Aller en haut Aller en bas


No Kidding [trailer] par Kim Hye Ri ♥

Nous manquons de Too Bad et de femmes ~
Pour faire passer une annonce cliquez ici

Partagez | 
 

 Joyeuse Saint Valentin -ft Daeho-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
avatar
Invité
Fiche de jeu
Liens utiles
Ven 13 Fév - 3:07
Aujourd’hui nous sommes le 14 février… La plupart des gens qui sont en couple ont toujours un programme prévu pour cette journée. Des sorties je suppose, des cadeaux, des câlins… Mais sûrement pas ce que moi j’ai prévu.

Avec Daeho j’ai vraiment mal agis. Pour ma défense, si j’ai été aussi froid envers lui, ce n’est pas sans raison. Depuis cette fameuse fois où je suis rentré seul après le couvre feu, en plein hiver… Je n’étais plus pareil. Ça ne se ressentait pas vraiment avec les autres, avec mes amies ou ma famille, tout simplement parce que je ne suis aussi tactile avec personne d’autre que lui. Et tout le problème venait de là, de nous contacts. Pourquoi étais-je différent ?... Mon agression et ma confrontation avec un tueur en série qui en voulait à ma peau, ça doit être convainquant non ?
Je ne cherche aucune excuse, j’aurais dû lui en parler avant au lieu de ne pas lui expliquer… Je le sais très bien, mais j’étais incapable de ne serait-ce qu’en parler sans avoir des crises d’angoisse.
Cet assassin m’a étranglé, il a tenté de me tuer… Pour une raison qui m’a toujours échappé, mais qui semblait cruciale pour ce taré.

Les seules fois où je pensais à tout ça, c’était forcément la nuit, lorsque j’étais seul dans ma chambre. Alors mes crises n’ont jamais été vues, ou même entendues par quiconque. Pourtant, j’étais frappé par tous ces flashs, ces souvenirs violents et douloureux. De nombreuses migraines m’ont assaillit depuis, mais tout ça s’est atténué grâce à des médicaments prescrit lorsque je suis allé à l’hôpital pour me faire examiner et soigner. Je me souviens que j’ai refusé un suivi psychologique, même si lorsque je suis allé faire ma déposition au commissariat, on me l’a vivement conseillé.
Ma visite médicale, mon agression, mes crises… J’ai vécu tout ça, dans le dos de ma tante et de mes proches. Aucun de mes amis n’a été mis au courant, je n’ai jamais aussi bien menti et caché quelque chose que pour cette fameuse nuit. Moi qui ne suis pourtant pas doué pour cacher ce genre de mal être, il faut croire que tout est possible…

Se faire poursuivre, se débattre pour survivre sans aucune aide extérieure… C’est plus traumatisant que ça en à l’air, et je ne voulais pas non plus être prit en pitié, ou même me montrer faible. J’ai confiance en ma tante, en mes amis, et en Daeho… Mais je ne voulais pas les impliquer non plus. Je ne voulais pas les mettre en danger en parlant peut être trop. Je n’en ai pas l’air mais je tiens beaucoup à eux, tous, et je m’en voudrais énormément s’il devait leur arriver quelque chose, surtout par ma faute.  Cette crainte pour le bienêtre de mon entourage ne m’a pas quitté depuis mon agression. Je ne sais pas depuis quand il me suivait. Et s’il avait vu où vivait Daeho ? Ou s’il avait vu où je vivais en me suivant après m’avoir agressé ?... Chaque jour cette idée m’a traversé avant que je ne m’endorme.
Cette peur m’a d’ailleurs aidé à prendre une décision… D’ici quelques mois, je prendrais un appartement et j’y vivrais seul. Avec Kiwi bien entendu, ça va de soit. De cette manière, j’éloignerais la menace qui vole au-dessus de ma tante. Et puis il était de toute façon temps que je quitte le « cocon familial » bien que cette maison n’ait pas vu mon enfance. Je suis un adulte maintenant, ou presque… Je travaille, et j’ai largement de quoi me prendre un petit appartement. Il me fallait une motivation pour partir et changer… Et protéger la femme qui m’a donné tout cet amour maternel, c’est amplement suffisant.

Bref… Comme je le disais, nous sommes le 14 février et, au lieu de passer la journée avec Daeho dans un lieu romantique… Je l’ai invité chez moi en lui laissant un message vocal faute de pouvoir l'avoir. Je ne pense pas qu’il comptait me contacter pour la Saint Valentin de toute façon, et je dois avouer que je l’ai cherché… Il ne faut pas croire, ça me coûte d'avouer tout ça !
Il aurait aussi pu essayer de comprendre ce qui n’allait pas mais… Je connais assez Daeho pour savoir qu’entre nous ça fonctionne parce que l’on est franc un minimum l’un envers l’autre. Or je ne lui ai rien dis. Mais aujourd’hui, je vais le faire. Avouer que je me suis fais agressé et que j’ai faillis mourir sous la main du célèbre tueur en série d’Anyang, ça n’a rien de romantique mais… Pour moi c’est symbolique. J’y pensais depuis déjà plusieurs jours, et les contacts avec mon petit ami me manquent. J’ai envie de pouvoir me blottir dans ses bras et de pouvoir de nouveau l’embrasser. Ou même juste lui parler… C’est difficile de ne pas pouvoir faire tout ça. À cause de cette agression, je ne supportais plus les contacts, surtout à mon cou… Avec le temps je me suis calmé, et j’ai relativisé. C’est un peu comme ce que j’ai vécu avec JiHyuk… Sauf que c’était beaucoup plus violent.

Est-ce que toute cette peur fait de moi quelqu’un de faible ? Je ne sais pas… Je ne sais plus, mais ce n’est pas le plus important.
Debout face à mon miroir, je soupire brusquement. Je ne suis pas encore habillé, ni même lavé… Mais j’ai du temps devant moi. Ma tante est absente en ce moment alors j’ai la maison pour moi. Du coup j’ai proposé à Daeho de venir dès le matin. Il a accepté malgré le froid qu’il y avait entre nous... Alors vais essayer de le garder au moins ici jusqu’à 12h, parce que j’ai quand même prévu un repas que j’ai préparé moi-même… Je me suis basé sur ce que je l’avais vu cuisiner lorsque j’allais chez lui, alors ça devrait lui plaire. Oui, je ne vais pas le faire se déplacer juste pour mon coming-out. C’est tout de même la Saint Valentin et je veux lui prouver que j’ai pensé à lui durant tout ce temps.
C’est moi le hyung malgré les apparences !  En essayant de me convaincre je soupire de nouveau avant de me glisser dans la douche. J’utilise mon shampooing spécial teinture étant donné que je me suis refais récemment une couleur. Depuis que je le connais, j’ai toujours été blond, mais hier matin, j’ai opté pour reprendre ma couleur naturelle… Châtain clair.  Je demanderais subtilement à Daeho si ça lui plaît ou pas… Oui… Bon, j’essayerais d’être subtile et de ne pas rougir comme un idiot ! J’avais besoin d’avoir du changement physiquement, pour marquer la fin de quelque chose, et le début d’une autre.
Après une douche fraîche, je me sèche pour pouvoir enfiler la tenue que j’ai choisie hier soir. Rien de très extravagant.  Dernièrement, j’ai repris mon entraînement au Taekwondo, j’ai donc retrouvé mon poids normal. Une alimentation légèrement plus équilibrée m’y a aussi aidé, et ce malgré mes tourments récents. Même si je n’avais rien dis à propos de mes problèmes, mes amis ont été présents, et Yinchao ne m’a pas laissé retomber dans une dépression. Je lui dois d’ailleurs beaucoup… Il a dû sentir que je ne pouvais pas lui en parler pour l’instant, mais ça ne l’a pas empêché de me soutenir. Après avoir mis au courant Daeho, il faudra aussi que je lui en touche deux mots… Il va paniquer, mais il vaut mieux que ça soit maintenant. Je sais qu’avant je n’aurais pas pu gérer, et j’aurais sans doute fais une crise en sa présence et ça … Il n’en est pas question. Il se fait déjà des cheveux blancs pour moi , alors autant ne pas en rajouter d’avantage.
De retour dans ma chambre avec ma serviette autour des hanches, Kiwi en train de gambader joyeusement sur mon lit, j’observe le temps à travers ma fenêtre. Il a l’air de faire froid… Mais moins que hier. Sans doute l’absence des rafales glaciales. Je me saisi donc de mon pull léger à col en V beige, puis de mon jean bleu délavé. Une fois habillé, je discipline mes cheveux, une grimace pas très jolie sur la face. Est-ce que je vais lui plaire ainsi ? Est-ce que ça ne fait pas trop ? J’ai suivi le conseil de ma tante de ne pas trop négliger mes tenues vestimentaires, mais je ne suis pas un pro en mode… J’aimerais faire des efforts, mais c’est surtout ma tante qui m’achetais mes habits… Mais bon, comme elle m’avait aussi acheté cette tenue, je me suis dis que ça sera bien, mais qui sait… Daeho n’est pas quelqu’un de facile non plus.

« Calmes toi Min Nam…
-Ouaf !
-Oui je sais Kiwi… Tu vas avoir tes croquettes ne t’inquiète pas. »


Un peu détendu, je souris et enfile mes chaussons, avant de prendre mon téléphone. Ma chambre est très bien rangée, je ne risque donc pas d’y revenir, sauf s’il veut monter pour plus de tranquillité. Pressé par mon chien, je descends les escaliers pour aller remplir sa gamelle de croquettes. Je me sers ensuite un verre de jus d’orange. Il est 10h, il ne devrait plus tarder. La nourriture est prête, il faudra juste que je réchauffe le tout… S’il accepte de rester pour manger. Je stresse un peu , voire beaucoup… Nous ne nous sommes pas disputé à proprement parlé, mais son silence radio en dit long sur son état d’esprit… Enfin je pense. Je compte de toute façon m’excuser. J’ai compris mon erreur, alors j’ai pris la décision de changer ça. J’espère juste qu’il m’écoutera et qu’il comprendra le pourquoi de mon éloignement. Mon portable vibre dans ma main alors j’y jette un rapide coup d’œil… C’est ma tante. Je lirais son message plus tard, car évidemment, au même moment la sonnette retentis.
C’est le cœur battant la chamade que je me précipite presque jusqu’à la porte. Mon souffle se coince dans ma gorge et je dois me faire violence pour respirer de nouveau. Du calme, du calme… Ce n’est que Daeho… Le gars dont je suis amoureux… Ok.

Tandis que ma main a ouvert la porte pour dévoiler mon visage,  je sens celui-ci se colorer à la vision de l’homme qui m’a obsédé ces derniers jours. Après avoir vérifié son identité, je laisse la place pour qu’il puisse rentrer au chaud, enfin. Je dois avouer que lorsque je l’ai invité, je me suis demandé s’il se souviendrait toujours du chemin à prendre. Apparemment je  me suis inquiété pour rien.

« Salut… »

Ma voix a peinée pour se détacher de mes lèvres… Mais j’y suis arrivé. J’espère que notre Saint Valentin ne sera pas catastrophique…
avatar
avatar
Lee Dae Ho
I'M AN HEIR
here since : 03/06/2013
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: pris par untel / vide / etc...
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURS
FINIS
ABANDONNÉS
Liens utiles
Ven 4 Sep - 22:13
La Saint Valentin, quelle belle connerie. Je ne l'ai jamais fêté, petit je sais que certains de mes amis allaient offrir des chocolats à leurs petites-amies, les même filles a qui ils tiraient les cheveux deux jours plus tard sans aucune raison valable. Mes parents je ne les voyais déjà jamais alors mieux vaut ne pas compter sur ce jour pour les imaginer amoureux, attablé au restaurant. J'aime les chocolats, je ne dis pas n'en avoir jamais reçu parce que ce serait mentir mais disons que je n'ai pu en profiter qu'une seule année. Pendant ma première au lycée. Une fille est arrivée, puis une seconde, j'a préféré les chocolats de la seconde alors je suis sorti avec, elle était douce, sa peau chaude, j'ai aimé être avec elle et les baisers échangés (ouais à l'époque j'étais encore puceau ça craint du boudin comme dirait l'autre) mais après deux jours. Parce que ouais j'profite autant en si peu de temps, je l'ai dégagé, la boite était fini son visage me fatiguait et déjà commencer à se répandre les rumeurs concernant notre sale coup à moi et Jihyuk.. Après ça on a été pas mal traîné dans la boue, pourtant beaucoup en riait de nos brimades à l'égard de ce petit merdeux mais dés que l'autorité supérieur de l'école s'en est mêlée ils ont tous retournés leurs vestes. Je chasse ce sombre souvenir de mon esprit alors que mes pas finissent par me mener face à cette demeure à l'écart de tout où séjourne mon bien aimé. Un haut de cœur me prend à cette formulation de canard, depuis le temps qu'on est ensemble on a dû s'embrasser deux fois et moi ça commence à me chatouiller. J'ai visionner des videos un peu..Bref et même si au début j'me suis barré en courant de ma chambre j'ai fini par rentrer les bons mots dans mon moteur de recherche X. C'est vrai ça, moi avant à la seule pensée que deux mecs pouvaient s'enfiler j'avais le vomis aux bords des lèvres. Je m'étais donc pas vraiment renseigner vous vous doutez bien. Puis finalement en approfondissant le truc, en décrivant plus ou moins les caractéristiques physique de l'autre poussin j'ai fini par dégoter deux trois vidéos pas très dégueulasses, y'en a même une qui m'a filé une demi-molle. Pas très classe tout ça mais après tout celui qui croit que "faire l'amour" peut être romantique il n'a jamais pris son pied. Si c'est pour patienter trois plombes avant de pouvoir grimper au septième ciel c'est qu'il faut changer rapidement de donzelle. Moi j'aime uniquement me satisfaire et la plus par du temps, j'suis tellement doué que ces demoiselles semblent tous aussi comblées. Une pierre de coup comme dirait l'autre . -il intervient des masses dans mes pensées privées celui là! -

J'ai pas pris de chocolat, techniquement le quatorze février ce sont les filles qui en offrent aux mecs et..Je juge que dans notre couple, c'est plutôt le fragile minnam qui joue ce rôle là. Ô bien sûr je ne lui avouerai jamais cette pensée, parce que déjà je ne suis pas suicidaire, et aussi parce que j'me doute qu'il se vexerait et finirait par psychoter sur mon possible revirement de bord encore une fois. " et si il s'était trompé?" , "si il ne me désirait jamais?" je crois que moi aussi je me le suis déjà demandé, mais il suffit que ma langue finisse dans sa bouche pour que toutes ces conneries s'évanouissent . Autant ne plus se prendre la tête quand on la la solution à un mal, non?

" Yo."

Court et classe, non franchement j'crois que j'aurais pas pu trouver mieux... Bon ok c'était à chier mais lui aussi pourquoi il me tire cette tronche? Ca motive pas des masses à ouvrir les bras et l'inviter à se galocher.. Je m'avance et referme la porte derrière moi, j'étais presque jamais venu ici mais je repère rapidement l'endroit où je dois abandonner mes supers sneackers adidas...J'espère les retrouver en repartant, nan j'déconne c'est le stress..
Il fait bon chez lui, je tourne discrètement la tête à droite, à gauche, j'avise les quelques cadres au mur, je ne fais aucun commentaire pas envie qu'il me foute à la porte sans avoir mis une seule fois les pieds dans sa chambre.
Les mains jointent dans le dos, lèvres pincées mon corps se balance très légèrement d'avant en arrière alors que mes yeux, écarquillés cherchent quelque chose d'intéressant cette fois à détailler.

"Hm..T'es tout seul?"

Pas que j'vais lui sauter dessus ou je sais pas, j'espère qu'il va pas croire ça? Son entrée est cool mais j'aimerai bien voir le reste de la baraque..Si je lui demande où se trouve sa chambre va-t-il se dire que je brusque les choses? Bordel qu'est-ce qu'il m'arrive, il est vraiment chiant ce gamin.
Finalement sa fine silhouette se détache et s'éloigne vers une autre pièce sans porte, je lui emboîte le pas, les mains toujours sagement dans le dos, le coeur qui bat à mille à l'heure.

"J'ai pas amené de chocolats..J'y ai pas pensé.."

Hm je regrette ces mots parce que son mental de fille va prendre ça comme " j'en ai pas pris parce que notre relation n'a pas de sens pour moi " ou bien " oh il doit croire que les gay ne célèbrent pas cette fête.." bon ok je préférai largement qu'il se formule la première hypothèse..tout simplement parce que le terme "gay" ne me va pas, et ne me correspondra jamais. Je prends place dans le canapé, toujours aussi coincé bientôt mes prunelles suivent la trotteuse sans y décocher leur attention..

"Ca fait un bail. Tu m'avais manqué.."

Première chose vraie que j'arrive à sortir..J'ai vraiment aucun courage.
avatar
avatar
Invité
Fiche de jeu
Liens utiles
Sam 5 Sep - 1:15
Yo... Court... Concis... Totalement Dae Ho pour le coup. Son bonjour ne m'a pas surpris, j'ai dû le mettre mal à l'aise, mon angoisse doit se sentir à trois kilomètres à la ronde ! C'est terrible, je sens que je vais tout foutre en l'air... Je le fais venir pour lui dire tout ce qu'il s'est passé, pour lui dire ce qui m'a amené à m'éloigner de lui en quelque sorte. Je veux aussi lui faire comprendre que je tiens à lui et que je regrette que tout ce soit passé ainsi... Enfin je regrette, mais si ce que j'ai fais à permis à ce que le criminel, ce tueur en série, ne touche pas à un seul de ses cheveux... Je recommencerais. Encore et encore. Il n'était juste pas question que Dae Ho soit mêlé à ça. Hors de question qu'il vive ce que... J'ai vécu cette nuit là. Je m'en suis sorti moi, mais il y en a plein qui n'ont pas eu cette chance. Rien que d'imaginer qu'il aurait pu se retrouver dans le même cas de figure me tord violemment les boyaux.

Il y a quelques semaines de ça, ce genre de pensées m'aurait provoqué une crise. Aujourd'hui, je suis capable de relativiser un peu plus. Je ne crains plus rien, et mes proches... Non plus. Psychoter à chaque coin de rue n'était plus possible. Et encore moins se faire un film à chaque bruit bizarre dans la maison, en l'absence de ma tante. Ça fait très puéril et gamin qui ne peut pas dormir sans sa mère mais... J'ai vraiment été terrorisé. Même en cherchant à faire face au début, je sanglotais tout seul sous ma couette et je tremblais comme un malade.

Enfin, c'est du passé, et heureusement. Il me reste des traces qui sont indélébiles, mais... Je suis moins marqué. C'est pour ça d'ailleurs que je me sens prêt à en faire part à mon entourage. Personne ne sait encore pour mon agression, et Dae Ho va être le premier au courant. J'espère qu'il saisira un peu que je fais un gros effort... Je n'aime pas être plains, ou même exagérément protégé, chouchouté. Mais... En tant que petit ami, il a le droit de savoir. Je lui fais confiance, et veux qu'il voit que je suis capable de me laisser aller parfois.
Aller on s'accroche Min Nam ! En parler sera dur, mais ça ira mieux après. Il a l'air plutôt bien mentalement aujourd'hui, je veux dire par là, de bonne humeur. Assez pour être plus détendu que moi en tout cas. Enfin... Ce n'est pas tellement difficile de l'être dans le cas présent. Hum.

Me reculant pour lui laisser de la place, je le regarde fermer la porte et se déchausser. Je lui ai proposé de retirer son manteau pour l'accrocher au portemanteau en essayant de ne pas trop trembler. Pas de peur, mais à cause du stresse. Autant parce que je veux lui avouer que le fait qu'il est toujours aussi beau... voire plus ? Il m'avait tellement manqué aussi... Le son de sa voix, son regard, son odeur... Aishhh... Toutes ces pensées me perturbent et je me pique un fard tout seul. Gêné, je remarque à peine qu'il se balance, je ne fais pas réellement attention v'voyez ? Je cherche surtout à ce qu'il ne voit pas mes joues habituellement pâles toutes roses, voire rouge.

Sa voix raisonnant agréablement jusqu'à mes oreilles, je cherche tout de même son regard pour le plonger dans le sien. Oui, même si je suis timide et nerveux de nature, je l'aime encore plus et son contact, après tout ce temps, est bien plus important que le fait que je sois rouge comme une tomate face à lui. Ce qui en soit, n'est pas une nouveauté hein...

«  O-oui... Ma tante n'est pas ici en ce moment. On sera tranquille. »

Pensant surtout au fait que ma tante a tendance à être un peu -beaucoup- envahissante parfois, je préfère le prévenir. Il se sentira peut être plus à l'aise en sachant qu'elle ne rentrera pas ? Moi à sa place j'aurais un poids en moins ! Elle est adorable, mais très indiscrète. Elle veut mon bien alors elle ne s'en rend pas compte... Et puis je ne lui fais pas remarquer, j'en ai l'habitude maintenant. Mais j'aimerais autant éviter qu'elle lui demande si je suis un bon petit ami et tout pleins d'autres trucs gênants... Bef, je ne fais pas attention au possible sous entendu que Dae Ho aurait pu comprendre.
Pas que je ne pense pas à... ça. Il m'attire, c'est indéniable. Et... Je... Passer le pas ? Avec lui ? C'est clair que ça me fous la frousse, j'aimerais autant pas être nul et le dégoûter à vie des relations sexuelles homosexuelles. Mais d'un autre côté, rien que de me rappeler notre moment dans sa salle de bain ce soir là... Ou même ce baiser contre la porte de ma cuisine, un peu après nos retrouvailles d'après Halloween... J'ai un coup de chaud.

Ce type est capable de me rendre dingue juste avec sa langue et ses lèvres... Oh mon dieu, j'ai eu une image là, on va se calmer.
Calmement, je lui ai fais signe de me suivre jusqu'au salon, l'invitant à prendre place dans le canapé. Est-ce que je lui propose tout de suite à boire ? Hm... Je ne sais pas trop, j'ai vraiment envie de... Le toucher, juste un peu... Je ne me croyais pas aussi tactile, c'est bizarre pour moi, et pourtant ça change rien. Juste même sa main, je serais heureux. Peut être frustré, mais heureux. Alors je m'assois à ses côtés

« Oh... Euh... J'attendais pas de chocolats... C'est pas grave. »

J'allais continuer, en lui demandant les banalités tout d'abord. Comment il allait, comment ça se passait à la fac... Oui, ce genre de chose. Moi je travaille toujours au café, mais je m'en lasse. Grâce à lui, je me suis quand même assagis, et j'arrive à me faire entendre des clients trop chiants sans leur en coller une. Même si ce boulot paie bien, je ne compte pas le faire indéfiniment. Mais ce n'est pas le plus important. J'allais lui faire la conversation mais... Il me lâche sa bombe... Comme ça.

Immédiatement mon coeur s'est violemment mit à cogner contre ma cage thoracique, me coupant presque le souffle. Ce n'est pas possible d'avoir mal et en même temps d'être aussi heureux... Si ? Mon coeur cogne tellement fort que c'est à la fois désagréable, presque douloureux... Et tellement plaisant.
J'ai du mal à exprimer ce que je ressens face à tout ce qu'il provoque en moi... Mais encore une fois, je vais faire des efforts, je l'ai décidé.

« Tu m'as manqué aussi... J'ai... Beaucoup pensé à toi Dae Ho... »

Rouge comme une pivoine maintenant, je n'y fais plus trop attention, tourné vers lui. Mon envie de le toucher est toujours aussi forte. Je me dis qu'il faut que j'assume mon attirance pour lui. Lui l'a toujours montré si j'y repense. C'est quasiment toujours lui qui m'embrassait...
Doucement, je pose ma main sur la sienne qui se trouve sur sa cuisse. Je voulais attirer son attention à la base et puis... Je l'avoue encore, entrer en contact physique avec lui. Et là... Sa chaleur m'envahit et me transcende. Un long frisson me traverse, juste... Avec sa main. Ma timidité n'étant pas vraiment partie, je resserre mes doigts sur sa grande main fine que j'ai tant admiré sans m'en rendre compte. Mon visage se rapproche un peu du sien... Il se rapproche encore... et après avoir hésité une dernière fois, je presse mes lèvres contre les siennes.

Oui, je n'avais pas prévu du tout de l'embrasser ! Je voulais à tout prix de lui parler de tout ça avant. De m'excuser, d'avoir une conversation avec lui... Mais... Je m'attendais pas à ce qu'il me dise ça aussi... Mon coeur a explosé à ces mots. Je lui ai manqué. Après tout, c'est normal, mais le fait qu'il soit sincère et me le dise fait toute la différence avec notre ancienne relation. Je n'ai pas su résister à ça, j'espère qu'il ne sera pas choqué, parce que quand même... C'est rare que je fasse le premier pas, j'en ai bien conscience.

Dae Ho tu me change vraiment, et tu me rends dingue en passant.
avatar
avatar
Lee Dae Ho
I'M AN HEIR
here since : 03/06/2013
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: pris par untel / vide / etc...
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURS
FINIS
ABANDONNÉS
Liens utiles
Mer 30 Sep - 14:56
Il est assit là tout près de moi, la trotteuse continue son tracé ensorcelant, comme le crayon d'un compas elle traverse le cercle de l'horloge toujours dans le même sens pour regagner le 12 central. A quoi bon compter les heures, les minutes et les secondes? Est-ce que le temps a réellement une forme? Peut-on concrètement  dire qu'une minute fait soixante-secondes? Je n'ai jamais étudié sérieusement la question, peut être parce que j'ai peur d'être ridicule en découvrant les dessous d'une science exacte et adoptée depuis des décennies. Je me dis quand même, qu'une heure n'a pas la même longueur selon l'instant, qu'il m'arrive de la sentir passer comme une fraction de seconde et la suivante me semble s'étirer dans le temps comme une année entière. Devrons nous prendre en compte les personnes avec qui nous sommes ou les situations vécus lors de ces laps de temps? Avec MinNam ce n'est jamais régulier par moment en un clignement de cils et voilà déjà le soleil qui décline dans le ciel..et à d'autres...comme maintenant où j'ai plus la sensation de m'enfoncer dans un bloc de béton pour ne plus jamais y sortir, que de vivre un instant qui filera comme une étoile.

Il me parle, je crois qu'il effleure même ma main mais là pour être honnête je n'arrive plus à bouger, à émettre le moindre son ou à amorcer un mouvement. J'ai trop songé à cet instant, je l'ai refait, j'ai imaginé le meilleur moyen de faire avancer les choses sans que cela ne soit trop brusque, mais à vrai dire ça se finissait souvent soi dans les larmes -pour nous deux- soi seulement lui et moi les menottes aux poignets.. J'suis vraiment sous tension et c'est mal de l'être à ce point alors que vous sortez avec la représentation humaine de bambi.
Fais chier lui aussi, il connait rien à son propre..Bisness de gay. Ça m'aurait plutôt servit qu'il me prenne par la main, non il attend encore là en m'étouffant de son innocence, j'ai parfois l'impression qu'un nuage poudreux l’auréole et le fait scintiller comme une putain de lanterne de Noël..

Sa bouche sur la mienne et c'est un putain d’électrochoc loin d'être agréable qui me traverse le corps entier. Mon corps se soulève presque du sofa alors que mes yeux se ferment instantanément. Il joue à un jeu dont il ne connait pas les règles, je m'imagine déjà des larmes rouler sur ses joues de poupons et la froideur d'un métal cercler mes poignets..à vrai dire je préfère prendre le risque, il saura se défendre si je le brusque, et puis cette façon de faire m'a toujours rebuté alors c'est peut être moi qui me mettrai à chialer tant dis que lui clamera qu'il ne regrette rien assit à l'arrière d'un fourgon blindé.
Je me sépare de lui, reprenant mon souffle et chassant toutes ces pensées stupides de ma tête...Non mais sérieux faut que j'me rééquilibre là.
Mes fesses retombent dans le fond du sofa, un bras étendu sur le dossier l'autre prés de ma cuisse je cherche du regard un moyen de me rafraîchir rapidement, mais y'a pas un seul pot de fleur à l'horizon.

"La...La salle de bain, please.."


Bon ça a tellement de sens différents cette phrase, je le dissuade d'un regard de peut être espérer jeter un œil à l'évolution de mon entre jambe, non ça vient pas de là c'est d'ailleurs! Je bondis sur mes pieds et en suivant l'indication craintive qu'il me donne je disparais à l'étage.

La porte fermée, face au lavabo je viens arroser allègrement ce que j'ai mis du temps à peigner avec mes doigts en arrivant, j'ai l'air de plus rien avec les cheveux ainsi plaqué sur la face mais bon Dieu, que ça fait du bien. Je trouve une serviette de bain, la tire de son étendoirs et viens me frictionner la crinière, voilà d'un premier de la classe je passe à un hérisson punk..Bon bah écoutez hein ça suffira amplement, ce n'est que MinNam..J'suis sûr je porterai un sac poubelle comme Tarzan pour cacher les bijoux de famille et que j'm'étais pas doucher durant deux mois il trouverait toujours à dire que j'suis magnifique, il en rougirait et tout ça sincèrement le pire...

Je suspends mon geste au moment d'abaisser la poignet, j'ai eu, l'espace d'un éclair, l'envie de descendre et de lui faire la tête au carré..Je ne peux tellement pas contrôler ce trop plein de besoin que me voilà déjà à divaguer..Je vais vraiment finir ma jeune vie derrière les barreaux et ce sera toujours avec cet amer besoin de me le faire. Faut que j'assouvie là sinon j'risque de faire une connerie..Je me retourne, avise le lavabo encore une fois, pourquoi les chiottes sont pas dans la même pièce hein?
Ma respiration est de plus en plus rapide, je perds mes moyens ainsi que mon sang froid, il me rend chèvre tout comme sa baraque agencé au hasard par des architectes incompétents. je les nique tous bien comme il faut quoi..Je me mords le poing en étouffant un soupir de pur frustration, il faut que j'ai l'air cool en redescendant, comme il m'a toujours connu et adoré.. Je ris un bon coup en m'imaginant ce petit idiot faire des offrandes à des Icônes me ressemblant..

J'abaisse finalement la poignet et tire le battant vers moi, près à rejoindre de nouveau l'arène.
avatar
avatar
Invité
Fiche de jeu
Liens utiles
Dim 4 Oct - 12:03
Est-ce que... On peut m'expliquer ?

Je pensais que lui montrer mes sentiments en faisant un effort sur ma timidité serait une bonne chose... Enfin, pas vraiment que je sois timide... Pas du tout même. Mais j'ai beaucoup de mal à montrer et à dire clairement ce que je ressens. Ça c'est en général. Avec Daeho, ça a été 1000 fois pire. Pas moyen de comprendre un truc sur deux ! J'ai vraiment mis du temps à comprendre toute l'ampleur de ce que je ressentais pour lui, et de ce qu'il ressentait pour moi surtout. Lui dire qu'il m'a manqué... L'embrasser en prenant les devants.. Je n'aurais jamais fais ça avant. Mais je préfère être sûr d'être compris, plutôt que d'espérer au risque qu'il y ait un malentendu.

Et puis j'avais envie de lui répondre aussi ! C'est vrai, il m'a énormément manqué, physiquement, mais pas que. Lui parler, le voir, l'écouter... Juste être avec lui en fait. J'avais un vide en moi que j'ai ignoré à cause de la peur, et de la douleur aussi. Et puis de la honte. J'ai été faible, et ça s'est retourné contre moi. Je ne voulais pas qu'il me voit comme ça, incapable de m'endormir sans pleurer, ou de passer une nuit sans me réveiller en criant presque à cause d'un cauchemar. Je ne suis pas du tout fier de cette partie de ma vie, encore toute récente... Mais je reste ancré sur mes décisions. Je lui raconterais aujourd'hui. Mon agression, et après...

En attendant, ça ne règle pas mon problème. Je l'ai embrassé... Il a eut l'air d'apprécier. Enfin... Je crois ? Comment savoir hein ? Il s'est carrément enfuis ! Il m'a demandé où était ma salle de bain en paraissant très mal à l'aise et il a filé... Je traverse un gros moment de solitude du coup. Il n'a pas aimé le baiser ? Je suis trop nul à ce genre de choses ?... Encore une fois, mon esprit dérive sur des écrits scientifiques que j'ai lu sur les relations sexuelles homosexuelles. Le « dominé » ou celui qui est « en dessous » peut parfois prendre les devants sans être en perpétuelle « attente » … Autrement dit, d'après le dessin explicatif qui m'avait rendu plus rouge qu'une tomate -tellement que j'ai refermé un peu brusquement le livre dans la librairie avant de m'enfuir en croyant qu'on avait vu ce que je lisais- celui qui... Hum... Se fait... Enfin voilà quoi, il peut être « au dessus » tout en se faisant « dominer ».

Mais si je suis pas foutu d'embrasser correctement en faisant passer des sentiments... Est-ce que je serais capable de le satisfaire ?... Daeho je veux dire. Il a une grande expérience, même si elle est hétérosexuelle, et il en aura vite marre si je suis nul... Aishh ! Trop gêné, je me lève brusquement pour aller à la cuisine et me servir un verre de jus d'orange. Je lui en sers un à lui aussi pour revenir au salon et déposer son verre sur la table basse. Après deux gorgées, je pose mon verre moins rempli que l'autre sur la table, avant de sursauter à l'entente de la porte de la salle de bain qui s'ouvre. Enfin il revient...

Immédiatement, je me demande ce que je dois faire, ce que je dois dire... Je vais pas m'excuser, ça n'aurait aucun sens. Mais je peux pas lui demander ce qu'il a non plus. Je le connais, soit il dira pas la vérité, soit... Il me dira pas la vérité. Hum.
Déposant mon regard sur mon petit ami qui revient juste, je passe ma langue sur ma lèvre supérieure un peu en réflexe en sentant qu'il reste des gouttes de jus d'orange. Ça me donne envie d'en reprendre alors je reprends mon verre pour le porter à mes lèvres et boire encore un peu avant de m'adresser à lui, la lèvre de nouveau humide.

« Je t'ai aussi amené un verre de jus d'orange... Il est sans pulpe, ça te va ? »

Intrigué, je le détaille quand même en remarquant qu'il a mouillé ses cheveux.

… Argh... Il est vraiment beau comme ça. Il en a conscience ou pas ? Non parce que mon coeur va beaucoup trop vite d'un coup, et mes joues doivent suivre le mouvement en se colorant ! Aish !

« Tu... Tu avais trop chaud ?... Je peux baisser le chauffage si tu veux. »

Je sais qu'il ne me dira rien, mais je suis quand même curieux ! Il est parti si vite sans même dire ce qu'il y avait... Je tente un sourire, sincère, pour lui montrer que ce n'est pas grave. Même si je m'interroge, je m'en fiche un peu. Je suis déjà content qu'il accepte de venir me voir après tout ce temps à déprimer seul de mon côté. Enfin déprimer... Psychoter serait plus juste. Et encore... La police ne l'a toujours pas attrapé, alors je ne suis pas hors de danger, et lui non plus. Mais maintenant, je me dis que je ne me laisserais pas faire. J'ai réussi à lui échapper une fois et je n'étais pas préparé. S'il revient, là, je me défendrais avec beaucoup plus de violence pour ma vie, et pour lui montrer que mon sort ne lui appartient pas. Ni le mien, ni celui de tous les innocents qui ont été retrouvé massacrés à Anyang ces derniers temps par sa faute.

« Hum... Euh... »

Les sourcils froncés, je m'apprête à parler pour détendre un peu l'atmosphère. Je ne vais pas parler de ça tout de suite. Déjà, j'ai peur de lui en parler, de ce qu'il va en penser... Et après, je ne sais pas comment aborder la chose. Je ne veux pas l'inquiéter, je ne veux pas qu'il craigne pour sa vie non plus... Je ferais tout pour qu'il ne soit pas en danger, et surtout pas par ma faute. Mais... Et s'il refusait de me voir en sachant que je suis dans le collimateur de l'autre malade ?... Je suis sûr qu'il sait où je vis, et qu'il me suivait. Mais je ne sais pas exactement depuis combien de temps il le faisait...

« Dae..Ho... »

Aller Min Nam... Parle ! Et ce même si tu te ridiculise. D'un côté, ce que je vais dire, c'est vraiment pour détendre l'atmosphère, mais d'un autre... J'ai réellement envie de savoir. Et ce même si mon ventre se tord sous le stress brutal qui s'insinue en moi comme du poison.

« Tu trouve... Que ça me va bien ?... J'ai repris ma couleur naturelle. »

Cette question. Oh mon dieu cette question. C'est réellement moi qui l'ai posé ?! Non parce qu'on dirait une jeune fille en fleur demandant à son petit ami là ! J'ai été tellement hésitant, alors que c'est pas compliqué à demander...
… Et puis c'est pas de ma faute ! Il avait pas l'air d'avoir remarqué aussi... Pourtant ça aurait dû lui accrocher l'oeil... On s'est toujours connu blonds. Moi j'avais remarqué sa coupe... D'ailleurs ça lui va très bien... ça lui donne même un côté encore plus doux et mature.

Relevant mon regard vers lui, je repasse ma langue une fois de plus sur ma lèvre, pour le jus d'orange, et aussi parce que je suis nerveux. Cette question a été décidément très mal posée, je me fais honte à moi même !
avatar
avatar
Lee Dae Ho
I'M AN HEIR
here since : 03/06/2013
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: pris par untel / vide / etc...
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURS
FINIS
ABANDONNÉS
Liens utiles
Mer 27 Jan - 3:28
Je recule, la main sur la poignée, une jambe toujours dans la salle de bain j'hésite. C'est un peu idiot car le bruit qu'à fait la porte en s'ouvrant à du alerté MinNam en bas et il doit maintenant tendre l'oreille dans l'attente de m'entendre descendre. Non je ne sais plus quoi faire, figé comme ça, comme un con pour le coup je retiens mon souffle, frissonnant au contact des quelques gouttes qui s'échappent encore de mes mèches humidifiées grossièrement. Quel moyen expéditif pour se rafraîchir mais con aussi parce que ça ne passe pas inaperçu et je n'ai très certainement pas envie qu'il se fasse de fausses idées. Pourquoi? Parce que je ne suis pas sûr moi-même du pourquoi j'ai ressenti cette vive envie d'aller me plonger la tête sous le robinet d'eau glacée, que je ne sais pas si c'est dû à une certaine excitation ou tout l'inverse et honnêtement je n'aimerai pas l'avoir dans mes pattes durant cette remise en question.
MinNam me fait de l'effet, il met même arrivé de rêver de lui, de nous et pas seulement. Quand on s'embrasse quand je le surprend à rire ou bien même sourire je ressens des choses, physiquement également. Alors qu'est-ce qui cloche?

Finalement décidant qu'il n'était pas judicieux de me faire attendre plus longtemps, pesant le pour et le contre pendant encore une poignée de minutes pour en arriver à la conclusion que non camper dans le couloir finirait par le faire bouger du salon ou me tirer par la fenêtre de la salle de bain pourrait être mal interprété je choisis de faire mon retour dans son séjour, la mort un peu dans l'âme car l'estomac noué par tous ces sentiments qui m’assaillent et que je ne parviens pas à dompter.
Je garde la tête baissée jusqu'à devoir lui faire face, je ferme les yeux rien qu'un court instant, une fraction de seconde qui ne sera pas remarqué de son coté mais qui offre un peu de répit au mien et puis finalement mon rideau de cils drus me laissent entre-voir l'éphèbe, l'être fragile à genoux sur son canapé, les coudes pressés sur le dossier du sofa, un verre pressé entre ses mains jointes. Il penche légèrement la tête, me sourit innocemment encore une fois, une énième fois impossible à accepter. Il veut toujours bien faire, il veut se faire aimer mais de qui? De tous  ou de seulement moi? Autant de naïveté ne peut être permise, je crois que je ne supporterai plus ça à l'avenir car ça à le don de me faire perdre les pédales. Il me fait également douté, comment peut-il résister aux autres si il n'a même pas conscience de l'attraction qu'il exerce? Je ne veux pas entamer une relation sérieuse et durable si je doute constamment de lui, des autres surtout qui n'ont pas sa pureté. Je crois que dans cette histoire j'ai été aussi candide que lui, car je n'ai aucune expérience homosexuel et seule mon attirance à jouer. Ce n'était pas réfléchit ni même voulu, j'étais aussi sincère que lui et peut être plus car après tout même si il ne réalisait pas m'aimer il connaissait cette orientation, pas moi.

Je me retourne la tête comme dans la salle de bain mais en version moins accéléré et face à lui cette fois. Il me rappelle à l'ordre de sa petite voix coincée dans sa gorge, elle s'échappe avec peine alors que ses lèvres mouillées par le jus sans pulpe devraient l'y aider. Je me ressaisie, secoue la tête envoyant voler des gouttes d'eau autour de moi, sur mes épaules couvertes et le creux entre mes clavicules. Je chasse du bout de l'index une perle d'eau échouée sur le bout de mon nez, louche même au moment de la détailler. Elle n'a rien de spéciale mais à ce moment là elle m'aide à canaliser mon attention et à ne surtout pas la diriger sur lui. Je dois garder le contrôle.  
Je fais le tour du canapé, j'ai agis spontanément et pas sûr que tout mon corps était au courant de cette initiative pressée. Mes jambes aussi lourde que du plomb se sont décidées à arqué pour me conduire jusqu'au canapé, prenant soin de faire un plus grand détour pour ne pas avoir à passer de son coté. Il me suit du regard et reprend place à son tour, abandonnant son verre mais pas cette fichu manie de me présenter sa langue. Je tombe assis, les mains jointes entre mes jambes légèrement écartées -on est un homme ou on ne l'est pas - et fixe de nouveau sa pendule; celle que je rêve de réduire en miette pour ne plus entendre cette trotteuse foutre le bordel dans ma tête.
"Je trouve que ça te va très bien, MinNam"
Je ne l'ai pas regardé, pas une seule seconde avant de le complimenter. En fait je m'en veux de ne pas l'avoir fait dés qu'il a ouvert la porte pour m'accueillir tout à l'heure. C'est con de n'être capable d'ouvrir sa bouche que pour dire des saloperies. Je devrais peut être accepter de prendre des cours de politesse avec Noona, elle m'en propose depuis longtemps et je sais que c'est clairement pour se foutre de ma gueule mais l'air de rien ça pourrait m'être utile parce que j'ai du chemin de se coter là.
Un verre plein abandonné sur la table basse m'annonce qu'il est pour moi, je m'en saisis sans lui demander et le vide en deux gorgées seulement, la tête penchée en arrière je bois et bois jusqu'à la dernière goutte, en en laissant s'échapper même d'autres par les commissures de mes lèvres. Je pousse un soupire de contentement, mes muscles se relâchent, la tension redescends et d'un revers de manche peu gracieux j'essuie ma bouche cette fois en osant lui offrir un peu de mon attention." Je suis désolé, je ne sais pas ce qui m'a pris.. Je crois que je ferai mieux de rentrer.."
Je viens à peine d'arriver pourtant..Je sais qu'il ne me le reprochera pas, pas de front en tout cas et c'est un peu de ce manque d'assurance que j'essaye de profiter. C'est tellement plus simple de fuir, de ne pas assumer de ne pas chercher à affronter les choses. J'en ai même oublié le but  de ma venue, non je suis juste là à étouffer doucement mais surement, à transpirer comme un porc alors que mes cheveux et ma nuque sont encore couvert d'eau. Ma gorge est sèche même si mon verre est vide.. Et mon cœur, n'en parlons pas, c'est comme si j'avais couru un marathon, moi le gros naze flemmard qui déteste l'effort. Je suis un gros dans l'âme.
avatar
avatar
Invité
Fiche de jeu
Liens utiles
Mer 27 Jan - 20:10
Lorsqu'il est descendu pour revenir dans le salon, j'ai eu une étrange sensation. Un sentiment un peu désagréable. Je n'ai pas voulu y faire attention, bien trop concentré sur la présence de Daeho... Mais il faut que je me rende à l'évidence... Il y a quelque chose qui coince. Il est beaucoup trop calme et tendu. Ça se sentirait à des kilomètres, même pour un aveugle comme moi. Et à mon humble avis, la raison de sa soudaine fuite y est pour quelque chose ! Au lieu de parler, de me dire ce qui ne va pas... Il reste muet. Me déstabilisant complètement. À son arrivée il n'avait pas l'air super à l'aise, mais il n'en était pas à ce stade non plus ! Est-ce que... Il a réagit comme ça à cause de mon baiser ?Il ne voulait pas que je le fasse et il n'a pas voulu me repousser...? Ce doit être ça mais... Je ne comprends pas vraiment. Ou alors si ! Au final... Il m'en veut. Ça ne pouvait pas en être autrement. Après tout, ça me paraissait étrange qu'il ne me dise rien, pas un reproche. Je ne lui ai donné aucune nouvelle pendant de très longues semaines et... Rien. Il aurait dû m'envoyer bouler ou mal réagir à ma tentative de baiser tout à l'heure !

Ou alors il à quelque chose à me dire ? C'est ça ?

Je reprends conscience lorsque je sens mon canapé s'affaisser sous le poids de mon petit ami. Immédiatement je tourne mon regard vers lui, curieux de comprendre son attitude distante et gênée. Il ne me regarde même pas... Ce qui commence très gentiment à me frustrer et à m'agacer. Qu'est-ce qu'il a à la fin ? Je comprends qu'il m'en veuille, ça serait normal ! Mais venant de lui, ne rien me dire et éviter sciemment de me regarder dans les yeux, ça ne l'est pas du tout ! Depuis quand !...

… Oh ? Il trouve que ma coupe me va bien ?... Immédiatement je me retrouve calmé, anesthésié. Sa voix à cet effet sur moi maintenant ?... C'est nouveau ?... Je ne comprends pas trop, mais c'est très agréable. Mon coeur s'est immédiatement accéléré, et mon estomac se tord. Même si je lui ai un peu arraché, le compliment de Daeho me fait très plaisir. Suis-je naïf ? Stupide ? Peut être bien. Je ne me demande même pas s'il le pense vraiment. Parce que dans ma tête, je ne le vois pas me mentir pour me faire plaisir. Je l'ai connu beaucoup trop cash.
Toujours sur mon nuage de douceur et de niaiseries, je l'observe prendre le verre de jus d'orange qu'il n'avait pas encore touché, laissant mon regard curieux se glisser sur sa pomme d'Adam qui remonte lentement à chaque longue gorgée... Je suis presque hypnotisé, et c'est très certainement pour cette raison que je n'ai pas vu venir la suite. J'étais trop plongé dans sa contemplation pour ça. Sa voix est toujours calme. Agréable, douce. Quoique un peu hésitante. Mais... Ce n'est pas ce qui me dérange... Oh non. C'est plutôt ce qu'il a dit. Ce qu'il a osé dire.

Monsieur aimerait rentrer ? Ah oui ? Et est-ce qu'il prend en compte le fait que j'ai pris sur moi pour l'inviter ? Pour ravaler toutes mes peurs, toutes mes craintes ? Est-ce qu'il s'est au moins demandé si je n'avais pas préparé quelque chose pour nos retrouvailles ?! Est-ce qu'au moins, dans sa petite tête, le simple fait que j'ai quelque chose à lui dire à effleuré son cerveau ?!? Ah ça, je ne pense pas non ! À croire qu'il faudrait déjà que l'info trouve le cerveau !
La colère montant graduellement en moins, mon visage se crispe, se colore. Ma lèvre inférieure est pincée entre mes dents et mes poings se resserrent. Je ne veux pas le frapper, je n'y pense même pas. Je n'en peux juste plus. De me questionner continuellement, de ne pas comprendre. D'avoir peur de faire quelque chose de travers et de l'irriter. En réalité, je suis surtout énervé contre moi, parce que nous sommes dans cette situation par ma faute.

Mais je n'en suis pas encore à là. Pour l'instant, l'attitude de Daeho a été la goutte d'eau en trop. Sans attendre, je me relève du canapé pour me planter devant lui.

« Tu ne bouges pas. »

Les bras croisés, je le dévisage, hésitant entre le fait que Daeho est toujours beau presque à outrance, et qu'il est aussi très agaçant.

« Je ne sais pas non plus ce qui t'as pris mais j'aimerais bien savoir ! Pourquoi tu m'évites ?! »

La solution n'est sûrement pas de s'énerver, surtout pas contre Daeho... Mais je ne me contrôle plus ! Je suis si heureux de le revoir, de pouvoir le retoucher, lui reparler... Et lui il n'a pas l'air de ressentir la même chose ? Est-ce qu'au final, le problème vient de là ? Il m'aime mais que comme un ami ? Mes pensées s'embrouillent, deviennent incohérentes et douloureuses. Je me fais mal tout seul.

« Si tu m'en veux... Je... Je le comprends, mais parles moi ! Je voulais... Te parler de choses importantes, et passer la journée avec toi ! »

Je ne sais plus si je dois être triste et blessé, ou en colère. Sans me contrôler, je m'assois sur ses cuisses, mes genoux encadrant ses hanches. Il ne quittera pas la maison sans que je ne sache au moins la raison qui le pousse à être ainsi. Mes mains fermement agrippées au dossier du canapé. Je plante mon regard dans le sien.

« Tu ne t'en iras pas Daeho. »

Ma fermeté ne tient qu'à un fil, et ce doit être visible. Mais je tiens tellement à lui aussi ! Pourquoi il n'a pas l'air de le comprendre ?... Ou c'est moi qui ne le comprend pas ? Je mordille encore une fois ma lèvre inférieure, nerveux à l'idée qu'il m'envoie littéralement balader pour partir.

« Restes... »

Une supplication ? Alors je suis tellement amoureux que je ne me pose même plus la question. Je ferais tout pour le retenir et pouvoir lui parler.
avatar
avatar
Lee Dae Ho
I'M AN HEIR
here since : 03/06/2013
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: pris par untel / vide / etc...
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURS
FINIS
ABANDONNÉS
Liens utiles
Mer 27 Jan - 21:23
Je me voyais déjà, me lever gagner l'entrée récupéré ma veste et le saluer de loin lui évitant ainsi de se déplacer pour rien. J'aurais claquer doucement la porte derrière moi et après avoir remonter le col de mon vêtement j'aurais pris le chemin jusqu'à son portail, passer toutes ces dalles blanches sans jamais poser le pied dans l'herbe fraîche. Une fois la porte en fer passée je n'aurais plus eu qu'à prendre le tramway et à rentrer chez moi..Chez moi, c'est bien le seul endroit où j'ai envie de me trouver là dans l'instant. Je ne sais pas vraiment ce que j'y ferai ni même si c'est la bonne solution, si je ne vais pas regretté non, je vois mon radeau dans cette perspective.
MinNam ne m'a jamais montré autre chose qu'une personnalité fragile, presque effacée. Bien sûr au début il était très con à me tenir tête à sembler se rebellé pour affirmer ce qu'il pensait. Il était comme ça dans ce restaurant la première fois où nos chemins se sont croisés et je dois bien avouer l'avoir trouvé particulièrement casse couilles mais je regretterai presque ce MinNam là...Presque pas entièrement, faut pas déconner non plus je n'aime pas être contredit, je n'aime pas qu'on s'impose si j'ai déjà fait mes choix. Je n'aime que les personnes conciliantes, celles qui ne chercheront pas à s'élever plus haut que moi. Je suis un prince j'ai donc besoin de mes gens, d'une cours peu importe si sa présence met en avant ma personne, je sais comment briller sans soutien.

Pendant un moment je reste sur le cul, pantois la bouche entre ouverte les yeux posés sur lui, là debout droit devant moi .Il se croit crédible? Non sérieusement un faon ne devient pas si rapidement un cerf, il a encore plusieurs étapes à franchir. Ses mots me font perdre mon sang froid, la pauvre retenue que j'avais réussi à conserver toujours dans l'idée de ne surtout pas l'effrayer, de ne pas le voir me quitter. Pourquoi je l'évite? Lui-ai-je fais la morale moi quand mes messages restés sans nouvelles? Quand mes appelles ne trouvaient d'échos que son répondeur sans âme? Suis-je le seul ici qui devrait me faire discret? Alors que j'accours quand monsieur me sonne? Quand il se sent enfin prêt à me recevoir? Je ne me jetterai pas à ses pieds, je ne peux pas garder la tête froide, je ne peux pas penser à lui alors que cette pression me vrille le ventre et m'empêche de respirer correctement.
J'allais me relever, je voulais le surplomber de toute ma hauteur, le foudroyer du regard oui j'avais dans l'idée de l'intimidé pour lui faire enfin fermer sa grande gueule. Je devrais cesser de penser, agir avant tout comme je le faisais avant, je suis devenu un faible, j'ai peur des réactions des autres alors voilà je ne suis plus moi même et finalement ce comportement altruiste me dessers.
Son corps son poids léger, sa mine encore cette mimique qui ne m'arrache qu'une grimace de dégoût. Je ne peux cependant plus bouger, il m'a transformer en pierre comme l'aurais fait la gorgone d'un seul regard.. Lui c'est différent, il joue l'enclume qui m’entraînera avec elle dans les profondeurs. Mes longues mains osseuses viennent agripper ses hanches, je suis ferme dans ma prise, je ne contrôle plus grand chose et le problème est là. J'aimerai parler d'abord, comme quoi je suis indécis, je ne sais jamais ce que je veux ou du moins pas à quel moment troquer une option pour une autre.
J'approche alors mon visage, ma bouche est si proche de la sienne que nos souffles se mêlent . Je détaille ses lèvres d'abord et puis lentement je remonte sur son nez, l'extrémité légèrement retroussée pour être plus précis, je me souviens que ce détail m'avait plu et c'est encore le cas aujourd'hui, j'en ai la preuve.
Mais je ne le regarde pas pour ça, je ne le scrute pas dans l'espoir de marquer à jamais dans mon esprit tout ces traits si parfait que forment l'ensemble de son visage non, car je le connais déjà par cœur. Ma bouche finit par se presser sans douceur contre son oreille, j'y articule pour être bien compris
"Tu as envie de me voir, Tu as envie de me parler, Tu as envie que je reste mais qu'en est-il de ce que Moi j'ai envie? Tu n'es qu'un égoïste MinNam, tu crois penser aux autres mais tu fais tout l'inverse. J'ai échoué, je n'ai pas été là pour toi quand tu étais mal, parce qu'il doit être question de ça n'est-ce pas? Mais aujourd'hui n'était peut être pas le bon moment pour te montrer capricieux. "
Ces paroles peu agréables quittent mes lèvres sans que réellement je n'en perçoive le sens. Je sais juste qu'à chaque phrase mon cœur semble s'alléger comme si mon impuissance et ma frustration s'évaporer, allaient se tatouer ailleurs, contre sa peau.
Sa peau elle a le parfum de vanille, avec une pointe d'orange sans pulpe.

Penser pour deux, penser à deux c'est tellement nouveau pour moi, et lui semble oublier qu'il n'est pas plus expert que moi. Il a voulu faire ses affaires de son côté, ne pas m'y mêler et pourquoi cela? Parce que la question de mon intérêt là dedans à dû être posé. Il s'est dit que ça ne me regardait pas, qu'il pouvait gérer les choses seules et ne m'en faire qu'un résumé après. Je prends possession de sa bouche dans un élan brutal et irréfléchis, son corps se penche vers l'arrière mais mes mains sont là, jointes dans le creux de son dos pour lui éviter la chute. Ma langue passe les barrières de ses lèvres, je n'ai pas le temps de prendre en compte ses simagrées, je fais ce que je veux ce dont j'ai envie pour la première fois depuis notre mis en couple.
Mon souffle est erratique, pas facile à gérer, ma respiration je dois la reprendre alors je me recule, suffoquant à moitié.

"Je dois rentrer."
avatar
avatar
Invité
Fiche de jeu
Liens utiles
Mer 27 Jan - 23:52
J'ai bien vu à son regard... Il n'a pas aimé. Du tout. Mais ce qui me plaît, c'est qu'au moins il réagit. Il ne se laisse pas faire et c'est ce que je voulais. Pour pouvoir comprendre. J'ai agi certes sans réflexions, mais je n'en pouvais plus. J'ai eu peur... Qu'il ne veuille plus de moi. Et qu'il ne sache pas comment le dire. J'ai vraiment eu peur. Il aurait pu ne pas supporter que je l'embrasse tout à l'heure, et être venu pour m'annoncer que nous ne sommes plus un couple.
En sentant ses mains sur mes hanches, un frisson très désagréable m'a traversé. Pas à cause de son contact, si ce n'était que ça, ça aurait plutôt était un frisson de plaisir. Non, j'ai crains un instant qu'il ne me pousse pour partir. S'il l'avait fait, qu'aurais-je pu faire pour le retenir ? Est-ce que j'aurais eu le droit de le faire ?... J'ai tellement merdé ces derniers temps, et même lorsque j'essaye d'arranger les choses, ça ne semble pas vouloir fonctionner.

Sa prise est ferme, mais pas douloureuse. Je ne pense pas qu'il cherche à me faire mal, et je suis de toute façon bien trop concentré sur lui pour faire attention aux détails. L'adrénaline aide aussi...
Je ne le quitte pas des yeux, mon coeur tambourine toujours contre ma poitrine. Sans que je ne le remarque, nos visages sont plus proches qu'avant. Encore une fois, mon regard l'analyse, passe au crible tous les détails de son visage si spécial. C'est d'abord ce qui m'a plu chez lui, et qui m'a frappé. Ce n'est qu'après que j'ai découvert que la beauté de Daeho n'était pas juste physique. Elle est plus profonde. Revenu parmi les vivants, je frémis en sentant le souffle chaud de mon cadet contre mon oreille. Il …



Ce qu'il me dit me fait mal. Vraiment... J'ai tellement mal !! Choqué par ses paroles, je suis resté figé quelques instants, ayant perdu toutes mes forces d'un seul coup. En réalité, Daeho a complètement raison. Et ce qui me blesse, c'est qu'effectivement, je n'ai pas pensé à ce qu'il pourrait ressentir. Ou plutôt, j'ai mal imaginé. Je n'ai pas cessé de penser à lui... Même ce fameux soir, quand je courrais pour ma vie et que je tentais malgré tout de survivre, je pensais à lui. J'avais si peur que ce psychopathe l'ait aussi dans son viseur... J'ai fais beaucoup de cauchemar où je retrouvais Daeho, assassiné, et tout ça par ma faute. Mais... Alors que je me terrais dans mon coin, je n'ai pas pensé à ce qu'il pouvait ressentir. Et encore aujourd'hui en l'invitant, je n'ai pas réfléchit. Je me suis dit qu'il serait heureux comme moi de le voir. Mais peut être pas. Peut être qu'il n'était pas spécialement en forme, et qu'il avait encore moins envie de me voir. Ça expliquerait beaucoup pourquoi...

« !! »

Je n'ai même pas pu comprendre, saisir quoi que ce soit de ce qu'il voulait. Durement, je me suis retrouvé avec sa bouche pressée contre la mienne. Aucune douceur... Mais qu'est-ce qu'il croit ?! Je ne répond pas vraiment, parce que je n'en ai pas le temps. J'essaye de parler mais il ne veut rien entendre et... Et lorsque sa langue rentre en contact avec la mienne, un violent frisson me prend. Je peux à peine la faire danser contre la sienne. C'est... très très agréable. Mes mains auparavant sur le dossier, se sont retrouvées dans son cou, sur ses épaules. Une légère pression me permet de reculer mon visage, me permettant de respirer avec un souffle un peu haché.

« … Je sais que ce que j'ai fais n'était pas la solution. Je suis... Je ne cherche pas d'excuse avec ce qu'il s'est passé mais... Je voulais... Te protéger. »


Voilà, c'est dit. Non seulement, je voulais le protéger de l'autre malade, mais aussi de moi. De ce que je suis devenu suite à mon agression. S'il m'avait vu comme ça... Aussi faible, est-ce qu'il aurait pu y faire face ? Je sais qu'il s'en serait voulu, en sachant que je partais de chez lui. Et puis, ça n'est pas agréable de voir un proche aller mal. Je voulais revenir vers lui plus fort. Ne pas le mêler à toute cette histoire sordide et malsaine. Je suis son aîné ! Je devais le faire... Ce n'est pas mon rôle de courir chercher le réconfort dans ses bras, en mettant sa vie en péril.

« Tu veux rentrer. C'est de ça dont tu as envie ? Tu ne voulais pas me voir en fait ? »

Il dit que je suis égoïste, et que je ne pense pas à ce dont il a envie. S'il veut tant rentrer chez lui, après ce que je lui ai fais endurer ces dernières semaines... Qu'il le fasse. Je ne peux pas non plus le retenir contre son gré et ignorer ses sentiments. Parce que je n'aimerais pas qu'il le fasse pour moi.
Pourtant... Malgré mes résolutions, mon corps ne quitte pas le sien et mes bras enlacent son cou. De même, mon regard s'est accroché au sien... Je le regarde et est incapable de le quitter des yeux.

… Au final, au lieu de me relever et de le laisser partir, j'ai plutôt suivi ce que me dictait mon coeur. Ma bouche est de nouveau pressée contre la sienne, mais cette fois-ci, c'est à cause de moi, et non de Daeho.
avatar
avatar
Lee Dae Ho
I'M AN HEIR
here since : 03/06/2013
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: pris par untel / vide / etc...
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURS
FINIS
ABANDONNÉS
Liens utiles
Ven 5 Fév - 3:16
Il a essayé, il a lutté mais s'est finalement résigné. Je ne sais pas si je suis satisfait par mon baiser, par cet échange ni même par ce que je lui ai avoué ensuite et ce qu'il me réplique à l'instant. Je suis las de tout ça, je me sais en partie en tort et je déteste ça: devoir admettre mes erreurs. Je ne suis pas un Prince même si je m'acharne à en adopter tout les clichés, ces défauts presque mythiques qu'on ne peut pas définir comme vrais. Pourquoi ? Qui peut se vanter d'avoir vraiment côtoyé une personne de sang royal? Je m'égare, je me perds dans la contemplation de ses yeux immenses, de ces miroirs sur l'âme dit-on qui ce soir ne reflètent rien de plus que les paroles abstraites qu'il me lâche enfin. Me protéger de quoi? J'incline doucement la tête, je ne suis pas calmé pour autant ni même décidé à rester, je veux toujours rentrer chez moi et cette fois je sais que la culpabilité finira par me quitter après une bonne douche et un dîner.
Mes cheveux ont séchés, peut être parce que la proximité entre nos deux corps a su réchauffer ma peau mon souffle l'est un peu plus mais ça c'est en réponse au baiser rien de plus. Je sais garder mon calme et je ne comprends pas pourquoi, quand on est amoureux ou excité au diable l'expérience on tremble on sourit nerveusement et on enchaîne les conneries. Qu'est-ce qui m'arrive ?

Nos bouches s'effleurent une nouvelle fois, mes paupières se ferment alors et mes mains agrippées au cuir du canapé viennent se faufiler juste sous ses côtes, contre ses flans. Je m'y agrippent tout en rendant l'échange un peu plus douce que précédemment, je dirige et cela ne me plait guère mais pour le coup je profite aussi pas mal. Ses lèvres sont pulpeuses comparées au mienne, comment pouvons-nous être l'inverse l'un de l'autre et pourtant être là à mêler souffle et salive ? Nos visages s'éloignent à regret, mon regard dévie instinctivement vers cette pendule à la trotteuse toujours aussi anxiogène, je réalise n'avoir plus eu son tempo répétitif en tête et cela m'enlève un gros poids.. J'avais peur d'avoir perdu la raison, à force de me focaliser seulement sur le temps qui passe.

"MinNamah...Je ne sais pas ce qui c'est passé et je suis désolé de ne pas avoir été là ni même..de me sentir capable aujourd'hui de t'apporter mon aide ou un quelconque soutien.." Je pense que je vais rentrer..Trop de choses se bousculent dans ma tête.
Je me rends compte qu'il ne bouge pas, qu'il ne réagit pas vraiment mal pire, qu'il semble encore attendre quelque chose..Que je finisse ma phrase? Je ne l'ai pas vraiment formulé? Je suis trop troublé, mes pensées parlent mais ne laissent aucune manœuvre à ma bouche, j'ai l'impression de tenir des conversations entières alors que je suis le seul présent dans ma tête. Jusqu'où me suis-je vraiment adresser à MinNam? Je tousse embarrassé, embarrassé par tout ça, par cette proximité par mon corps et par mon incapacité flagrante à me montrer cohérent et maître de moi-même.
Le tenant toujours par la taille je guide son corps sur le canapé, près de moi et l'y allonge pour le dégager de sur moi. Ses jambes seulement sont repliées contre les miennes et il me suffit de les soulever pour m'en défaire. Je ne sais pas si je peux le regarder, si je peux lui répondre si il me demande une explication. Je ne sais plus ce que je suis venu chercher ici, si j'avais vraiment besoin de le voir et si j'avais pris en compte que peut être lui ne pouvait plus avancer sans moi.

"Je ... J'ai besoin de souffler ok ? On s'envoie un message ce soir ? MinNam ..."

Je remarque bien qu'il cherche à cacher sa déception, je n'hésite pas à venir m'accroupir à la hauteur de son visage, il a la tête tournée, la joue contre l'oreiller. Je dégage les quelques mèches qui lui brouillent la vue, ce geste me fait sourire et lui aussi.. Sans un mot je l'observe comme ça, un long moment, mes doigts viennent se perdre dans ses cheveux, rabattre ceux rebelles pour découvrir ainsi la totalité de son profil. De sa joue creuse de sa mâchoire étroite et de son menton en v... comment ça peut être naturel ça hein? Moi j'ai eu recourt au bistouri mais lui.. Qu'est ce qu'on sait l'un de l'autre finalement? Ses cils chatouillent l'extrémité de mes doigts il ne dit pas un mot et quelque part je l'en remercie ..Je le fais plus franchement en venant une nouvelle fois sceller ma promesse muette par un baiser amoureux.

Ma longue main osseuse vient prendre en coupe ce visage découvert, caresser cette peau de porcelaine presque aussi blanche que la mienne, sans imperfection et semblant incapable de subir les dommages du temps. La pointe de mon nez s'enfonce très légèrement dans sa pommette arrondie, alors que ma langue va et vient contre la sienne, profondément, avec ardeur et  douceur aussi.
Mon cœur fait résonner dans tout mon corps ses tambours ensorcelants, j'ai troqué la course de la pendule contre celle de mon pouls affolé. Est-ce mieux?
Enfin alors après plusieurs dizaines de secondes je me relève, définitivement et quitte le séjour, l'entrée et enfin la maison sans un mot de plus la veste sous le bras.
avatar
avatar
Invité
Fiche de jeu
Liens utiles
Ven 12 Fév - 1:51
Un frisson, un soupire... Provoqué par un contact simple et délicat. Un baiser doux et amoureux que j'échange avec Daeho de la plus naturelle des manières. Je n'ai pas réfléchis, je me suis laissé guidé par mon instinct. Mon corps avait ce besoin pressant de manifester les sentiments que j'ai pour lui, et... Quoi de mieux qu'un baiser ? De plus, il ne me repousse pas et n'insiste pas pour partir, ça me conforte plus dans l'idée que peut être, il va rester avec moi. Qu'il va vouloir écouter ce que j'avais à lui dire, pourquoi je devais le protéger, et contre qui. D'un simple geste, j'en déduis toujours beaucoup de paroles, et ce malgré le fait que je connaisse mon petit ami et son habituel entêtement.

Comme nous en avons l'habitude tous les deux depuis notre premier baiser, nos langues se mêlent dans un ballet humide et tendre, nous laissant respirer qu'à de rares occasions... Jusqu'à ce que le contact se brise, et avec ça, mon euphorie passagère. Je reviens sur terre, et réalise que je ne suis pas encore tiré d'affaire lorsque mon petit ami fixe mon horloge. Est-ce qu'il cherche à éviter mon regard là...? Pourquoi ?...

« ... »

Avec ce qu'il vient de me dire, je me demande subitement s'il n'a pas mal interprété ce que je voulais faire aujourd'hui. Je ne voulais pas lui demander de l'aide ou... Ou du soutiens. Je me suis aussi éloigné de lui pour ne pas à ce qu'il ait à le faire. Pour ne pas l'obliger à devoir faire face à la victime effrayée que j'étais devenue. Attendant la suite de sa phrase, je m'aperçois que quelque chose coince. Il ne continue pas ?... Il a une mauvaise nouvelle, c'est certain. Et puis vu comme il m'a appelé, Min Nam'ah... Lorsqu'il m'appelle ainsi, c'est que ce qu'il dit ou va dire et ressent n'est pas anodin.

Un peu surpris, je me sens décalé doucement sur le côté, pour atterrir sur le canapé, après avoir vu Daeho toussoter discrètement. Pourquoi est-il gêné alors que visiblement, ce n'est pas lui qui va essuyer un refus, mais moi ? Oui, je ne suis pas stupide, je peux dire avec son attitude qu'il ne compte pas rester. Et que sans doute qu'il ne voudra pas que l'on se voit durant les prochains jours. Il ne me l'annonce pas comme ça, ça m'étonnerait qu'il veuille que l'on se confronte. S'il le voulait, on serait déjà en train de violemment se disputer... Parce qu'il sait exactement ce qu'il faut faire, ou dire, pour m'énerver.

« … … Ok... »

Déçu...? Oh non. Je m'y attendais. Mais triste, ça oui. J'aurais aimé avoir tord, en réalité. Parce que je pensais égoïstement que malgré tout, Daeho mettrait de côté tout ça pour rester. Mais pourquoi le ferait-il hein ? Parce que c'est la St Valentin aujourd'hui ? Ridicule. Je suis ridicule, tout simplement. À mon âge, je ne sais pas encore que l'on ne peut pas tout avoir...

Je m'en veux de l'avoir poussé à venir ici aujourd'hui, je m'en veux de lui avoir demandé de rester. C'était... Une mauvaise idée. Il n'était sans doute pas prêt à me voir, ou à passer du temps avec moi. J'oubliais que Daeho est hétéro, et qu'il ne doit pas avoir l'habitude de côtoyer un homme comme ça. C'est sans aucun doute pour ça qu'il était si stressé aujourd'hui.

Ma joue déposée contre l'oreiller, j'attends alors patiemment qu'il parte sans tenter une nouvelle fois de l'en empêcher. Ça ne serait pas bien. En tant que copain, je dois aussi respecter ses envies et ses désirs. Comme lui l'a fait avec moi lorsque je refusais de le voir. C'est difficile, mais lui y est bien arrivé, et pendant longtemps... Alors pourquoi pas moi ?
Pourtant, alors que j'étais déterminé à me faire violence pour ne pas réagir à son départ, je sens sa main douce effleurer ma joue, et dégager ma vue de quelques mèches de cheveux. Ce geste tendre me donne du baume au coeur. À croire que venant de lui, il ne m'en faut pas beaucoup pour être heureux. Même la plus petite marque d'affection m'irait. Un petit sourire timide m'échappe en réponse au sien, sourire que je perds rapidement, en sentant une nouvelle fois ses lèvres contre les miennes, et sa langue enlacer chaleureusement la mienne. C'est doux, c'est chaud... c'est agréable... De quoi me bercer indéfiniment. Sa main sur mon visage rajoute à mon bien être, qui me sembla duré que quelques secondes.

En un clignement de cils, je me suis retrouvé seul, sur mon canapé. Immédiatement, cette sensation de chaleur a disparue, immédiatement remplacée par une tristesse qui me paraît, pour l'heure, insurmontable.
Une infinité de questions me traverse de nouveau. Pourquoi a t-il eut autant besoin de partir ? Il m'en voulait, mais ça ne semblait pas être que ça. Que devrais-je faire pour me faire pardonner ? Suis-je trop dépendant de lui ? Est-ce qu'il s'en est rendu compte ?... Est-ce que c'est ça qui l'a fait me fuir ?

Tant de questions sans réponse, en somme. Mon visage inondé de larmes, je vais immédiatement verrouiller la porte derrière Daeho, toujours quelque peu angoissé de recevoir la visite de ce criminel psychopathe. Après avoir vérifié comme à mon habitude que tout est bien fermé à clef, je me dirige à la cuisine, regardant tous ces plats entourés de films que j'avais préparé en vu d'un repas en amoureux.

« Je suis tellement bête. »

Tellement idiot, trop prévisible ? Je n'y connaissais rien à l'amour, je l'ai peut être trop idéalisé ?... Après tout je ne suis pas une jeune fille en fleur non plus, je me bats depuis longtemps pour être reconnu comme étant un homme. Alors il va falloir que j'arrête de penser comme une jeune femme avec son premier amour. En colère contre moi, je prends chaque plat pour le vider rageusement dans la poubelle. La nourriture est bonne, mais peut importe. J'ai beau détester le gaspillage, ma colère l'emporte sur la raison. Une fois tous les plats vidés, je vais mécaniquement les vider, puis nourrir Kiwi. Je ne sais même plus s'il a déjà mangé tant je n'ai plus la force pour penser. À cet instant, je suis juste bon à pleurer et à psychoter. Je n'aime pas faire ça, mais je ne sais pas réagir autrement à ce genre de situation. Je suis comme un gosse qui apprendrait la vie.

Fatigué, je gagne ma chambre lentement, m'écrasant sur mon lit, tout habillé. Pourquoi j'ai rangé ma chambre déjà ?... Au cas où s'il voudrait monter ?...

« Quel con. Pour ça, il aurait fallut qu'il veuille rester déjà. »

Blottit dans mes draps, j'ai envoyé un message à Daeho en début de soirée, comme promis. Un simple :

« Salut, j'espère que tu es bien rentré ? Passes une bonne soirée »

Je ne sais jamais comment m'exprimer par sms, je n'ai pas l'habitude. C'est récent pour moi ce genre de choses. Je suis toujours concis lorsque je communique par message. Ce qui reflète le Min Nam d'avant. Celui qui s'exprimait par monosyllabe et ne montrait aucune émotion sur son visage, si ce n'est la colère.
Contenu sponsorisé
Fiche de jeu
Liens utiles
 
Joyeuse Saint Valentin -ft Daeho-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Joyeuse St Valentin !!!
» Un message d'amour pour la Saint Valentin...
» Bonne saint valentin
» Nouvel an/Saint Valentin (Ma chérie)
» Bonne Saint-Valentin à tous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kidding  :: FUNNY TOWN :: OLD PIECES OF WORK :: Galsan-
Sauter vers: