comme une victime un peu trop… victime. Il cherche des solutions, je trouve ça presque mignon. Il ne veut vraiment pas me voir abattue et je vais faire en sorte de ne pas l’être. Je n’aime pas comme il parle de sa sœur et je lui mets une petite tape sur l’épaule.

« ne dis pas ça… je vais trouver, je peux très bien me reconvertir et passer des épreuves en candidat libres, mais je n’ai pas la force de le faire pour l’instant, alors je pense que cet été je vais travailler et me détendre et… réfléchir à ce que je ferais ensuite »

Je préfère me donner du temps pour ne pas me précipiter et prendre le tout à la légère, je risquerais de me perdre plus que de m’y trouver et je n’ai pas envie d’être un déchet plus que je ne le suis déjà. Je préfère jouer les noona pour l’enquiquiner et changer de sujet. Il n’aime pas ça et fonce dans la chambre, de quoi me faire rire, il ne compte pas partir et c’est idiot, mais je suis rassurée. Je lui propose un pyjama, il n’a pas tilté, tant pis, il sera surpris de voir que j’en porte et pourrait peut-être même croire que je les conserve comme reliques alors que ce ne seront pas les siens, mais les miens vraiment.

J’entends à peine la fin de sa remarque quand je sors du placard au fond du couloir les deux pyjamas, je rentre dans la chambre et soupire.

« Oh oui, tu as raison, prenons des précautions pour que je ne me rabatte pas sur ton corps tout plat, à l’exception de ton postérieur plus rebondit que celui d’une danseuse »

Il ne va peut-être pas apprécier, mais au moins ça me fait rire et ça me détend, surtout que ma voix tremble encore légèrement, il parle de deuil… et je sais que je dois le faire, que je dois assimiler tout ça. Au bout de deux semaines, j’aurais dû, mais j’ai encore très mal, ce n’est pas deux ans de ma vie qui sont parties en fumées… après tout, deux ans et plus même. Je le laisse parler et perds mon semblant de sourire quand il parle de draps, de corps. Je prononce un « arrête… » Qu’il n’a pas entendu et je retiens mes larmes tandis qu’il parle d’aller vomir.

« Toilettes, à gauche. »

Je n’arriverais pas à lui répondre par des paroles construites et plus évoluées, je prends le pyjama, le lui tends et lui tapote l’épaule gentiment. Je sais qu’il ne l’a pas fait exprès et je lutte pour ne pas pleurer, il me suffit de penser à sa vision, au fait que, lorsqu’il était plus jeune, il détestait qu’on tente de l’embrasser et feintait presque de vomir, au fait qu’il n’a jamais supporté un seul de mes petits amis. J’ai un protecteur insoupçonné, je ne m’en sous même pas rendus compte et je ne me risquerais pas à lui dire. Une fois mon souffle revenu, je ferme lui répond avec humour.

« Qui sait ? Tiens, c’est un de mes pyjamas, pas les siens »

Même si ça lui irait comme un gant, j’imagine, je ne veux pas qu’il lui ressemble, je refuse qu’il devienne aussi mauvais, je refuse qu’il fasse des erreurs pires que les siennes et même si ça n’est pas mon rôle, je veillerais à ce qu’il ne devienne pas un enfoiré. Je sais qu’il a bon fond et je compte sur ce fond pour évincer tout le mal qu’il pourrait faire, consciemment ou non, sans non plus le harceler. Ah, vraiment, c’est fou ce qu’il m’inspire. A croire que je me sens redevable envers lui au point de vouloir lui faciliter la vie, vraiment, je me surprends et je me choque même !

« Je te rassure, je n’ai jamais rien fait dans ce lit… ni dans cette pièce ni dans aucune autre »

Entre temps, il faut dire qu’on avait décidé de prendre un appartement ensemble et qu’on l’occupait plus que le sien, plus grand, ou que le mien. Il est déjà venu, mais il n’y avait pas la place pour s’entraîner contrairement à son domicile. Je comprends mieux maintenant. Je me mords la lèvre et préfère aller me mettre en pyjama dans la salle de bain, le laissant occuper la chambre, le temps que je retrouve un peu mes esprits et que je me change.
avatar
avatar
Lee Dae Ho
I'M AN HEIR
here since : 03/06/2013
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: pris par untel / vide / etc...
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURS
FINIS
ABANDONNÉS
Liens utiles
Mar 12 Aoû - 1:12
Je l'imagine déjà revêtir le joli uniforme des caissières de la supérette chinoise à l'autre bout de la ville. Je suis cynique mais je sais qu'il n'est pas évident de passer un examen en candidat libre, elle ne pourra jamais tenir le rythme avec elle-même pour seul professeur. J'ai beaucoup déménagé dans mon enfance, mes parents nous ballotaient moi et ma sœur de pays en pays et résultat? Je n'ai jamais été une lumière en plus d'être moche est pestiféré. La danse c'est autre chose et je sais bien que Noona est dû genre acharnée mais j'aimerai bien qu'elle se réinscrive dans son école, histoire qu'elle ne se coupe pas du monde. Est-ce qu'elle est aussi sociable que ça? Si elle ne tente pas elle ne saura pas et puis je me dis que peut être ainsi elle retrouvera un mec? Un autre de ces dégénérés en tutu et collant de gonzesse, super!
Je tic lorsqu'elle ose faire allusion à ces rebondies parfaites qui en font baver plus d'unes et qui en rendent dinguent des centaines d'autres. Les filles raffolent des fesses bien dessinées, c'est un mythe de croire que tout ces décérébrés au caleçon qui dépasse du baggy sont la représentation même du kiff féminin. en vrai ce qu'elles veulent, c'est un mec grand, musclé ou non tout dépend de la gueule et de la façon de se vêtir mais le point important, que tout garçon doit posséder c'est une belle paire de fesses à saisir durant les moments torrides! La première fois qu'une conquête m'a empoigné de la sorte je l'ai dévisagé, je me suis retenu de lui emmancher une même ! Mais ça à recommencé, avec une nana différente et il y en a même une qui en me matant me rhabiller m'a fait un compliment ...C'est déroutant mais je prends quand même~ je suis officiellement les fesses d'or de ma fac. Amen.

"Tu es jalouse espèce de limande, regarde toi tu pourrais facilement passer entre les lattes de ton lit, ni les lolos ni les fesses ne généraient..à peut être ton nez un peu trop long, ou les os de tes genoux: sorcière."

Je la taquine, elle s'en doute je n'ai aucune remord à la brusquer de la sorte mais je vais tâcher de modérer mes propos car ces douces paroles sortent si facilement de ma bouche décomplexée que je vais finir par ne plus pouvoir me contenir et là...la troisième guerre mondiale sera déclarée. Je me retourne en ricanant, je ne pense pas que Noona est le genre de fille à faire des folies de son corps dans sa chambre de petite fille et au vue de la gueule qu'elle me tire je crois que j'ai raison. Je ne préfère pas vraiment repartir sur ce sujet là, j'ai été idiot, j'ai la sensation de foirer un peu tout là depuis mon arrivée, bien sûr je lâche des paroles au hasard qui ont un impacte positif sur son état mais tout ça est balayé dés lors que je cherche à faire de l'humour. Je devrais vraiment penser à m'éloigner de Jihyuk, ce beauf de première.

Elle me tend un vêtement, je crois que j'ai l'air un peu réticent car elle me calme directe en mode froideur extrême. Je ne rétorque rien, en fait je l'ignore comme un gosse en détournant la tête, le menton levé. Elle s'éclipse j'en profite donc pour me changer, mon corps de mannequin se retrouve en tenu d’Adam -ou presque je ne vais quand même pas me risquer à me mettre la nouille à l'air alors qu'elle n'est pas loin du tout, c'est comme un lynx elle va venir me cisailler tout ça et j'aurai plus que mes yeux pour pleurer.- Puis une fois le bas enfiler je m'affaire à trouver le sens de ce t-shirt informe, sans motif pour me servir de repère. Après avoir batailler avec ce chiffon j'arrive à extraire ma tête et reprendre mon souffle il s'en ai fallu de peu pour qu'elle découvre mon cadavre asphyxié à son retour. J'avais perdu l'équilibre dans ce combat moi vs le pyjama moche, j'avais même emporté dans ma chute un bibelot étrangement, un espèce de trophée plaqué or ou recouvert de feuille d'or je ne sais pas trop, je ne préfère pas tenter de le découvrir à l'aide de mon ongle j'ai trop à perdre sérieusement. Je détaille la petite danseuse qui surplombe une demi-sphère scintillante, ce truc là est bien briqué, je crois que Noona y tient vraiment beaucoup..J'aurai dû faire de la danse comme ma mère m'avait proposé, ma tante tient un conservatoire à Busan, mais je me disais qu'avec ma gueule je me faisais déjà suffisamment emmerder alors autant ne pas distribuer à la terre entière des bâtons pour me faire battre. Si j'avais été un de ces bonhommes fragiles en collant peut être que j'aurai pu lui être plus utile, forcément j'aurai été moins bien foutu-même si je ne suis pas bien épais- mais j'aurai réussi à la soulever de terre..Elle aurait eu une mention excellente un truc qu'elle obtiendra jamais avec un autre gars..Je ris un peu, mais ne peut m'empêcher de me souvenir de ces représentations où ma nourrice trainait. Il faut savoir que je suis arrivée ici à douze ans mais que j'ai eu une gouvernante jusqu'à l'âge de quinze ans, bref passons. Ma sœur était l'une des musicienne alors forcément en tant que frère et seul représentant de la famille Lee je devais m'y rendre...C'était une vraie torture, je faisais mine de gerbé ou de lancer des projectiles sur les violonistes et danseurs, mais quand Noona est apparue...j'ai fermé mon clapet de gamin mal élevé et je suis allé me rassoir.
Elle m'avait menacé du regard et son poids pressé si prés de son visage me promettait bien des choses, mais une fois quitté les coulisses, elle était différente, plus innocente, plus pure aussi. On aurait dit un ange ce n'était plus la vile sorcière qui me jetait du sable lorsque je la traitais de gros cul..J'étais un jeune garçon et les hormones ça dansent pas mal à cet âge là.
Très vite le dragon qui vit en elle a repris sa place, dés qu'elle a pu m'atteindre à la fin de la représentation elle l'a fait, elle m'a mise à l'amende en me tordant le bras et m'a fait me promettre de ne plus le faire.
Je ne l'ai jamais félicité, je ne lui ai jamais dit ô combien je l'avais trouvé parfaite, féérique.


Redisposant la coupe sur sa table de nuit je viens ensuite, inquiet tout d'un coup passer ma main entre mes jambes, tâter ce qui s'y trouve. Rassuré d'y sentir une bosse et mes deux renflements chéris je peux reprendre mon souffle, et me dire que mes pensées de débile fragile n'ont pas fait disparaitre ce qui fait de moi, le seul mâle de cette baraque.

"Putain mais tu fous quoi? Noona je vais finir par comprendre que tu ne fais pas que te changer!"

Elle croit que j'ignore le fait que les filles font leur besoin ou quoi? j'ai une grande sœur, pour moi ce côté là c'est plus mystique du tout je suis même rodé...quand elles ont leurs trucs de nanas, oh mon dieu mieux vaut pas trop s'éterniser sur le trône avec un magazine, elles vous défonceraient la porte à coup d'épaule pour vous déloger de là...ça va les chochottes, pour deux gouttes de sang hein, tss n'importe quoi.

Je prends mes aises, je me balade un peu dans la pièce, dans cette crypte qui a été son refuge pendant ces journées de pleures, ou elle s'est coupée du monde, où elle a ignorer mes messages et mes relances. Je suis grand alors je peux facilement voir si elle ne dissimule pas quelque chose sur le sommet de ses armoires mais tout me semble normal, il y a beaucoup de collants, j'ai même aperçu quelques paires de chaussons de danses usés, elle les gardes pendu contre son miroir ovale prés de son lit.
avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Mar 12 Aoû - 2:06
Je tente de le rassurer, de me rassurer, mais je ne me sens pas très bien et il le sait. On plaisante sur autre chose, il essaye de m’entraîner sur des terrains sinueux, à croire que le sexe le travail toujours autant, en même temps c’est un mâle, que dois-je penser en ce moment de cette espèce sous évolués ? Je me mords la lèvre et je réplique en souriant que je ne me rabattrais pas sur son corps plat et ses fesses et il semble s’offusquer au point de me traiter de sorcière et de traiter mes attributs féminins comme s’ils étaient minables. Je le fixe, je sais déjà que ce que je vais dire, je vais le regretter, mais je n’arrive pas à m’en empêcher et je fais l’erreur de parler.

« Je suis si peu ragoûtante que la nuit, parfois je t’entendais couiner « noona han… noona », n’est-ce pas ? Pour certains hommes c’est les parfaites petites poupées, pour toi c’est les sorcières dans mon genre, j’estime que c’est un compliment ? »

Je m’enfuis rapidement après avoir soutenu son regard, je crois que c’était plus pénible pour lui que pour moi, enfin, en apparence, car je prétends dominer cet échange, mais il n’en est rien, je ne suis clairement pas en état de plaisanter comme il faut avec lui, comme à notre habitude, disons. Je suis un peu trop secouée pour parvenir à me montrer gentille et je n’aimerais pas passer mes nerfs et ma frustration sur mon charmant petit frère, aussi pénible peut-il se montrer. Il essaye de faire comme si de rien n’était et le traiter comme tel n’est clairement pas un comportement à adopter. Je pars pleurer comme une idiote dans la salle de bain après avoir enfilé mon pyjama. Je me regarde dans la glace, m’assois en face et je me souviens que c’était grâce au jeu de miroir fortement présent dans l’appartement des Lee que j’ai pu souvent mettre la main sur Dae Ho pendant qu’il commettait son méfait. Souvent, très souvent dirigé vers sa sœur ou vers moi, mais je crois qu’enfant, même s’il faisait parfois en douce, il me craignait déjà ou alors il me respectait, peu importe, nous avons toujours eu ce lien privilégié que sa sœur me jalouse d’ailleurs…

Elle m’avait demandé une fois ou deux si je n’avais pas des vues sur lui et je crois que ce sujet de dispute, Dae Ho en avait profité pour renforcer la rumeur auprès de sa sœur. S’en est suivi une réconciliation puisqu’en le voyant jouer l’amoureux transi, elle avait compris qu’il voulait l’agacer plus encore. Il est intelligent, malgré les airs qu’il se donne. Je me mords encore la lèvre et je l’entends rouspéter au point qu’il me fasse sursauter. Je me redresse et je souffle avant de me passer un peu d’eau sur le visage, à croire que je ne fais que ça de mes journées. Je sors enfin et je me dirige vers la chambre.

« Si j’étais vraiment en train de faire ce que tu as cru que je faisais, crois-moi, je t’aurais envoyé sur le toit pour que tu te changes »

Vient maintenant la question de ce lit. Est-ce qu’il accepterait de rester avec moi ? Je ne lui demanderais pas d’être aussi présent, il risquerait de croire que je le prends pour un substitut, mais… sa présence est rassurante, plus qu’il ne peut le croire et pouvoir être serré dans les bras de quelqu’un qui ne me fera jamais de mal c’est quelque chose dont j’ai grandement besoin. Je suis un peu trop fière pour le lui demander, pour y penser une seconde de plus même. Je vais juste le lui imposer. Je le détaille avec mon pyjama et je souris avant de poser mes yeux sur le petit trophée. Il y a touché, il a même défait le lit, je crois qu’il s’est débattu avec le tout et je m’amuse à le pousser suffisamment pour le faire tomber sur le lit en guise de punition. Il a touché à mes affaires, volontairement ou non, dans le doute, il va devoir se relever, que c’est pénible quand on est fainéant !

« Ne traînons pas, ne suis fatiguée »

Je me mords la lèvre, allume la lampe de chevet et repars éteindre celle de la chambre avant de tirer la couverture et de faire le tour du lit. Il éteindra, deuxième punition, il a intérêt à le faire de toute façon s’il ne veut pas avoir la lumière dans la tête. Je m’installe, je me sens immédiatement un peu mal, chaque soir est moins pénible, mais ça reste éprouvant, car je suis plus sensible au couché qu’en journée, comme toute personne normalement constituée, les démons frappent la nuit. Je déglutis et je prends une grande inspiration, mon silence est anormal, ma vue est légèrement floutée par un voile d’eau qui fait pétiller mes yeux, mais je refuse d’engager une conversation ennuyeuse sur ce qui me manque, sur ce que j’ai raté, ce que j’aurais voulu faire, je passerais pour une fille ordinaire à ses yeux et ça m’achèverait ! C’est idiot, mais je ne l’ai jamais été à ses yeux et je savais qu’en me voyant pleurer pour une peine de cœur ça allait changer… mais je voudrais rattraper le coup. J’attends que ma voix se stabilise et que l’envie de pleurer passe pour soupirer et me tourner vers lui.

« Tu as peur du noir ou tu as peur que Noonna te pelote ? Seulement dans tes rêves. Et maintenant que ton esprit est pollué par une vision peu flatteuse de ma petite personne, je vais pouvoir dormir satisfaite de t’avoir traumatisé, amen ! »

Je me sens déjà mieux, j’espère avoir des représailles à vrai dire, ça a toujours été comme ça et ce petit diablotin ne sait pas à quel point il m’est indispensable. Sans même le savoir, il me montre le chemin pour que je puisse avancer à mon rythme, mais que je ne désespère pas. Il m’encourage et même s’il ne l’admettra pas, on le sait tous les deux. Je lui serais reconnaissante sûrement un bon bout de temps. Mais tant pis, ces souvenirs-là en plus de son soutien valent tous les trésors du monde.
avatar
avatar
Lee Dae Ho
I'M AN HEIR
here since : 03/06/2013
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: pris par untel / vide / etc...
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURS
FINIS
ABANDONNÉS
Liens utiles
Mar 12 Aoû - 2:39
De quoi noona? Pensait-elle être la seule Noona de mon entourage à cet époque? J'avais beau avoir une patate douce au milieu de la tronche j'étais quand même abordé, les filles se moquaient certes pour la plus part mais certaines me trouvaient mignon, me prenaient peut être en pitié mais j'en avais rien à foutre parce que c'était mon visage immonde qui était logé entre leurs loches et je peux vous dire que ça y sentait vraiment bon. Alors les hypothétiques Noona que j'aurai laissé échappé durant une ou plusieurs nuits et que cette sorcière à l'ouïe fine auraient perçus ne la concernaient aucunement! Je n'ai jamais fantasmé sur elle, sur ce serpent à la langue fourchue, j'ai même été étonné de découvrir qu'elle avait bel et bien une poitrine, une fois au bord de notre piscine j'ai eu une mini érection lorsqu'elle est sortie de l'eau mais ce n'était rien d'autre que physiologique, je suis un homme et une paire de seins et de fesses si c'est bien fait, bah ça réveille les sens! Le soleil tapait fort ce jour là, une tripotée de dinde avait envahi notre jardin, ma sœur avait organisée une pool party et bien sûr Noona était présente. J'avais mes lunettes de soleil sur le piffe, le corps bien protégé par ma crème donc toujours aussi blême mais je m'assumais pleinement, elle est sorti de l'eau je n'ai ps bien discerné quelle tête surplombée tout le reste et voilà, l'erreur est humaine comme j'ai envie de dire!

L'enfant Prodige revient à nous hallelujah mes frères! Je lui offre un pauvre sourire de branc' tout en revenant vers son lit, ne souhaitant pas attiré son attention sur les zones que j'ai visité et seulement touché avec les yeux! Elle me touche! la perfide, j'ai beau faire les gros yeux et souffler par le nez comme un gros taureau elle ne prend pas peur et me voilà basculé sur son lit de gamine, mon dos fragile rencontre la surface dur de son matelas de torture...Comment elle fait pour dormir correctement là dedans.

"Noona! Je suis fragile!"

Les princes ne devraient pas subir pareil infamie, elle devrait me recevoir comme le roi que je suis pour elle. Tout les mecs qu'elle a eu, c'était que des petits pisseux, moi je suis plus jeune mais j'avais l’œil pour décelé lequel était correcte et lequel ne l'était pas. Pour être honnête j'en ai jamais pu saquer aucun, elle sait les choisir la Noona faut dire, ils étaient soit possessifs, soit hyper indépendants voir complètement je-m’en-foutistes et nombrilistes. Cet univers de la danse n'est qu'apparat alors forcément les personnalités vont de paire.
Je ne comprends pas pourquoi Noona est si fragile, la preuve est là même si je la traite de dragon et que je jette de l'eau bénite dans ses plats pour faire fuir le mauvais sort, nous savons tout les deux que ce n'est qu'un petit oisillon blessé, qui peine à voler. Franchement? Moi j'aurai shooté dedans mais c'est mon ami c'est la sœur que je me suis choisi et même si j'avoue avoir déjà fait un rêve étrange et fort compromettant en sa compagnie je n'ai jamais imaginer vivre autrement notre relation. Je la troc quand vous voulez contre la pervenche qui me sert de vraie frangine hein, elle est certes bonne -parce qu'on se ressemble- mais elle a rien dans le citron c'est affligeant.

Bon finalement ma pauvre carcasse arrive à se hisser et se positionner convenablement sur ce lit de fortune, je replis en deux fois voir quatre même mes longues jambes d'athlète faisant mon possible pour ne pas dérangée la maitresse de maison, cette tortionnaire qui a fait de moi son échanson pour la nuit.
Son drap m'est remonté jusqu'à sous le nez, je souffle un bon coup par les narines pour lui faire comprendre de me dégager un peu sa merde de là mais elle ne fait rien, elle me fixe avec ses gros yeux globuleux, hm des litchi...
Je la détaille plissant un peu mes propres paupières en laissant un sourire s'esquisser sur le bord de mes lèvres. Elle est vraiment irrécupérable, j'ai l'impression d'être l'adulte dans notre relation et pas seulement parce que sa tête m'arrive sous l'aisselle. Sans un bruit je me laisse tomber au sol, hors du lit telle une larve en fin de vie et vient me placer à genoux, les coudes pressés sur le matelas.

"Cher papa noël, ou Dieu peu importe. J'aimerai si possible ne pas bander pendant la nuit, c'est une réaction naturelle j'en conviens bien mais cette fille complétement désespérée va le prendre comme une invitation et je perdrai ainsi ma chasteté. Mon Dieu, entend mes paroles et protège mon petit Seigneur de ses ongles acérés mais aussi de ses putains de genoux pointus qu'elle m'a foutu dans le cul un nombre incalculable de fois lorsqu'elle venait camper dans mon jardin, dans ma super tente Buzz l'éclair avec ma frangine la folle dingue. Amen."

J'embrasse la bague qui orne mon index puis lève mon doigt, solennellement vers son plafond les yeux fermés, l'autre main à plat sur mon cœur. Je réprime un rire et viens reprendre place dans son foutu lit de gamine et donne de grands coups d'épaules, essayant de me recaler comme tout à l'heure. Je suis essoufflé à me débattre seul tel le conquérant que je suis dans cette quête de la position parfaite! Je tourne la tête vers mon hôte et compagne de pieux pour la nuit et lui fait un large sourire, qui étire mes paupières à les en clore partiellement.

"J'espère que tu as bien fermé ta porte d'entrée, je suis pas une lopette hein mais je dors profondément alors je risque d'agir trop tardivement si on atteinte a ta vie de joli cygne."

J'ai fini ma phrase sans réfléchir, une grimace déforme alors mon expression elle est tout aussi sincère que le petit surnom affectueux que je lui ai donné. Pff un cygne je suis certain qu'au barbecue c'est très bon .
Après les appels de phare qu'elle me fait avec ses yeux je comprends que je dois éteindre la lumière elle est pudique j'ai bien vu qu'elle allait se remettre à pleurer alors ça m'arrange aussi de ne pas le voir. Ce n'est pas contre elle je suis juste, mal à l'aise, plus habitué à tacler et me moquer que soutenir et sécher les larmes de mes amis. Je n'ai pas d'amis fille en y repensant, Noona est bien la seule.

" Je peux te raconter une histoire pour t'endormir si tu veux, gamine."
avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Mar 12 Aoû - 3:23
Il ne réagit pas, ou peu, je suppose qu’il s’indigne en silence et qu’il ne préfère pas détruire ma vision des choses, sous prétexte qu’il emporterait avec lui les éclats de mes pauvres espérances de noona frustrée ? Ça lui ressemble tellement que je manque presque d’en rire. Je ne sais pas si c’est bien moi qui le faisait vibrer à ce point et honnêtement je ne tiens pas à le savoir. Fut un temps où ce petit diable aurait presque failli avoir raison de moi. Il faut croire que j’ai un faible pour les crétins. Bien sûr, ce n’était qu’un moment d’égarement, le moment où de mon côté, je me posais des questions sur les garçons. Ça s’est très rapidement réglé avec lui, il prend son rôle de cadet très à cœur ! Je profite de son égarement à lui pour le pousser et l’entendre protester.

« Toi fragile ? Si tu t’étais mis de dos je n’aurais rien pu faire, il fallait prévoir »

Je fais bien évidemment référence à son fessier et j’en ricane avant de le rejoindre dans les draps. Je prends soin de lui en céder assez pour que l’on ne se retrouve pas l’un contre l’autre. Je sais d’avance qu’il me reprocherait d’avoir essayé de le peloter ou qu’il ne réitérera pas l’expérience parce que j’aurais un peu trop abusé de sa présence en tant que petit frère. Je pense à toutes sortes de choses et j’évite de me concentrer sur mon malheur, je ne suis pas la seule à avoir subi ça, je devrais m’estimer heureuse de n’avoir raté qu’un examen, une fois du moins, mais voilà, je suis aussi une pitoyable humaine qui pleure sur son sort, parfois ça fait du bien. Parfois, je lutte, parce que ça ne me plaît pas. Dae Ho m’y aide beaucoup et je tente de le lui faire comprendre en répliquant, si bien que lorsqu’il se laisse tomber du lit, j’écoute attentivement. J’ai cru qu’il m’avait laissé, mais non, il est fidèle à lui-même et j’en ris avec lui avant qu’il ne me brise l’épaule avec son os pointu ! Sale gosse !

« Awh ! Tu es si mince que tu me piques ! Oh… Dae Ho, si tu crains d’avoir une érection… n’est-ce pas que tu en as déjà eu une, tu te trahis tout seul. Tu parles aussi de chasteté, toi le tombeur de ces dames ? Dois-je comprendre que tu n’es pas à la hauteur de ta réputation ? »

Je marque une pause et réfléchis deux secondes à la tente buzz l’éclair. On n’a pas été tendre avec lui enfant, surtout sa sœur…

« J’ai toujours les photos de quand tu dormais dans ta tente avec ta grenouillère »

Je me positionne sur le côté, je l’observe, le scrute et je renifle en passant une de mes mains dans mes cheveux. Il est têtu, est-ce qu’il tient vraiment à me voir pleurer ? Je me mords la lèvre et j’allais lui demander d’éteindre quand il l’a fait. J’ai même droit à un reproche déguisé, il est en train de me montrer de l’affection et il doit sûrement s’en mordre terriblement les doigts. Je l’entends quelques secondes après me traiter de gamine et je cherche de ma main sa joue pour tapoter de mon index son nez avant de retirer ma main sur sa joue. Je suis sûrement la seule à pouvoir le toucher comme ça, du moins sur cette partie de son anatomie qu’il n’aime pas et n’a jamais aimée.

« Tout est fermé, oui, et je te fais assez confiance pour savoir que tu me protégeras petit prince »

Je ne regrette pas mes mots, ils me coûtent beaucoup, mais il est sûrement plus mal à l’aise que moi. Il ne le sait sûrement pas et j’aurais pu le rendre encore plus gêné qu’il ne l’est, mais si je l’appelle petit prince, ce n’est pas seulement parce qu’il se comporte comme tel. C’est aussi parce que ce petit con est beau comme un prince. Avant Dae Ho je n’aurais jamais cru possible qu’un homme complexe sur son visage autant qu’une femme. J’insiste finalement en creusant sa joue de mon index tout en reprenant la parole.

« Avec un peu de chance tu m’assommeras au premier chapitre, hm ? Je compte sur toi microbe ! »

Je n’ai jamais été aussi tendre et je n’ai jamais quémandé autant d’attention de la part de quiconque si ce n’est de mes petits amis. Je n’en ai pas eu beaucoup et ça n’a jamais été très sérieux jusqu’à cette année. Mais de loin, je préfère demander sans un mot à Dae Ho d’être cette présence masculine rassurante, plutôt que de me rapprocher d’un crétin qui abuserait de mes faiblesses. Au moins, je ne risque rien avec lui. Ma main tremble un peu et j’arrête tout mouvement de mes doigts, hormis quelques caresses qui passent dans ses cheveux. Si quand il était enfant il ne pleurait pas souvent, je me souviens que pour l’endormir j’avais souvent recours à des caresses, peu importe s’il était d’accord ou non, il finissait par capituler et il ouvrait les yeux dès que je retirais ma main de son cuir chevelu. Un geste tendre, je suppose qu’il en avait besoin, je me demande si je lui ai apporté assez en comparaison de ce qu’il m’a offert, mais si je le lui demandais, il me ferait presque signer un contrat d’esclavage à vie ! Profiteur, ou blagueur, peu importe, je suis tout de même fière d’avoir été là dans la plupart de ses moments. Je voudrais qu’il puisse comprendre que j’ai besoin de lui ce soir plus que jamais, mais je ne lui en demanderais pas tant. Je me contente de réprimer mes pleurs, d’avaler ma salive et de cligner des yeux dans le noir en ayant pour seul soutient sa joue sous la paume de ma main et bientôt les prémices d’une histoire qui m’intriguera assez pour me maintenir éveillée le temps que mes pleurs cesses de nouveau et que mes yeux se ferme pour le laisser en paix.
avatar
avatar
Lee Dae Ho
I'M AN HEIR
here since : 03/06/2013
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: pris par untel / vide / etc...
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURS
FINIS
ABANDONNÉS
Liens utiles
Mer 13 Aoû - 1:37
Des copines? J'en ai eu des tas, j'ai perdu ma virginité très tôt et ce n'était pas non plus extraordinaire comme moment mais au moins j'en suis débarrassé. Elle se moque de moi mais je sais que je n'ai plus à me vanter, ma réputation me précède. Ô bien sûr des filles ont cherchées à ternir mon nom en prétendant avoir simulées mais ça ne fonctionne pas, au lit je surpasse tout les mecs de mon âge!

Je n'aime pas lorsqu'elle touche mon nez, personne ne peut le faire mais je ne peux pas lui crier dessus, elle est un peu fragilisée par cette histoire de relation alors si elle repart dans une crise de larmes parce que je lui aurais malencontreusement tordu les doigts je vais péter un capable et ne pas savoir comment réagir. Je la repousse néanmoins lorsqu'elle commence sa parade de sangsue, c'est trop pour moi toute cette familiarité et je le lui fait bien comprendre en apposant la paume de ma main contre son front bombé, la décalant de là.

"Si je suis un prince, morue, toi tu es une vanupied alors cesse de m'importuner et pense déjà à la confection de ma superbe couronne."

Je suis un gamin bien né, j'ai d'assez bons résultats même si ils ne sont pas impressionnant j'envisage le bac sans problème. Avec les filles tout baigne, question argent je n'ai pas de souci non plus, mon compte est réapprovisionné à chaque fin de mois par un père absent mais généreux. Je crois que je suis ce qu'on peut appeler un prince moderne, je fais parti de la jeunesse dorée et je l'assume pleinement. Il ne me manque plus qu'une couronne pour le symboliser, puisque j'ai déjà le château et ma princesse en détresse.
Elle réitère ses insanités et je dois me faire violence pour ne pas lui aboyer dessus, pour qu'elle me remballe définitivement ce doigt que je ne saurais voir. Ô me voilà poète ou écrivain peu m'importe, j'ai de la ressource et ça m’éblouis moi même!
Sa main est coincée sous ma joue lorsque je bouge et qu'elle joue la Noona esseulée, je lève les yeux vers elle, discernant les pourtours de ses paupières dessinés, doucement mes lèvres s'entre-ouvrent et laissent échappées une bave visqueuse poussée hors de ma bouche par ma langue. Je ris comme un âne alors qu'elle retire violemment son bras, ça lui apprendra!

Quand elle accepte ma proposition si généreuse non sans me critiquer au passage mais n'en était pas étonné je feins l'indifférence et me redresse dans le lit, la repoussant sans ménagement dans sa partie à elle.
Légèrement adosser au ciel, j’éclaircis ma voix, le poing serré contre mes lèvres, les yeux fermés: l'air grave .Je l'entends encore rouspéter alors perdant patience je me penche au dessus de son visage et cette fois lui tousse dessus, dégageant ma trachée pour que mon récit soi clair et audible.

"Ah, voilà qui est mieux~".

Je cherche un début d'histoire, je me creuse la tête en observant la pièce, le peu que j'en vois vu que madame ne supporte pas la lumière de sa lampe de chevet. comme si je ne savais pas qu'elle était horrible quand elle chouinait avec ses gros yeux tout mouillés et son nez rouge qui goutte avant chaque reniflement. Je ricane à cet idée, je crois n'être pas non plus épargné, personne ne pense à aller se mettre devant un miroir quand il pleure. Vous imaginez le truc? Non faut que je le fasse peut être qu'on arrête instantanément et qu'on cour vomir? ou rire, au choix.

"Il était une fois, l'histoire d'un royaume très lointain. Les gens qui y vivaient étaient d'anciens soldats, archers et tout le bordel d'un bled voisin, ils avaient décidés de s'unifiaient pour vivre une retraite paisible et ne plus être dérangé par ces souverains qui faisaient appels à eux. Ils vivaient avec des p'tites meufs tranquille, s'était la belle vie mais voilà...Une ombre planait au dessus de leurs têtes, les Seigneurs l'avaient envoyés pour se venger de ceux qui les avaient offensés.."

Le silence règne dans la pièce, je sais qu'elle est pendue à mes lèvres parce que Dieu que je raconte bien les baïe! Ma langue vient humecter ma lèvre supérieur, tendit que mon corps s'affaisse lentement, jusqu'à venir rejoindre le sien, à la même hauteur sans l'effleurer.

" Un énorme Dragon flotté, de mauvaise augure il commença par foutre le feu aux chaumières! puis aux palais! et quand enfin tout les hommes sortirent le dragon se posa, et pris forme humaine. C'était une femme! Insoona qu'elle s'appelait la bêcheuse!"

Je ris, victorieux parant à l'avance toute tentative d'intimidation par le biais de ses poings de chaton. Je serre ses poignets entre mes longs doigts, et reprends là où mes railleries m'avaient interrompu.

"Elle faisait peur à voir, avec ses cheveux décoiffés et ses gros yeux de poissons globes. les hommes se mirent à rire d'elle mais elle leur fit rapidement perdre l'envie en leur envoyant des coups de genoux pointus dans les couilles. L'ordre fut rétabli et Insonna gracieusement remercier par les souverains qui avaient retrouvés leurs larbins. Le Roi, DaeHono rappela alors auprès de lui sa vieille sœur toute défraichi qui n'était autre que ce vile dragon et voilà."

Wesh, y'a pas de moral c'était comme ça. Mes index viennent s'appuyer sur ses paupières pour les rabattre sur ses yeux, j'émets alors un ronflement pour faire genre qu'elle dort mais je crois que je ne l'ai pas convaincu.

"Au pire je t'assomme ."

J'aimerai qu'elle sourit,qu'elle me frappe ou m'insulte. Je veux être présent pour elle mais je ne sais pas comment faire. Si je la prends contre moi comment ça se passera ensuite? Je vais devoir m'écarter, je serai mal à l'aise et tout cela va beaucoup trop me frustrer. On est naturel, décontractés quand on est face à face et je n'aimerais pas que cela change mais je ne peux pas non plus la laissé dans cet état alors je ferais un effort parce qu'elle est quand même plus importante que ma fierté d'ado.
avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Mer 13 Aoû - 2:51
Je me montrais un peu plus tendre, sans doute parce que j’en ai besoin et parce que ça me fait du bien de pouvoir être avec lui deux minutes sans que l’on s’insulte, mais je ne peux pas chasser le naturel non plus et lui, c’est encore pire. Plus jeune, plus têtu, moins conciliant ou alors moins à même à guérir les blessures de sa noona. Peu importe, il n’aime pas que je le touche, je sens même sa mâchoire se crisper sous mes doigts avant qu’il ne me traite de morue et je ris alors que je n’en ai pas envie C’est ça que j’apprécie chez lui, cette franchise qui n’en est pas vraiment une. Dae Ho a cette capacité de dire et de faire des choses insensées qui n’ont aucun lien avec ses réels sentiments si ce n’est peut-être qu’il ne sait pas les montrer autrement. Je ne dirais pas que je l’ai su immédiatement parce que j’ai moi-même été vexée et blessée plus d’une fois par ses traitements. Mais quand je les ai compris, j’ai vu ça différemment. Ça ne veut pas dire que je supporte ce qu’il vient de me dire, j’essaye en vain de me libérer de sa poigne qui reste plus forte que la mienne malgré mes années de danse, il est un homme quoique je puisse en dire.

« Tu la préfères en papier cul ou en papier mâché ? »

Je ne suis pas du genre à employer ces mots, mais ce soir, tout est permis, ou presque. Je ne teste pas les limites à atteindre avec lui, j’essaye juste de dépasser les miennes et de sortir un peu de la peau de cette chose fragile que je suis devenue ou… qui a pris possession de moi pour un temps indéterminé. Je replace ma main contre lui, pour l’enquiquiner, j’y tiens à ce moment et il apprécie encore moins, assez pour me baver sur les doigts quand enfin je croyais qu’il allait accepter ma trêve ! Quel petit monstre ! Je soupire et me retire alors qu’il me pousse presque pour pouvoir s’installer sans que je ne l’étouffe. Ça, encore, je peux comprendre. J’en avais besoin, mais pas au prix de cette relation. Je ne gâcherais rien en lui imposant mes niaiseries en sachant que lorsque je serais sur pied je regretterais. Il m’a pris dans ses bras et je n’aurais qu’à enlacer mon coussin pour avoir l’illusion d’obtenir une étreinte non forcée.

Il me crache pratiquement dessus en se raclant la gorge, je ne m’y attendais pas ! Je le pousse et lui pince les côtes là où ça fait bien mal à défaut de pouvoir attraper autre chose ! Il commence son histoire et j’écoute sagement en me disant qu’il a cette façon de parler bien à lui qui me fait sourire parfois, entre deux pleurs. Je cherche à me faire toute petite, à me concentrer sur ses mots et je l’entends prononcer mon nom, le fameux monstre vengeur du roi Dae Ho. J’aurais bien voulu le maltraiter un peu, mais cette fois il a fait mieux que d’attraper mes moins en court de route dans le noir, il avait anticipé ! Je me mords la lèvre, son histoire n’est pas trop mal, je suis la sœur du roi, ce qui fait de moi un personnage important de sa vie et ça m’émeut assez pour que ma gorge se serre. Ses doigts sur mes paupières manquent de me crever un œil je les lui serre pour tenter de les tordre, mais je n’ai pas la force de le faire, ni même de lui répondre.

Je déglutis et l’observe dans le noir en fermant ma bouche pour ne pas laisser échapper un seul son qui me trahirait. Je suis une idiote, je pleure vraiment pour rien en ce moment et je m’en veux encore plus de m’effondrer devant lui. Quelle autorité je pourrais bien avoir si on venait vraiment à se disputer ? J’ai pris le risque en le laissant entrer, de faire évoluer ou régresser une relation vieille de plusieurs années, c’est à moi de rétablir les choses si je souhaite que ça ne nous chamboule pas trop et que l’on garde cette stabilité étrange qui ne devrait pas tenir.

J’ai beau essayer de me calmer, je n’y parviens pas. J’agrippe sa main comme une idiote et caresse le dos, comme si je lui disais que ça allait, alors que pas du tout. Je retiens une belle crise, pire que les précédentes, car c’est une prise de conscience plus que la perte elle-même qui me blesse autant. Ma vie se résume aux hommes, ceux qui m’ont aidé à découvrir qu’il y a plusieurs catégories de salops, celui qui m’a détruite jusque dans ma carrière professionnelle et celui qui me console à l’heure actuelle sans savoir comment s’y prendre. J’ai peur de replonger et de me trouver dans les bras d’un idiot qui me fera mal plus que ça, j’ai peur de ne plus jamais faire confiance, j’ai peur de ne jamais recevoir un amour équivalent à celui que je donne et je m’effondre silencieusement en répriment mes soupirs au point de m’en faire mal à la gorge et à la tête.

Je lâché sa main pour me tourner en parlant du nez entre deux sanglots, Dae Ho ne pourrait pas comprendre même si je le lui expliquais, je ne le lui demanderais pas de toute façon. Je me contente d’avaler ma salive et de prononcer dans un murmure un « bonne nuit Dae Ho » et un « merci » qui suit et que je ne voulais pas couper pour reprendre d’instinct ma respiration. Ça passera avec le temps, tout passe, parce que nous sommes humains et que l’on s’habitue vite aux horreurs. Mais ça me marquera toujours, tout comme lui. Alors, autant ne plus en parler, ou alors, parlons d’autre chose. J’essaye de faire encore de l’humour, au moins pour détendre l’atmosphère, je veux lui montrer que je lutte et que je ne veux pas dépendre de mon état. Que noona est toujours là, cachée par une grosse dépression et une sensibilité qui ne lui ressemble pas.

« Tu racontes très mal… microbe » dis-je en esquissant un sourire.

Ce petit frère que j’adore va finir par me croire schizophrène et il n’aurait pas tort, je suis presque las de mes propres états d’âme ce soir. Sa présence est bénéfique, certes, mais je suis encore plus mise à nue que lorsque je me morfonds seule… je voudrais pouvoir lui donner les directives, mais il n’y en a pas… alors j’essaye de tomber d’épuisement. Je finirais bien par y arriver, Dae Ho est là… mon corps est parcouru de spasme et refuse de se décrisper au point que je n’arrive même plus à me tourner pour lui faire face. Je n’arrive même plus à prononcer un mot et pourtant je voudrais le rassurer. Comment je pourrais le faire dans cet état ? Je suis très convaincante…
avatar
avatar
Lee Dae Ho
I'M AN HEIR
here since : 03/06/2013
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: pris par untel / vide / etc...
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURS
FINIS
ABANDONNÉS
Liens utiles
Mer 13 Aoû - 19:06
Je ne pensais pas que mon histoire stupide aurait eu cet effet là. Je ne bouge pas, comme paralysé je reste bloqué, un sourire crispé aux lèvres, elle grelotte prés de moi, je crois même avoir entendu un ou deux sanglots filtrer entre ses doigts. Je me mords la lèvre généreusement pour retenir toutes les insultes que j'aimerais me lancer. Je ne suis qu'un con, je prends toujours tout à la rigolade comme si c'était forcément la solution à chaque fois. J'aurai mieux fait de réfléchir, de lui proposer de mater un film ou de camper dans mon jardin? Aurait-elle fait le déplacement? Je ne crois pas j'ai dû me trainer jusqu'ici pour pouvoir lui parler, elle ignorait mes appels, mails et sms depuis plusieurs semaines..Je ne m'attendais pas à la retrouver aussi abattu, ça m'a fait réfléchir sur mon comportement avec les filles mais je me rassure en me souvenant quand même que je n'ai jamais promis la lune à aucune et que si elles ont été déçues c'est qu'elles avaient espérer beaucoup trop, qu'elles s'étaient fait des films.Noona ce n'est pas pareil, elle est plus âgée, son copain avait l'air sérieux, c'était quand même un danseur et ils partageaient les mêmes cours..C'était bien plus qu'une histoire de cul et pourtant ce connard n'a pas prit les choses de la même façon, il a préféré jouer avec une autre jusqu'à lui foutre un gosse dans le ventre. Je suis dégouté que les choses se soient passé ainsi parce qu'elle ne le mérite pas, parce qu'une amourette ne devrait pas entacher son avenir.Comme quoi mieux vaut fréquenter quelqu'un qui ne fait pas en plus parti de ton cercle professionnel, c'est plus sûr si l'envie lui vient de te faire ce genre de crasse dégueulasse.

Je n'ai pas réitéré mes menaces mais je sais que ce mec finira par le payer, dés que Jihyuk sera de retour je crois que nous allons passer faire un coucou à ce blaireau, à voir si il réussira à en mettre une autre en cloque après la raclée qu'il se prendra.
Le silence règne dans la pièce, il nous baigne dans une atmosphère étrange, lourde et étouffante. Je me demande comment j'ai fait pour tout foirer comme ça, m'a venu n'a rien améliorer, je la sens toujours aussi peiné et cela me rend fou. J'aimerai pouvoir agir, me démerder pour retirer le balai que j'ai dans le cul et faire enfin ce qu'elle attend de moi. Doucement je glisse à sa hauteur, je suis plus grand alors forcément j'ai la manie de monter haut vers la tête de lit histoire de pouvoir étendre un minimum mes longues cannes pâlottes. Quand son souffle s'écrase contre mon menton je comprends que je n'ai plus à bouger. Sa respiration est entre coupé de hoquet, Ma main est prisonnière de la mienne, on peut se regarder là, un réverbère éclaire sa fenêtre légèrement, je ne lui souris pas elle ne me regarde même pas. Son pouce sur le dos de ma main blanche me fait légèrement frissonner, je crois qu'elle se rassure comme elle peut, avec le peu que je lui accorde et c'est insoutenable.

Elle fait l'effort de ne pas trop empiété sur ma partie, pour ne pas imposer son mal être..Pourquoi moi je ne fais jamais rien qui me coute? Je n'ai pris aucun risque depuis mon arrivé, elle m'a fait entrer je devrais lui prouver que toute cette confiance donné est méritée, que je ne gâcherai pas les confidences qu'elle m'a faite et que je saurai la réconforter. Alors doucement, lorsqu'elle me tourne le dos je viens passer un bras sur sa hanche, par dessus la couverture pour ne pas l'embarrasser et viens me saisir de ses mains, celle proche de son ventre que je remonte ensuite prés de son visage, mon avant bras se pressant sur ses cotes et sa poitrine.

"T'es pas si plate que sa Noona."

Je souris, fermant les yeux en la rapprochant un peu plus de moi, laissant quand même une bonne distance entre mon bassin et son fessier.Pas que je réagirai non plus hein! mais quand même ça peu embarrassé une fille d'avoir ça contre soit, surtout que je suis du genre gâté par mère nature héhé. Je ferme les yeux, osant enfouir mon nez dans ses cheveux, j'aime bien son gel douche, elle ne l'a jamais changé depuis la fois où je lui ai fait un compliment, aha cette fille est vraiment bizarre. Parfois j'ai l'impression qu'elle veut m'étriper et d'autres fois elle agit comme si elle était vraiment ma sœur. Je ne sais pas trop si tout ça dura mais je sais que je ne pourrais pas me séparer facilement d'elle, même si je répète sans cesse le contraire.
avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Jeu 14 Aoû - 19:57
J’avais beau faire des efforts pour ne pas y penser, je me sens plus vulnérable que jamais et Dae Ho ne m’aide pas à me retenir. Cela dit, ce n’est pas une bonne solution de feinter aller bien quant au fond c’est tout le contraire alors je l’en remercie. J’essaye de ne pas trop empiéter sur son espace, je ne me sens vraiment pas de le priver de sa liberté de mouvement. Il me l’a bien fait comprendre, ça n’est pas son truc d’être là à écouter les sanglots sa noona, je crois que moi-même je ne suis pas faite pour ça, mais quand je me retrouve à la place de celle qui pleure, c’est différent, je comprends pourquoi est-ce qu’on a autant besoin d’une étreinte, de contact. Je suis très tactile, peu importe le moment, mais je prends parfois sur moi avec certains, car eux ne le sont pas. Je ne leur demande pas de l’être, leur présence seule me suffit. Mais ce soir, j’explose.

Je sens Dae Ho bouger, il est plus proche et je ne comprends pas pourquoi, alors je me tourne, mal à l’aise qu’il puisse me voir comme ça. Pleurer ne met personne à son avantage et certainement pas moi. J’essaye de me calmer, je ne suis pas toute seule après tout alors pourquoi, est-ce que je devrais être si malheureuse ? J’ai choisi de m’isoler pour n’imposer à personne cette vision chaotique et pour me prouver à moi-même que je n’avais pas besoin d’eux, mais c’est peine perdue depuis le début. Je me sens mieux malgré l’eau salée qui roule infiniment que lorsque j’étais seule. Il s’approche de moi et prend ma main dans la sienne pour la remonter, je suis tellement surprise que je hoquette presque et quand il me parle de mes seins, j’arrive à rire entre deux sanglots. J’espère que ma réplique étouffée lui fera comprendre que j’apprécie beaucoup son effort. Je ne le lui aurais jamais demandé !

« Ah ça ne pense qu’à ça ! »

Ma main caresse la sienne et j’aimerais vraiment lui dire tout ce que j’ai sur le cœur, mais ce serait risquer de le perdre et je n’en ai aucune envie. Je ne suis pas sa sœur, rien ne me lie à lui si ce n’est cette amitié ambiguë, qui me dit qu’un jour il ne me laissera pas tomber quand j’aurais des enfants ? Quand il en aura lui ? Vu comment tout se passe pour moi, je ne compte pas en avoir de sitôt. Je sais que j’y ai pensé, qu’en avoir est un doux rêve que je devais faire pour plus tard et qu’il avait sa place comme parrain d’un de mes rejetons, mais… pour l’instant je n’ai pas le cœur à ça.

Je crois que je m’endors comme ça, grâce à lui, comme une enfant qui avait juste besoin d’être consolée. Je crois qu’avant de sombrer je lui ai dit merci, mes bonnes manières refont toujours surface même dans des moments où je m’y attends le moins.

Quand j’ouvre enfin les yeux, la nuit est sur le point de faire place au jour et Dae Ho est toujours là, il n’est pas contre moi, heureusement, je m’en serais voulu qu’il dorme comme ça par ma faute et la matinée aurait été plus que gênante. Je le regarde dormir et je souris à peine, essuyant mes yeux qui ont dû pleurer encore sans mon accord. Je passe ma main dans mes cheveux et remonte le drap sur ses hanches après m’être levée pour m’éponger le visage et boire un peu d’eau, la mauvaise haleine du matin, très peu pour moi, il risquerait de me le rappeler toute ma vie !

J’ai décidé de cuisiner un peu, de faire autre chose de ma journée et il va devoir aller à ses examens, qu’il le veuille ou non. Il est encore tôt, alors je le laisse profiter, je crois que sa fac est plus proche de chez moi que de chez lui, les logements étudiants ne sont pas loin contrairement à sa luxueuse demeure de petit bourgeois bien né. Je suis sûre qu’il pourrait vouloir s’incruster pour gagner des minutes de sommeil et ma maison lui sera grande ouverte, tout dépend l’occasion.

J’ai fait des crêpes pour lui et moi. Parfois, j’ai envie d’être plus gentille avec lui, peu importe ce qu’il dira, mais… ça n’est pas dans ma nature, alors je me force à reprendre mon rythme pour qu’il ne s’inquiète pas. J’ai été assez gâté hier, plus que je n’aurais dû l’être ! Dae Ho est beaucoup plus mature qu’il ne veut bien le prétendre, je crois que c’est son meilleur ami qui a une mauvaise influence, il va falloir que je le lui demande.

Je m’approche de la chambre et m’assois au bord du lit pour le secouer doucement tout en lui parlant d’une voix douce qui sonne si faux qu’il pourrait en avoir peur.

« Noona t’as fait des crêpes, alors lève tes rebondis et viens déjeuner, tu as des examens à passer et tu vas les passer »
avatar
avatar
Lee Dae Ho
I'M AN HEIR
here since : 03/06/2013
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: pris par untel / vide / etc...
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURS
FINIS
ABANDONNÉS
Liens utiles
Jeu 14 Aoû - 21:42
J'ai dormi comme un loir, il fait vraiment bon dans cette chambre et même si en me couchant je trouvais qu'il faisait un peu frisquet finalement cette petite fraicheur est la bienvenue au réveil. Après cette petite interlude de grand père je me tourne sur le dos, ayant passé une bonne partie de ma nuit sur le flan à creuser le matelas avec ma hanche osseuse. C'est bien mignon de vouloir répondre présent quand une amie va mal mais ça nique autant physiquement que dans la tête. J'ai pas arrêté de ruminer toute cette journée, ses mots, les choses qu'elle m'a avoué, les autres que j'ai pu deviner ou que j'ai interprétées. Je suis sûr d'une chose, tout ça ne restera pas impuni, je vais retrouver ce petit branleur et on verra bien...En fait à chaque fois que je revenais à cette conclusion tout mes muscles se bandaient et je mettais un temps fou pour me décrispais..Il faut que je me vide la tête parce que même après une nuit de sommeil voilà que la contrariété me gagne de nouveau.
Je soupire, elle n'est plus là, elle a dû partir et c'est tant mieux parce que les vigueurs matinales ne me dérangent pas mes les passer au coté d'une noona comme InSoon...ça me met franchement mal à l'aise, j'ai l'impression d'être un gros porc alors que c'est naturel, dû moins j'essaye de m'en convaincre à chaque fois que ça m'arrive dans ce genre de situation..gênantes et peu appropriées. Je passe mon poing serré sur mon front, les joues gonflées d'air j'expire un long coup, desserrant mes doigts pour faire retomber le plat de ma main sur ma face entière. Ma paume appuie contre mon nez, j'esquisse un sourire en retraçant ses courbes du bout de l'index.
Je ne vais quand même pas passer "ça" dans le lit de Noona, mais je ne peux pas non plus aller me doucher parce que j'ai la flemme, alors je vais simplement calmer mon souffle et mon rythme cardiaque. J'ai pas une trique monstre, c'est rien qu'une petite bosse assez courante voir quotidienne alors je sais à peu prés comment gérer le truc.

Alors que je passais en revu toutes les professeurs les plus moches que j'avais connu j'entends du bruit dans le couloir et la porte s'ouvrir en grand. Je soupire lourdement, me tournant sur le coté le drap remonter sous mon bras, les mains bien serrées dessus je fais semblant de dormir mais elle ne lâche pas l'affaire et aggrave même son cas.
J'ouvre un oeil , restant sur le flan je grogne, donnant un bon coup de pied dans sa cuisse, ma jambe protégée de ses représailles sous son épaisse couverture.

" Ok ok j'arrive mais bouge de là j'ai besoin de me resituer tout seul."

Je suis tout décoiffé, j'ai les traits tirés autant dire que j'ai pas envie du tout de me montrer avec cette gueule là. J'enfonce mon visage dans l'oreiller en me tournant sur le ventre, le draps relâché n'importe comment, une jambe sur le sol l'autre replié sous mon ventre. Je végète totalement mort de fatigue, cette nuit a été reposante mais finalement pas tant que ça, juste vers la fin lorsque mon esprit était trop épuisé pour continuer de fonctionner. Je finis par me trainer hors de là, mon entre jambe c'est presque totalement revenu à la normal alors j'enfile mes vêtements de jours, ceux de la veille et quitte la chambre laissant mon pyjama au sol en plein milieu de la pièce elle le ramassera pour le mettre à la panière de toute façon !

Je cours jusqu'à la cuisine, le sourire au lèvre les cheveux tout décoiffés, je baille à gorge déployée avant de m'installer à sa petite table, applaudissant face à l'assiette fumante de jolie crêpe! J'attrape le pot de nutella et commence à m'en tartiner voilà une bonne journée qui commence !
Contenu sponsorisé
Fiche de jeu
Liens utiles
 
/FLASHBACK/ baby don't cry
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» /FLASHBACK/ baby don't cry
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kidding  :: FUNNY TOWN :: OLD PIECES OF WORK :: Galsan-
Sauter vers: