Aller en haut Aller en bas


No Kidding [trailer] par Kim Hye Ri ♥

Nous manquons de Too Bad et de femmes ~
Pour faire passer une annonce cliquez ici

Partagez | 
 

 Suprise visit ft In Soon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
avatar
Invité
Fiche de jeu
Liens utiles
Mar 1 Sep - 20:48
«  Haan...Ha... »

Retombant mollement sur son matelas, le jeune homme tenta de reprendre son souffle. L'homme derrière lui se retira d'entre ses cuisses pour aller jeter la protection qu'ils avaient tous les deux usé à force d'ébats passionnés... Dès le réveil. Ne percevant pas la présence de son amant d'un soir à ses côtés, dans sa chambre spacieuse, Yulian entrouvrit ses paupières pour analyser la pièce autour de lui... Rien. Un soupire résigné passa ses lèvres délicates et pleines alors qu'il décida de s'extirper de ses draps emmêlés. Malgré ce qu'il avait fait, il n'était pas plus décoiffé que ça. En passant devant le miroir de la porte de son dressing, il passa rapidement ses doigts fins dans sa chevelure blonde pâle avant de continuer sa route, complètement nu.

Obligé de se lever après une partie de jambes en l'air... Et puis quoi encore ? Son amant n'avait pas été un tendre en plus de ça... Enfin bon... il le lui a demandé, mais quand même ! Droit même si ses reins lui chauffait, il descend marche par marche les escaliers de son appartement avant de s'arrêter au milieu, percevant le bruit de la douche. Ah.

« Il aurait pu m'avertir tout de même... Aïe, mes reins... »

Grommelant sur l'homme d'une trentaine d'année qui n'a pas pensé à lui dire où est-ce qu'il se rendait sans vêtements dans SON appartement, et qui donc l'a poussé à se lever après une nuit et un début de matinée de folie. Un vrai mal poli hors contexte sexuel... Tout de même rassuré de savoir qu'il n'était pas un journaliste venu fouiller chez lui, il se laissa retomber durement sur son lit, la
tête dans les coussins...

« Quelle nuit... »

Encore un peu pensif sur la conquête qu'il avait ramené chez lui, il s'endormit sans se rendre compte, son drap recouvrant à peine son corps. Heureusement pour lui, Yulian vit au 8ème étage de son immeuble, ce qui d'une part lui offre une très jolie vue et d'autre part, il a moins de chance d'être victime de voyeurisme. Son appartement a été décoré entièrement à son goût, avec les couleurs qu'il aime et de manière à ce qu'il puisse composer si un jour l'envie lui reprenait. Il aurait pu demander à vivre dans une petite maison avec une chambre noire aménagée et un atelier mais... ça aurait été comme accepter sa trahison et faire comme si de rien n'était. Il ne se sent pas prêt de reprendre sa vie d'avant, avec son insouciance d'enfant. Il ne savait pas à quel point la vie pouvait être cruelle...

« Yulian ya ukhozhu. ( je pars)

- Hm. »


Rouvrant ses yeux, le jeune artiste se redressa lentement, sans perdre de sa sensualité et de son charme naturel. Il sourit un peu avant d'attraper un kimono d'intérieur en soie beige qu'il mit sur son dos.

« Ya provozhu tebya. (je te raccompagne). »

Après un dernier baiser enflammé, il raccompagna son invité d'un soir jusqu'à la porte d'entrée avant de refermer la porte. Cette fois-ci, il a mit le grappin sur un jeune trentenaire, informaticien russe qui est en vacance. Il venait de divorcer et avait envie de... S'amuser. Yulian ne ferme jamais à clef lorsqu'il est chez lui... Sûrement parce qu'il se sent un peu trop bien chez lui. Chez lui... Son vrai chez lui était à Versailles. Là bas, personne n'avait jamais rien sali comme à Busan. Il y avait des souvenirs merveilleux avec sa famille et ses amis. La France lui manque tellement...

« Bon... Douche. »

Après s'être étiré comme un petit félin, il soupira longuement avant de directement aller dans sa salle de bain sans jeter un regard à son réveil, ce qui pourtant lui aurait permit de voir qu'il était midi passé. Il laissa son peignoir s'échouer sur le sol pressé de se laver. Sans attendre, il allume l'eau, rejete sa chevelure en arrière et entame sa toilette. Il devait bien frotter, car même s'il avait beaucoup apprécié cette nuit de luxure, il tenait tout autant à être de nouveau propre, même s'il n'a pas cours aujourd'hui.

« … Que ? »

Ayant fini sa douche express, il mit une serviette autour de ses reins avant d'entrouvrir la porte de la salle de bain.

« … In... Soon ? »
avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Mar 1 Sep - 22:07
Ce matin, j’étais d’une excellente humeur, peut-être parce que mon adorable petit ami avait décidé de me rendre visite la veille et m’offrir une délicieuse soirée, sans pour autant la terminer ensemble. Il avait du travail. Chaque fin ou début de mois est un enfer. Surtout quand il faut préparer les défilés d’hiver, d’été ou que sais-je. Encore que je n’ai pas à me plaindre, j’avais aussi du travail et ça m’a permis de l’avancer. Être compositrice ne rapporte pas une fortune, sauf si on plait à quelques producteurs et qu’une de nos productions a été enregistré spécialement pour être la bande son d’un film. Il n’y a pas à dire, j’ai quand même eu de la chance. Il faut dire que j’ai persévéré aussi.

C’est donc en me levant et m’étirant que j’ai commencé mes nouveaux projets, sans trop me presser. Un jus d’orange avec moi, mon ordinateur et mes instruments, puis bien sûr mes enregistrements. J’étais parée, si bien que je n’ai pas vue la matinée défiler quand j’ai enfin cliquer sur le bouton « arrêter » de l’ordinateur.  Je me suis étonnée en voyant l’heure ! Je n’avais plus rien à faire. Onze heures et mon emploi du temps avait été dévorée en quelques misérables heures. Je fais la moue, rouspète contre moi-même et soupire avant d’aller prendre une bonne douche. Aujourd’hui, j’allais pouvoir me relaxer, n’est-ce pas une bonne idée ?

Une fois toute pomponnée, je ressors et met un trait de maquillage, rien de bien voyant. Je n’aime pas en faire trop, et puis, là où je me rends, je n’ai pas spécialement besoin d’être la plus jolie. Je souris en y pensant. Il va payer pour les petits vents de cette semaine qu’il m’a mis. De quoi grignoter dans mon sac, une petite bouteille d’eau, un peu d’argent et de quoi écrire. Le reste, c’est la paperasse habituelle. C’est bon ! Plus qu’à y aller. J’utilise la voiture, bien sûr que je gare sur le parking privé. C’est quand même assez chic par ici, je peux me permettre de voler la place marqué de quelqu’un qui est en vacances. Comment je le sais ? Je suis venue le bon jour la dernière fois !

Je sonne à l’interphone, rien. Je suis certaine qu’il est là ! Oh, on m’ouvre. Un sourire plus qu’enjôleur au visage, un parfum que je reconnaitrais entre mille, celui-là… ne me dites pas que…

Ni une, ni deux, je grimpe les escaliers, oubliant l’ascenseur. Je suis endurante, aucun souci à me faire, j’arriverais à peine essoufflée. Quand c’est le cas, je me calme un minimum devant la porte, bois une gorgée d’eau sortie de mon sac et referme la bouteille. J’ouvre. Bingo ! Ce n’est pas verrouillé. J’entre doucement, ferme derrière mois prudemment et cherche le beau blond. Quand je tombe enfin dessus, je reste un peu fixée. Il a fallu que mes yeux tombent d’abord sur la serviette, puis ce torse maigrichon mais pas dépourvue de chocolat en tablette et ce visage aussi ébahi que le mien.

« Ah bah… je voulais me venger, mais je crois que tout à coup j’en ai plus très envie, du moins pas tout de suite, Yulian ! »

Un grand sourire sur les lèvres, je recule pour le laisser passer et m’incline tandis que je me mords la lèvre. Il a beau être plus jeune, il me fait penser à Dae Ho. Ils ne sont pas du tout pareil, et pourtant certains traits physiques… et certaines façon d’être sont très ressemblantes ; Enfin, non, je ne suis pas venue pour ça à la base.

«  Dis-moi, est-ce que par hasard… tu aurais eu de la visite récemment… ? »

Une question comme une autre. Certains commencent par « comment ça va » moi, j’entre dans le vif du sujet, puis j’enchaine sur son humeur. Ce qu’il fait de son corps ne me regarde pas, mais je n’aimerais pas qu’il se dévergonde juste pour tuer le temps, pour oublier quelqu’un ? Ou pour se sentir encore plus mal après. Je ne sais pas grand-chose sur lui et inversement, mais le peu que je sais de lui suffit amplement à m’octroyer les droits de m’inquiéter ou de vouloir prendre soin de lui. J’attends dans le salon, bien sûr. Même si, techniquement il ne ressentira jamais d’attirance pour moi et que j’ai déjà quelqu’un qui me convient parfaitement, j’aimerais autant éviter de le voir nu. C’est assez embarrassant comme ça de l’avoir croisé en serviette… tout maigre, tout blanc tout… ARRÊTE CA CERVEAU D’IN SOON.
avatar
avatar
Invité
Fiche de jeu
Liens utiles
Mar 1 Sep - 23:54
Yulian ne rêvait pas. Il s'agissait bien de sa toute récente rencontre, une jeune femme charmante répondant au doux nom d'In Soon. À leur rencontre, il n'avait pas laissé le choix à l'inconnue qu'elle était pour lui. Il ne voulait pas la laisser la, à la merci de n'importe qui. Elle avait l'air assez mal comme ça. Alors il a prit sa main et l'a emmené dans un café ouvert toute la nuit. Ça avait été une expérience un peu spécial, lui qui a plutôt l'habitude de passer ses soirées dans des boîtes, à danser et boire. Mais il n'avait pas trouvé ça désagréable, loin de là.

Et là encore, même s'il est surpris de l'intrusion de la jeune femme -appelons un chat un chat- il n'en est pas moins content de la voir. Il n'allait pas très fort dernièrement, à ruminer plus que d'habitude son passé encore récent. Dessiner et peindre lui manquait, autant que prendre et développer des photos mais... Est-ce qu'il en serait capable ? Avec tout ce qu'il lui était arrivé, et sa dépression, même légère, il avait peur de ne pas reconnaître son propre travail. Il ne pourrait pas l'accepter si tout ça lui avait fait perdre sa passion.

Même si ses pensées ne sont pas très joyeuses en ce moment même, il incline légèrement son visage en signe de salutation tout en souriant gentiment à son aînée.

« Bonjour noona. Désolé de ne pas avoir répondu... J'étais... Occupé. »

Occupé occupé... Il était surtout en train de se morfondre. Se dirigeant vers les escaliers dans l'optique de se changer, il tendit sa main de libre vers le canapé.

« Fais comme chez toi, je te rejoins une fois que je suis habillé, je me dépêche. »

Il ne le répéta pas deux fois, gravissant prudemment les escaliers pour ne pas s'échapper la seule barrière de sa nudité aux yeux de sa noona. Il ne voulait pas être prit pour un pervers... Même si elle connaît son orientation sexuelle, être dans l'appartement d'un homme très peu habillé ou nu doit être embarrassant... Ne voulant pas être un mauvais hôte, il se dépêcha d'enfiler un pantalon en lin taille baisse avec un petit pull à col roulé marron foncé sans manche. Ses mèches humides retombent gracieusement sur le tissus, laissant visible ses boucles d'oreilles (des cristaux et des boules en métal) et donc ses fines petites oreilles pâles. Aimant marcher pied nu sur son parquet, il ne tarde pas à redescendre après avoir bien sûr changé ses draps. Il les enfourne directement dans la machine à laver, dans la cuisine pour ensuite s'approcher de In Soon.

« Tu veux boire quelque chose ? Ou manger ? Je viens de voir qu'il est déjà midi passé... »

Rougissant un peu à la question de la jeune femme, il joue avec son percing à la langue tout en se servant un verre de jus d'orange pressées, un vrai avec du vrai sucre naturel. Il aime bien savoir ce qu'il ingurgite sans être dans le délire manger bio, faire caca bio.
Il se doute que vu le timmig qu'avait eu la brune, elle avait dû croiser Aleksander... Hum. Il n'aime pas mentir, mais devoir avouer qu'il avait eu des rapports plus que consentis avec un presque inconnu quasiment toute la nuit... C'était un peu gênant. Bien qu'il ne soit pas excessivement pudique non plus. Mais il avait remarqué déjà que sa noona était directe. Sans être grossière.

« Pour te dire la vérité, c'était un amant d'une nuit noona. Tu l'as croisé ? »

Il ne voulait pas mentir, et pour l'instant, il n'avait pas de raison de le faire. La conversation qu'ils avaient était certes un peu gênante, mais suffisamment banale pour que Yulian se sente assez à l'aise pour répondre. Il n'était pas question de sa vie d'avant, de ses passions... De choses trop personnelles et difficiles à aborder en somme.
avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Mer 2 Sep - 23:21
J’étais sous le choc, même si j’ai déjà vu un homme nu, heureusement pour moi, je ne l’avais pas vu lui, en tenue d’Adam et ce n’était pas que Yulian n’était pas attirant, bien au contraire la simple image que j’ai sous les yeux suffit à prouver que le problème n’était pas là, non, c’est simplement que je n’avais aucune envie de le voir dans cette tenue. Je n’oublierais jamais la façon dont nous nous sommes rencontrés. Je préfère garder en tête ce doux visage innocent que celui d’un être un peu plus viril qu’il n’y parait. Je ne suis pas du genre à scanner les gens, à vrai dire je n’ai pas eu besoin de beaucoup m’interroger sur son orientation. Primo parce que ça n’est pas mon genre, deuzio parce qu’aussi masculin que ses traits puissent être, il a ce quelque chose, cette façon d’être qui laisse deviner qu’il n’est pas comme les autres. Il n’est pas simple de savoir si c’est dû à un trait de caractère particulier, un hobbies, son travail. Peu importe, ce qui ressort c’est que je n’ai pas eu besoin de poser la question. Pourquoi est-ce que je pense à ça ? Je ne sais pas.

Je suis assise sur le canapé, comme il me l’a si gentiment montré du bras et invité à m’y asseoir et je réfléchis à pourquoi un homme sort du hall d’entrée de ce bâtiment, avec l’odeur d’un parfum agréable qui m’a, par le passé, sorti de ma torpeur ? Et pour couronner le tout, accentuant un peu plus sur le fait que je ne me trompe pas en disant que cet homme sort de cette maison en particulier. Mon petit Yulian, sauveur d’un soir, qui se promène à moitié nu chez lui à midi passé. Non pas que ce soit peu courant ou qu’il n’en ait pas le droit. Je n’ai juste pas eu de nouvelles et je le vois tout pimpant, ou presque. Je peux me tromper, seulement, il est encore temps de me le prouver.

Je ne peux pas savoir à quoi Yulian pense, ni même ce qu’il fait de ses journées, nous n’en parlons que très peu. Néanmoins, je suis certaine d’une chose : il est du genre à mettre les pieds dehors à la tombée de la nuit. Peut-être qu’il serait temps de lui parler de ma mésaventure. Ce n’est pas ce que je préfère aborder, mais si ça peut sauver sa vie, je peux bien faire le sacrifice de ce secret. Je triture mes doigts. D’abord, je dois en être certaine.

« Mince, je n’ai pas fait attention à l’heure, j’ai l’impression de m’incruster à l’heure du repas… » Je me mords la lèvre. Quelle bêtise, mais c’est tout moi ça. Je soupire « si tu m’offres le repas ce midi, je t’offre le repas ce soir » De cette façon, nous serons quittes. Je suis assez culottée, mais ça n’a rien à voir en réalité. « mais pour l’instant, mon estomac se tient tranquille alors ne t’en soucis pas. »

J’attends quelques secondes, avant de surenchérir d’une autre prise de parole, cette fois beaucoup plus dans le vif du sujet. Celui qui me prend un peu la tête depuis que j’ai croisé le beau mâle à l’entrée. Je suis assez direct, sans pour autant lui manquer de respect. S’il est plus jeune, il en mérite tout autant, ce n’est pas comme cette petite vermine de petit frère, lui, clairement, il mériterait des corrections, il les cherche pour ainsi dire. Silence dans la pièce, puis, il répond. J’avais raison ! Je lui offre un petit sourire don moi seule ais le secret et le regarde faire. Je remarque rapidement qu’il a mis un drap à laver et qu’il nous sert du jus. Il est un peu mal à l’aise, mais peu importe, je ne vais pas lui reprocher de prendre du… bon temps, même si j’ai un mauvais pressentiment à ce sujet. Soyons zen.

« Oui je l’ai vu, il n’est pas d’ici, ça se voit tout de suite » il dénote un peu par rapport aux yeux en amandes bien de chez nous. Ou pas, d’ailleurs. J’essaie brièvement de le rassurer, mais ce n’est pas tâche facile. « Seulement un amant d’un soir, que c’est dommage. Tu les déniches où nae yeon-in (mon chou) ? » Je ne cache pas mon envie de savoir où il traine, j’espère qu’il n’y a aucun indicateur de stress dans ma voix. Il faut à tout prix que je le mette en garde. Je ne suis pas certaine qu’il ait été prévenu par qui que ce soit en ville, est-il ici depuis assez longtemps ? Ou lit-il les journaux ?

J’attends patiemment, mes jambes croisées, m’amusant avec mon haut à franges. Je relève la tête et la penche une nouvelle fois. Attendez une minute. Mais il est tatoué ? Je ne l’avais pas vu avant ça, si ?

« yeon-in ? Je viens de réaliser, tu as des tatouages, non ? » Je me redresse, j’ai besoin de bouger un peu. Restée trop longtemps inactive n’est pas de mon ressort, j’ai cette énergie qui me parcours le corps à tout instant et qui s’apaise seulement si je daigne lui prêter attention. Ainsi, je me retrouve à parcourir les quelques mètres qui me sépare de lui sans oser passer la table qui délimite la cuisine du salon. Je n’aimerais pas envahir son espace vital, je suis assez intrusive comme ça, ayant fait éruption chez lui sans y avoir été invitée.
avatar
avatar
Invité
Fiche de jeu
Liens utiles
Dim 6 Sep - 0:06
Alors comme ça, elle l'avait croisé. En même temps, ça expliquait facilement pourquoi elle lui avait posé cette question en premier lieu. Ce n'est pas une question très courante pour engager une conversation. Surtout entre un dongsaeng et sa noona, qui de plus ne se connaissent pas encore très bien. Bien loin d'être énervé, Yulian est juste un peu mal à l'aise et intimidé. Il n'a pas pour habitude de discuter de sa vie sexuelle avec une femme, et encore plus depuis son départ de Busan.

Désireux de ne pas laisser sa noona crouler sous le remord d'être arriver aussi tôt -ou aussi tard, ça dépendait du point de vue- il s'empressa d'accepter, un petit sourire aux lèvres. Et puis, il fallait être réaliste. Même s'il avait été un peu prit au dépourvu quant à son arrivée, ça lui faisait tout de même plaisir, cette petite visite. Eh oui... Déprimé comme il lui arrive de l'être, la présence joyeuse et agréable de In Soon ne pouvait que lui faire du bien et le détendre.

« On fait comme ça alors. Et n'ai pas cette impression noona, tu ne me dérange absolument pas alors... Dès que tu as faim n'hésite pas à me demander. »

Un autre sourire sur ses lèvres, il porte son verre de jus d'oranges à sa bouche pour se désaltérer après avoir posé celui de In Soon sur la table basse. Hm... Un vrai délice ce jus. Rafraîchissant et sucré juste comme il faut. Son verre toujours en main, il écoute attentivement la plus âgée avec beaucoup de respect. Ses joues rougirent de nouveau, mais là pour une raison différente. Ce n'est plus à cause du sujet de conversation... Quoique, il y aurait sans doute de quoi le mettre un peu mal à l'aise. Mais les petits surnoms affectifs qu'utilise son aînée le surprend quelques peu. En France, lorsqu'on l'appelait ainsi, c'était parce que les femmes étaient vraiment beaucoup plus âgées que lui. Les femmes âgées surtout, ses maîtresses... Ce genre de personne. L'entendre de la bouche d'In Soon le déstabilise quelque peu même s'il ne dit rien. Il n'avait pas beaucoup de personne proche de lui de sexe féminin à Anyang à cette heure. Peut être que si ça avait été le cas, il aurait plus eu l'habitude de ce genre d'appellation ?... Hm, peut être bien.

«  Ne noona. Je l'ai rencontré dans une boîte de nuit et... On s'est bien entendu. Mais il vient de divorcer et puis... Aleksander a 27 ans. Il n'aurait pas été intéressé pour une relation plus poussée je pense. »

Bien loin de se dire que In Soon menait discrètement l'enquête pour savoir où il allait, il n'a pas cherché à lui cacher même s'il avait très bien saisi la question à peine cachée. Pourquoi devrait-il lui cacher ? Beaucoup de jeunes de son âge s'amusent à s'y rendre et pour des raisons bien plus répréhensibles que les siennes. Lui n'y allait que pour oublier sa douleur, sa solitude, la peur, la tristesse, le stress... Tout ce pour quoi il avait quitté Busant en somme. Et il y arrivait en repartant avec des jeunes hommes séduisants. Qu'y avait-il de mal ?

« Ah, tu es jolie comme ça noona. »

Comme un rustre, il en avait oublié les bonnes manières... Il l'avait pensé en plus, mais avec ces conversations aux sujets peu conventionnels, ses compliments se sont mit dans un coin en attendant leur heure. La voir jouer avec les petites franges de son haut lui a heureusement rappelé ! Il ne mentait pas, il la trouvait vraiment mignonne habillée ainsi. Son compliment pourrait paraître maladroit, mais pourtant il l'a dit. Elle pourrait très bien y voir un ton ironique en sous entendant que sans cette tenue, elle aurait moins de charme. Bien sûr, Yulian a juste voulu être gentil, tout en partageant sa pensée. Après, tout n'est qu'interprétation.

Perdu dans ses pensées, il reprend contact avec la réalité lorsqu'il voit la jeune femme arriver jusqu'à lui, alors qu'elle était installée dans son canapé la minute d'avant. Qu'avait-il raté exactement ? Ah... Elle lui parle de ses tatouages. Rien de plus normal, elle l'avait vu pour la première fois torse nu -à moitié nu surtout- et avait donc eu le loisir de voir son tatouage sur le dos, ainsi que ceux se trouvant sur ses poignets. Celui de son dos représente cette impression de trahison salissante et ce désespoir qui étreint sa vie un peu plus chaque jour. Des ailes d'anges noires, incapables de se déployer pour qu'il puisse prendre son envol... Et cette petite phrase coupée en deux et placée sur l'intérieur de ses poignets : «  One way » et « your destiny ». Bien sûr, il ne s'agit là que de tatouages semi permanents. Ils dureront au plus tard 6 mois, s'il les entretient bien.

« Oui... J'en ai un dans le dos, et les deux autres là. »

Tout en parlant, il a découvert ses poignets pour lui montrer. Elle n'avait pas l'air d'oser pénétrer dans la cuisine, délimitée par la table entre eux. Alors il a fait le reste de chemin pour la rejoindre et qu'elle puisse lire la belle écriture bouclée et légère. Il hésitait entre le français et l'anglais mais... Au final il a choisit l'anglais.

« Le dos tu as dû le voir, mais je te le remontre noona... »

Il n'est pas gêné, d'une part parce qu'il a affaire à une femme rempli de bon sens, et d'autre part, In Soon a déjà vu son tatouage lorsqu'elle est arrivée. Elle l'a même vu quasiment nu -il ne se félicitera jamais assez d'être sorti avec une serviette à ce moment là- alors... Exhiber la peau pâle de son dos ne lui faisait plus grand chose.

« Ce sont des tatouages semi permanents. Ils dureront 6 mois. »

Il s'est senti obligé de préciser, car ses tatouages ressemblent beaucoup aux permanents.
avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Ven 18 Sep - 16:55
Sa gentillesse alors que j’ai fait éruption dans la pièce à un moment peu adéquat, me marquera toujours. Il est fidèle à lui-même. Ce visage froid à la fois angélique qui le rend inaccessible et pourtant ce cœur enclin à aider son prochain. J’ai tendance à penser que ces petits détails en disent beaucoup sur sa personnalité. Je ne peux pas prétendre le connaitre assez bien pour savoir si je suis dans le vrai. Il est assez doux et demande quelque chose de plus fort sans savoir quoi ni même pourquoi. Ou peut-être n’était-ce qu’une image à laquelle je me suis arrêtée, car incapable de voir le reste pour l’instant ? Pour cette raison, je lui demande après avoir laissé mon sourire s’installer, où il a connu ce beau type qui vient de sortir de chez lui. Je ne m’étais pas trompé pour ce qui est de ses soirées. Je ne peux pas dire si elles se ressemblent toutes et que plusieurs hommes ont passés la porte de cet appartement de luxe, mais ça ne me plait pas. Si ça lui convient, je veux bien faire l’effort d’accepter son mode de vie. Après tout ça ne me regarde pas. Mais mon intuition me fait penser très fortement à cette détresse caractéristique que mon cher et tendre a bien connu. Et je ne veux plus voir personne dans un tel état.

Rêveuse, je trempe mes lèvres dans le jus de fruit que m’a tendu Yulian. Il est délicieux. Mes yeux se posent sur le jeune homme, cherchant cette lueur significative, mais je n’y parviens pas. Je ne lis pas dans les pensées, c’est une chose qu’en cet instant j’aurais aimé faire. Je détourne mon regard quelques secondes. Il n’a sans doute pas réalisé que j’allais prendre la parole puisque rien ne l’indiquait et je ris brièvement.

« Merci, c’est très gentil, tu es mignon comme tout »

Ses politesses vont finir par me détourner de l’objectif que je me suis donné. Ma peur est plus présente pour autrui que pour moi-même et s’il y a bien une chose dans ce monde que je puisse faire pour éviter un autre malheur, c’est de parler maintenant. Néanmoins, j’essaie de calmer les battements irréguliers de mon cœur en détournant le sujet. Rien ne montre que je suis dans un tel état pour l’instant. J’en remercie mon self-control. Il me montre ses tatouages puisque j’y fais références et j’apprécie drôlement leur signification. Néanmoins, cela renforce l’idée que j’ai de ce comportement.

« Je ne savais pas que ça existait le semi-permanent, c’est très réussi et très joli d’ailleurs. J’aime énormément »

Je lui souris, continuant mon verre tandis qu’il s’était rapproché pour me montrer. Je ne veux pas qu’il soit mal à l’aise, sachant que nous sommes dans sa demeure, je me sentirais idiote de le rendre si nerveux pour rien. Je sais qu’il est assez grand pour comprendre que je ne suis pas moralisatrice, du moins pas au point de vouloir m’assurer qu’il suive mes conseils.

« Yulian, toi non plus tu ne veux pas de relation poussée, n’est-ce pas ? »

Je n’aurais pas dû dire ça comme cela, mais je n’ai pas le choix, je ne sais pas le dire autrement. Les petits mots doux pour minimiser la casse ne sont pas mon fort. Puis soyons honnêtes, nous savons tous-deux qu’il n’a pas invité cet homme pour une partie de cartes.

« Je sais que je ne suis personne pour te dire ce que tu dois faire et je n’en ai pas l’intention. Mais la noona que je suis a été touché par une personne dans le même cas et cette personne agissait ainsi pour fuir des problèmes. »

Je ne devrais pas m’en mêler. Une chose à la fois devrait être dites, j’étais sensée seulement venir prendre des nouvelles. Je constate qu’il va plus mal qu’il n’en donne l’impression et qu’il n’a pas l’air de prendre les informations au sérieux. Sans être agrippée à ma télévision, je me tiens au courant des agissements de ce fauteur de troubles plus que menaçant. J’ai peur pour ma vie, pour la sienne, pour celle de Jaemin et plus que tout j’ai peur que la disparition de certains êtres n’en affectent autour de moi. Bien entendu, c’est valable pour moi aussi.

« Je ne te demanderais pas de comptes, tu ne m’en dois pas. C’est plutôt moi qui te dois des explications sur mon inquiétude à vrai dire. Je ne sais pas si tu es au courant. Anyang possède un couvre-feu que je te déconseille d’ignorer. Je l’ai appris à mon insu »

Je penche la tête sur le côté, replace une mèche et prend une inspiration. Je suis sur le point de lui dévoiler une certaine histoire que pas même mon petit ami ne connait.

« Quand on s’est rencontré… j’ai échappé de justesse à cette personne. Mon petit ami, avant que l’on soit ensemble était avec une femme qui a eu moins de chance et il a sombré dans ce maigre réconfort apporté par les femmes. Je ne connais pas la raison qui te pousse à faire de même et je ne te la demande pas. Tout ce que je souhaite c’est que tu sois en sécurité »

Il ne pourra pas dire ne pas être au courant. S’il joue avec le feu, je me permettrais d’être plus sévère avec lui, pour son propre bien. Si je ne sais strictement rien de lui, en revanche, il n’est pas un assassin. Je suis presque certaine que beaucoup de beaux mâles peuvent témoigner en sa faveur pour confirmer l’alibi chaque soir ou presque. Je me redresse, m’incline et l’observe encore, embarrassée.

« Je ne dis pas ça pour t’embêter et je ne suis pas du genre à juger qui que ce soit sur ce qu’il fait. Vraiment, je veux juste que tu comprennes, en tant qu’amie ou en devenir, que je n’ai pas envie de lire ton nom dans les journaux ou de l’entendre aux infos. »

Je n’avais jamais parlé de cette histoire, ni même de ma culpabilité de l’avoir gardé pour moi vis-à-vis de Jae Min. J’ai essayé de le protéger à un moment où il retrouvait à peine la stabilité de sa vie. J’espère qu’il ne m’en voudra jamais pour cela. Je compte bien le lui révéler un jour, j’ai juste envie que cette histoire soit du passé et que plus personne ne soit victime de ce fou furieux. Je me sens un peu mal d’avoir cassé l’ambiance. Cependant, c’était une chose nécessaire.
avatar
avatar
Invité
Fiche de jeu
Liens utiles
Sam 19 Sep - 18:55
Mignon comme tout... Ça lui fera toujours bizarre d'entendre ce genre de surnom affectif dans la bouche de la jeune femme, qui a un âge assez proche du sien. Avec Eun Sil il ça lui paraîtrait moins bizarre étrangement. Allez savoir pourquoi... Peut être que son côté maternel et protecteur y serait pour quelque chose... C'est même certain.
Toujours un peu embarrassé, il reste néanmoins droit en rabaissant son tee-shirt. Il n'allait pas rester non plus éternellement à moitié dévêtu. Même s'il a voulu montrer ses tatouages, il respecte aussi le fait que In Soon soit une femme. Il est français à la base mais sa mère étant chinoise, il en connaît un rayon sur les us et coutumes asiatiques.

Se servant de nouveau un verre, il en propose à In Soon, tout en écoutant ce qu'elle semblait vouloir lui dire. Tout d'un coup, elle lui a semblé bien nerveuse... Pourquoi ? Il essaye pourtant de ne pas la mettre mal à l'aise... De ne pas imposer sa présence. Il sait lui même que parfois un rien peut être blessant. Il est assez sensible pour le savoir...Mais il faut croire qu'il n'a pas fait suffisamment attention. Ou alors que quelque chose lui a échappé. Après tout il est encore jeune, il y a encore des choses qu'il doit apprendre.

«  ... »

Ah. Voilà pourquoi elle paraissait si nerveuse. En effet, ce sujet n'est pas le meilleur moyen pour que Yulian se sente à l'aise dans une conversation. Même si In Soon avait amené le sujet avec plus de douceur et d'enjolivement... ça n'aurait rien changé. Il n'aime pas en parler, parce que ça serait se confier sur l'état qu'il traverse. Il entame une dépression, la pente et lente et doucereuse, tant et si bien qu'il ne se rend même pas compte d'être dépressif. Il sait juste qu'il ne se sent pas bien. Mais... Est-ce qu'il a réellement envie d'aller mieux ?... Non. Pourquoi faire ? Pour se refaire piéger ? Que ses sentiments soient de nouveaux trahis ?

Voilà que l'expression du jeune homme se glace et que son corps se crispe de manière quasi imperceptible. Il ne veut pas être méchant envers In Soon, parce qu'il sait qu'elle est foncièrement bonne, mais... Il ne veut tout de même pas d'une amitié. Il ne veut plus jamais revivre quelque chose de similaire. Parce que peut être que In Soon sera de confiance, mais si Yulian commence à lui faire confiance à elle... Il ne sera plus capable de faire la part des choses et... Inévitablement, il retombera dans le même cas de figure.

« J'aimerais... éviter de parler de ça... pozhaluysta (s'il vous plaît)... »

Se reprenant en se rendant compte qu'il s'est mit à parler en russe, il n'ose plus tellement la regarder dans les yeux, jouant machinalement avec son verre, sentant un stress conséquent envahir son corps. Il n'aime pas être ainsi en sa présence... Ce soir, exceptionnellement, au départ de la jeune femme, il doublera exceptionnellement la dose. Et pas sûr qu'il sorte... Le coeur n'y sera pas. Oui... Il allait sans doute passer un moment à fixer le plafond de sa chambre sans pouvoir fermer l'oeil.

« Je ne fuis pas de problèmes noona... Ne te soucie pas de ça, s'il te plais, je vais bien, je profite juste de ma jeunesse. »

Il avait un peu la sensation de la supplier pour autre chose... Pour qu'elle laisse ce sujet là sous tapis. Personne n'avait encore vraiment entamé le sujet avec lui. Ses parents ne sont sûrement pas au courant de l'ampleur des dégâts et... Yulian souhaite que ça reste ainsi, au moins encore longtemps. Il ne se sent pas prêt à faire face au problème et a tourner la page.

Tentant un petit sourire pour la rassurer et clore le sujet, il le perd rapidement en fronçant les sourcils. Comment ça, elle a apprit ça à son insu ? Et un couvre feu ?... Et puis quoi encore ? C'était la première fois qu'il en entendant parler. Il a garder cet esprit purement français, qui ne supporte pas que ses droits soient bafoués. Ainsi, il voulait bien savoir qui avait le culot d'imposer un couvre feu. Ses parents ne lui avaient également pas parlé d'une telle chose.

Plus In Soon parle et plus Yulian sent son sang se glacer en lui. Non seulement, elle reparle de sa vie sexuelle, intime mais surtout... Elle lui avoue une chose qu'il n'est pas sûr de comprendre. Il est intelligent, mais il n'aimerait pas juger sur des conclusions hâtives. Pourtant, il a bien l'impression que la jeune femme lui avoue avoir été agressée, que son petit ami a perdu son ex petite amie suite à une mort... Accidentelle ? Il ne sait pas. Mais ce n'est pas le plus important.

«  Noona, j'ai peur de comprendre... »

Il n'en revenait pas. Alors vraiment ? Cette jeune femme si douce et apparemment inoffensive avait été victime d'une agression ? Mais quel homme sur terre pourrait être assez lâche pour s'en prendre à plus faible que soit ? Peut être pas mentalement, mais physiquement. C'était horrible. Juste horrible. Une bouffée de chaleur le prit et il dû retenir in extremis des larmes de colère. Il n'arrivait pas à accepter ça. Mais maintenant il comprenait pourquoi In Soon était dans un tel état de choc. Elle avait échappée au drame...

Sans qu'il ne s'en rende compte, son mal aise s'est placé dans un coin de son esprit. Même s'il souffre intérieurement, la souffrance des autres surpasse toujours la sienne. Désolé, il ose poser doucement sa main sur l'épaule fine de son invitée.

« Merci de me prévenir... Je ferais plus attention mais... Je continuerais à sortir. Cependant je ferais attention pour ne pas être seul à ce moment là. Je serais prudent, ne t'en fais pas. »

… Il est têtu. Mais malgré tout, même s'il l'a nié, il a besoin de sortir, de s'aérer l'esprit. Être désiré, rire et être insouciant, c'est tout ce dont il a besoin. Et puis l'alcool aussi ça aide. Bref... Il ne pouvait pas tout simplement s'enfermer dans son appartement le soir. Il finirait par se bourrer de médicaments ou faire quelque chose qu'il regretterait peut être. Il n'est pas vraiment suicidaire, mais lorsqu'il déprime fort... Il peut penser des choses absurdes, et faire des choses absurdes. Ça lui ait déjà arrivé de se demander quel sens sa vie avait vraiment, surtout maintenant. Alors s'il devait maintenant passer toutes ses soirées seul, sans le plaisir de la chaire pour lui donner une sorte de réconfort... Il n'allait pas y arriver, tout simplement.

«  Je... Noona, on ne peut pas être ami... Je ne peux plus en avoir... Et je ne veux pas parler de ça. »

Malgré son ton hésitant, il a su se montrer ferme sur ce point. Il avait été heureux d'avoir la visite de son amie, il avait passé une nuit et un début de matinée fort agréable, alors il ne voulait pas tout gâcher en fondant en larmes comme une madeleine face à une jeune femme gentille certes, mais qui avait sûrement autre chose à faire que de subir ses états d'âme. Il est très émotif, même pour un artiste.

« Mais je t'apprécie tout de même, et si tu veux parler plus de... Ce qu'il s'est passé ce soir là, tu peux venir en parler quand tu veux, maintenant si tu le désire. »

Pour lui montrer sa volonté de l'aider à peut être éponger un peu sa douleur, il a prit délicatement les deux mains de la jeune femme dans les siennes, plus grandes bien que féminines pour les presser doucement. Il n'avait jamais subit une telle chose, mais il imaginait bien que ce qu'elle avait dû vivre devait être extrêmement dur. Surtout qu'elle continue de sourire et de diffuser une atmosphère douce et joyeuse autour d'elle. Tout d'un coup, son admiration pour elle s'en retrouve gonflée.

« Merci de montrer ton intérêt amical pour moi... Même si je ne peux pas y répondre concrètement, ça me fait du bien. Tu es vraiment quelqu'un de bien noona. »
avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Dim 27 Sep - 20:27
Je n’ai pas le droit de lui parler ainsi, mais je ne peux pas négliger cette règle à laquelle il déroge. Je suis peut-être plus protectrice que j’en ai l’air, c’est sans doute cette façon détachée d’agir qui me rend si distante et inaccessible, bien que, le fait seul d’avoir un être à aimer démontre le contraire, il n’est pas non plus évident de le deviner. Je ne révèle ni l’identité, ni même l’existence de ce petit ami pour sa sécurité et parce que je suis une grande fille qui aime se débrouiller par elle-même sans se cacher dans l’ombre d’un homme, aussi aimant puisse-t-il être. Mais il y a des moments où avouer ses faiblesses est une force. Assumer ce qui est arrivé que ce soit de notre faute ou non est une chose que je me dois, précisément maintenant pour permettre à un autre de ne pas faire cette même erreur.

Son visage se décompose à mesure que je parle et prodigue mon soin verbal, néanmoins, je sais qu’il est en mesure de comprendre, même s’il prétend le contraire. Plus je parle, et plus il est facile de mettre des images sur les mots. Et plus il est facile de ressentir cette peur, ce nœud que je me fais à l’estomac pour un inconnu qui m’a prêté main forte un soir, sans me connaitre et qui aurait pu être ce tueur ou bien, aurait pu y avoir à faire dans sa bonté.

« Je me doute que tu n’as pas envie d’en parler et je ne t’y forcerais pas, tu n’as pas à t’en faire. Comme je t’ai dit, je ne te demanderais rien. C’est à toi de décider et je respecterais ton choix »

La raison qu’il me sert est assez commune, mais je ne pourrais pas blâmer cette envie de sortir et de jouir d’une vie bien remplie avant de décider si oui ou non, la vie à deux est faites pour lui. Chacun vie ses expériences comme il l’entend, mais pas au péril d’une vie, je le regretterais. Je lui souris, toujours les mains sur mon verre, regardant son contenu quelques secondes.

« Si tu as envie de t’amuser, je ne peux pas te blâmer pour ça, je sors aussi, c’est tout à fait normal »

Plus encore que de parler de l’expérience d’Im Jae Min, je mets des mots sur le problème auquel j’ai été confronté et qui pourrait être le sien s’il n’écoute pas ce que je lui dis. Il continuera, j’en suis certaine, mais il saura à quoi s’attendre et également que je ne compte pas retrouver son nom ailleurs que dans une rubrique nécrologique.

« Merci pour ta franchise. Maintenant que tu es au courant, je me sens déjà mieux »

Cela fait deux fois à présent qu’il parle d’amitié impossible. Je doute que son histoire ait une fin tragique en soit, mais il doit avoir son lot de peines. Le mien m’aura couté deux années de ma vie, une réellement durant laquelle j’ai broyé du noir et j’ai été repêché par les absurdités d’un frère un peu trop franc mais non pas dénué de cœur. Ce petit frère je ne l’échangerais pour rien au monde. Je soupire. Je n’ai pas besoin de savoir ce qui tracasse ce garçon pour le comprendre. Je ne lui demanderais rien, comme promis. Même pas d’affirmer ce que je compte lui dire, je connais déjà la réponse. Ses mains englobant les miennes, je lève les yeux vers lui.

« C’est une histoire compliquée et j’ai du mal à en parler… j’ai aussi peur de me confier, une chose qu’on a l’air d’avoir en commun. La trahison, la peur de se confier à la mauvaise personne, n’est-ce pas ? »

Oh oui, c’est un goût particulièrement amer que l’on garde durant un temps et seules quelques folies sont salvatrices à nos yeux. Des choses que d’ordinaire on ne fait pas, on ne pense pas, et qui nous semblent logiques dans l’instant et la seconde suivante s’évaporent dans un tourbillon de reproches à soi-même, de peur et d’incompréhension de n’y avoir, ne serait-ce que songé. Ce danger imminent n’est qu’un système de défense psychologique, une alerte que l’on créer pour se réveiller, se remettre, mais parfois, nous n’en avons pas envie. Parfois, rester au fond dans une solitude vicieuse et bavarde de ses questionnements absurdes et déplacés nous encercle et prend l’apparence sécurisante d’une amie fidèle à laquelle on peut faire confiance. Jusqu’à ce qu’on se rende compte qu’elle appuie sur les points vitaux et par conséquents essentiels. Qu’elle joue délibérément avec nos pensées, les enfonçant toujours un peu plus profondément dans nos crânes comme des vérités immuables alors qu’il s’agit de mensonges. On a beau le savoir, on préfère torturer ce pauvre cœur qui tente tout de même de s’accrocher, de subsister au travers du noir qui l’entoure, on lui inflige nous-mêmes plus de cicatrices qu’il ne devrait en avoir par un échec social. Puis finalement, finalement, le choix s’offre. Serons-nous libérés de notre état léthargique par la mort, ou par une âme charitable, comme on l’espère tant ? On ne choisit pas, on voudrait ne pas avoir à choisir. Il n’y a rien de plus stupide que ce résonnement, et pourtant il semble automatique et commun à l’humanité toute entière.

« Je comprends ton sentiment mieux que tu ne le penses. Mais comme nous ne sommes pas aussi familiers, pourquoi devrions-nous en parler ? Ça aussi, c’est tout à fait normal. Et puisque tu préfères garder tes distances, je n’ai aucune raison de te faire savoir pourquoi je sais ce qui ne va pas »

Telle est la différence entre lui et moi. Puisque je suis celle qui s’inquiète de sa santé et de la dangerosité des sorties nocturnes, je suis aussi celle qui est la moins mal en point et plus à même à le sortir d’une façon ou d’une autre de cette perte de repère social. Pour une fois, pour la toute première fois, je peux remercier mon précieux passé et mon vécu le plus douloureux, car il me permettra d’aider un autre que moi. J’essaie de l’attirer doucement, avec toute la franchise du monde, en espérant qu’il soit curieux. Il devrait l’être et si ce n’est pas le cas, l’envie de savoir pourquoi je l’ai percé à jour se fera ressentir. Il n’y a aucune curiosité là-dedans. C’est une crainte naturelle que de savoir quelqu’un d’autres mêlé à une histoire sans en avoir été acteur. Doucement, mes mains se délient des siennes, je frotte doucement son épaule, retrouve mon sourire en espérant que le sien reviendra vite.

« Ce jus est vraiment très bon, je ne me lasserais jamais des produits naturels. Tu en consommes depuis longtemps ? »

Je change de sujet, espérant simplement maintenir ce suspens, bien que ce soit mal, j’ai toujours été secrète. N’est-ce pas les énigmes qui fascinent le monde ? J’en suis une pour lui à présent et je m’assure ainsi de rester dans son entourage, aussi maigre qu’il ait l’air d’être. Pas besoin d’être devin pour savoir que cette peur maladive le ronge au point de s’isoler de tout dialogue sérieux. Ce qu’il cherche est l’affection d’un autre sans l’attachement, au risque de se briser les ailes tout seul à n’obtenir que le contact toujours plus de physique et toujours moins ce qu’il veut. Je suis sûre qu’au fond de lui il le sait. Il est encore trop tôt, sans doute, mais je tente ma chance malgré tout.

« Je me dis aussi que, je sais à quoi ressemble ton chez toi, mais tu ne connais pas le mien. Tu accepterais de venir si je t’invitais ? Pour que ce soit équitable, tu sais que je mets un point d’honneur à ne jamais profiter »

Je lui fais un clin d’œil, ceci fait référence à la commande que nous pourrions passer ce soir si mon ventre se mettait à gargouiller. Je ne suis pas certaine d’avoir faim à présent, mais ça n’a pas d’importance. Wang Yulian, tu as quelque chose de bien plus intéressant que tu ne veux bien le croire et parce que tu te doutes surement que je ne plierais pas quand à ta sécurité, j’espère que tu feras le bon choix. Celui de me permettre de te sauver.
avatar
avatar
Invité
Fiche de jeu
Liens utiles
Sam 21 Nov - 20:47
Stressé. Avec une sérieuse boule au ventre. Voilà dans l'état dans lequel il est maintenant. Au fil de sa conversation avec In Soon, des sentiments difficiles à assumer l'on asséné jusqu'à presque le submerger. Tout d'abord la honte, parce qu'il a honte de ce qu'il vit, de ce qui l'a poussé à venir s'établir sur Anyang. De ses faiblesses, nombreuses, de sa solitude omniprésente même lorsqu'il est en compagnie d'autres personnes... Il a honte de chaque chose de sa personnalité qu'il exècre. C'est aussi une partie de sa dépression. Depuis son départ, il ne se supporte pas. Mais évidemment, il cache ce trait de sa personnalité. Et puis à qui en parlerait-il ? Eun Sil ? Pour la faire stresser ? Hors de question. Et puis elle n'est pas sa vraie mère. Elle a déjà un petit garçon qui a besoin de sa maman.

Non, il n'a personne à qui en parler. Et In Soon semble elle aussi avoir d'autres chats à fouetter, même si elle ne le dira jamais. Elle lui propose de se confier, mais ce qu'elle a vécu est bien plus grave et dangereux. Yulian ressent en plus de la honte, beaucoup de peine, de colère et d'incompréhension. Il ne connaît pas la jeune femme, et pourtant, irrésistiblement, il arrive à lui faire confiance. Au moins assez pour la laisser rentrer chez lui sans son autorisation, et lui parler plutôt ouvertement. Certes il s'est fermé lorsqu'elle a voulu creuser un peu avec lui, mais... Il ne l'a pas mise à la porte, et il continue de lui adresser la parole. Il est certain qu'avec une autre personne, il aurait été bien moins tolérant.

«  … Merci. »

Un petit sourire timide étreint tout de même ses lèvres, adoucissant son visage auparavant tendu. Le fait que la jeune femme le couve autant lui donne du baume au coeur, même si ça l'effraie aussi. Et qu'elle ne l'oblige pas à lui en parler lui retire un poids. Il ne sait pas vraiment lui même ce qu'il se passe en lui, pourquoi il n'arrive pas à tourner la page et passer à autre chose. Cet événement l'a vraiment traumatisé, il ne pardonnera jamais à son ancienne meilleure amie.

« Je ferais attention. Je ne pense pas qu'il s'en prendra aux personnes accompagnées, alors j'éviterais d'être seul aux heures tardives »

De toute façon, ce n'est pas comme s'il rentrait seul. Il ne rentre pour ainsi dire, jamais seul. S'il ne rentre pas avec une nouvelle conquête, il s'agit d'un ancien partenaire qu'il aura lui même choisi. Il n'est pas du genre à prendre le premier qui passe, loin de là. Cette pensée lui rappelle que bien que son appartement est magnifique, il a vu un défilé d'hommes ahurissant en quelques mois à peine.

Un peu perdu dans ses propres pensées, Yulian revient à lui avec une phrase qui pour lui, est comme... Une agression. Une intrusion dans ses peurs et ses craintes les plus intimes. Son coeur s'est broyé aux mots de In Soon, pourtant simples et si légers. Surtout sa dernière phrase. Immédiatement, il a relâché ses mains douces, et il a baissé son regard. Le souvenir de cette affreuse journée où tout à basculé encore frais dans sa mémoire. Lui saccageant tout ce qu'il aimait, cette pièce si précieuse pour lui, comme son ancienne meilleure amie avait saccagé son coeur et le jeune garçon insouciant qu'il était alors.

Si avant il était honteux, maintenant il aimerait se cacher. Pas forcément la mettre à la porte... Mais éviter qu'elle le voit ainsi. Comme il est réellement. Perdu et blessé... énormément. Depuis tout petit il a toujours été un grand sensible. Pour les autres, et pour lui. Il est d'ordinaire très doux et affectueux, mais il suffit qu'on le trahisse pour qu'il perde ses moyens et qu'il perde confiance en lui et son jugement.

Si son ancienne amie l'avait trahie aussi salement, c'était aussi de sa faute après tout. Il avait été assez naïf pour croire que leur amitié était pure et invincible. Il aimait tellement cette jeune fille... S'il n'y avait pas eu cette histoire, Yulian aurait sans aucun doute inscrit la jeune femme sur son testament. Mais plus maintenant.

Le coeur lourd et les oreilles bourdonnantes, il entend à peine la jeune femme continuer à parler. Pourtant il relève son visage pour la regarder. Dans son regard, seulement quelques uns de ses ressentis prédominent. La peine, la peur et la honte. Son regard un peu humide, il évite rapidement son regard, tordant un peu ses mains pour faire partir le stress. Comment pouvait elle savoir aussi facilement ce qui lui pèse sur le coeur ? Comment ?! Est-ce qu'il est aussi prévisible que ça ? Fade et sans surprise ? Pathétique... Il se faisait pitié...

Si In Soon n'avait pas été présente, il aurait sûrement eu une crise de nerfs. Peut être aurait il avalé deux cachets en plus pour se punir lui même... Ou qu'il aurait massacré son appartement.

« Je... »

Sa voix un peu étranglé, il fronce durement ses sourcils en se levant subitement. Ah non : Il était tout simplement exclu qu'il preuve devant quelqu'un ! Il est peut être très sensible, mais aussi très fier. Alors même s'il pleure facilement, il ne supporte pas qu'on le voit pleurer. Surtout à l'âge qu'il à, où il devient de plus en plus autonome, comme un homme.

«  Excuse moi noona. J'aimerais ne pas le faire, mais je ne sais pas quoi faire d'autre et... »

En parlant il s'était rapproché de sa fenêtre, marchant nerveusement pour chasser les battements de coeur rapides désagréables de son corps.

« Ou-blies ça, s'il te plais. »

Et voilà. Une main sur sa bouche, l'autre tenant nerveusement le tissus de son pantalon, deux larmes silencieusement ont creusé un sillon dans ses joues pâles, avec une facilité déconcertante.
Tentant de se reprendre, et de chasser toutes ces pensées noires qui l'envahissent, il souffle un peu avant de prendre la parole avec beaucoup d'hésitation.

« Hum... J'aime bien... Ma mère m'a élevé ainsi. Je n'aime pas trop les sodas, je préfère les vrais jus de fruit... J'aime tout les fruits, lorsque j'étais jeune j'en buvais tout le temps. »

Maintenant il alterne avec de l'alcool, mais il garde toujours ce plaisir inconditionnel de boire un jus d'orange, un jus de pomme ou de mangue.

« Et... Et toi ? »

Il a posé cette question plus pour se donner le temps de chasser son envie de pleurer que pour réellement faire la conversation. Bien que parler simplement avec elle ne lui ait pas désagréable, il a du mal à gérer lorsque l'on touche à ses points sensibles.

« Oh... Bien sûr, ça serait impoli de refuser. Et ta compagnie est agréable... »

N'aimant pas l'impolitesse, il a essuyé son visage pour de nouveau faire face à la jeune femme, en espérant que plus aucune autre larmes ne coulera.

« D'ailleurs, tu n'as toujours pas faim ? »
avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Ven 11 Déc - 18:53
Mon inquiétude grandissante doit être en partie due au fait que j’aurais pu être l’une des victimes citée aux informations et que je n’ai aucune envie de voir la liste se prolonger, d’autant plus si elle comprend des noms que je connais bien. Je ne peux pas prétendre connaitre Yulian par cœur ni même être une amie, apparemment l’accès est difficile et je ne peux qu’afficher un maigre sourire compréhensif. Je sais parfaitement ce qui peut causer ce genre d’aprioris pour moi-même avoir cette partie de moi qui refuse de se lier aux autres. Ou du moins, à agrandir davantage ce cercle d’ami pourtant si peu rempli.
Yulian me remercie et me promet de faire attention. Il est vrai que les personnes seules sont des cibles bien plus faciles que les groupes. Il y a moins de témoins après-tout et moins de risque que le meurtrier laisse d’indices sur son identité. Les rares à avoir été dans ce cas sont les plus en danger je suppose.

Ses mains retombent le long de son corps. Je sais que j’ai un peu trop parlé. Je voulais qu’il comprenne que je sais parfaitement ce qu’il ressent et je n’aurais pas pu mieux m’y prendre, mais cela impliquait que je ravive des souvenirs dont il ne voulait apparemment pas entendre. J’imagine que c’est frais ou qu’il ne s’est toujours pas remis. Fuir ce problème ne l’aidera pas, mais lui mettre le nez dedans n’est pas non plus une solution et je m’en veux terriblement. Le voir s’éloigner me rappelle à quel point il est difficile de laisser les autres nous aider. Ce stade est bien loin pour l’instant et je ne compte pas jouer le rôle d’un psy pour sauver Yulian des griffes de ses angoisses les plus profondes. Mais j’essaierais à ma façon de lui prouver que je suis digne de cette confiance qu’il n’accorde pas.

Je veux poser ma main sur son épaule, mais je n’ose pas faire un seul pas vers lui. Je n’aimerais pas le brusquer et à défaut de m’avancer, je change simplement de sujet pour faire appel à d’autres souvenir qui seront surement bien plus volatiles et de ce fait agréable ou du moins assez éloignés pour qu’il cesse de se remémorer sa peine. Mon sourire s’agrandit tandis qu’il répond. C’est assez maladroit, mais j’apprécie sa franchise et son intérêt.

« Oh et bien depuis peu à vrai dire. La fin de mes études peut-être ? Oui, voilà ce doit être ça, c’est un docteur qui m’a conseillé pour certaines vitamines et pour me relaxer »

Inutile de préciser qu’en cette période-là j’en avais besoin plus qu’aujourd’hui, même si une fois encore les deux situations sont incomparables et de loin, je préfère ma ridicule histoire de tromperie plutôt que celle d’un meurtrier à ma poursuite. Mais là n’est pas la question. Les fruits ont des vertus qui pourraient résoudre bon nombre de problème si l’on en consommait correctement depuis l’enfance, j’en suis persuadée, bien que l’exemple sous mes yeux prouve le contraire. Je suppose qu’il faut bien une exception, pauvre de lui… il a fallu que ça tombe sur Yulian. Je pourrais presque en rire si je n’étais pas aussi navrée et que je n’avais pas envie de le prendre dans mes bras comme une mère le ferait avec son enfant. Je n’ai pas ce rôle, je n’y ai pas droit, pas avec lui. Sa détresse me rappelle trop la mienne, c’est peut-être cela qui me pousse à aller vers lui depuis le début. Peu importe, je dois me rattraper. Je l’invite à dîner un jour prochain et il est un peu gêné mais me répond quand même positivement, chose qui me rend évidemment heureuse, d’autant plus qu’il me complimente malgré mes fautes. Je me sens si coupable de l’avoir vu ainsi. Je n’ai aucun mauvais ressenti à son égard, je sais juste à quel point il est difficile d’affronter le regard des autres quand on est vulnérable et je ne me permettrais pas de revenir là-dessus.

« Oh, maintenant que tu le dis… peut être un peu ? »

N’abusons pas non plus de la patience de notre hôte. Je me mords la lèvre et tente un autre sourire, me rasseyant sur l’un des tabourets tandis que je regarde un peu cette cuisine de rêve. Elle est tout simplement magnifique. Cet appartement semble neuf tant l’espace y est bien réparti. Au-delà de cela, il y a les meubles dont les couleurs uniformes et la disposition est également un plus qui permet de respirer. Je remarque qu’il y a peu d’encombrement et me dit que Yulian est très bien organisé. L’unique inconvénient notable est surement le fait qu’un tel appartement, aussi lumineux et zen soit-il renforce aussi le sentiment de solitude… mais je ne peux le lui dire et je n’ai pas envie de remettre ça sur le tapis de toute façon.

« Dis-moi, je me pose une question, toute simple et sans arrière-pensée. Comment tu envisages la vie à deux ? »

J’ai un petit ami, je ne dirais pas ne pas y avoir pensé, c’est simplement que j’aime me projeter dans l’avenir sans trop en faire. Des questions qui persistes et qui sont intéressantes puisqu’elles concernent tout le monde. Qui plus est, un homme, charmant, est sorti de chez lui et bien que Yulian ne pense pas à cet avenir-là, je suis curieuse de savoir comment il l’envisage s’il l’envisage un jour. Je me rends compte très rapidement que malgré sa préférence, il est possible qu’il ait mal compris le pourquoi de cette question. Je ris nerveusement.

« Bien sûr ce n’est qu’une question pour satisfaire ma curiosité »

En somme, pas une proposition. Même si je me doute qu’il a aisément deviné, je préfère tout de même ne pas mettre les pieds dans le plat en faisant appel à mes taquineries habituelles qui sont parfois un peu rentre-dedans.
avatar
avatar
Invité
Fiche de jeu
Liens utiles
Ven 12 Fév - 0:48
Yulian peut enfin détendre complètement les traits de son visage. L'envie de pleurer s'est maintenant entièrement tarie, lui permettant de se rapprocher un peu de son aînée, sans trop en faire néanmoins. Il se remet doucement d'avoir craqué en sa présence. In Soon n'est peut être pas une inconnue, mais il ne s'est pas suffisamment ouvert à elle pour pouvoir pleurer en sa présence sans aucune gêne, il ne fallait pas rêver. Son traumatisme est toujours aussi frais dans sa mémoire, et bien que la jeune femme assise dans son canapé n'apparaît pas directement comme une menace, Yulian ne peut tout simplement pas s'ouvrir. C'est au dessus de ses forces. Un peu comme une personne qui viendrait de se brûler au premier degré et qui ne pourrait plus approcher la moindre allumette de peur d'endurer la même épreuve de souffrance. C'est purement psychologique comme mal, mais pas moins handicapant.

« Il a été de très bon conseil... Tu peux aussi essayer les tisanes dans ce cas là... Hum je n'en ai pas ici par contre... Désolé. »

Il s'inclina très légèrement, se sentant fautif de ne pas recevoir au mieux son invitée, quand bien même s'il ne l'attendait pas. Il avait tout apprit de ses parents sur le "comment recevoir correctement un invité". Il savait ainsi comment recevoir, comment parler, comment mettre à l'aise et beaucoup d'autres choses. Enfin pour l'heure, il n'avait pas besoin de mettre tout ce savoir à exécution, juste un bon stock de boissons diverses, et une attitude agréable.

Lorsque la jeune femme affirme commencer à avoir faim, le jeune homme se risque à sourire très doucement, soulagé de devoir faire quelque chose de ses 10 doigts et d'ainsi se changer les idées. Il apprécie la présence de In Soon qui est une jeune femme douce , mais il préfère tout autant pouvoir concrètement faire quelque chose, afin de ne pas perdre contenance.
Il se dirige donc sans attendre dans sa cuisine, ouvrant son frigo à la recherche de met aussi délicieux que rapides à préparer.

« Je peux te faire quelque chose pour calmer ta faim... Tu préfère un plat à base de légumes ? Ou de viande ?... Hum, ou les deux ? »

Tout en parlant d'un ton léger, il faisait naviguer son regard entre son réfrigérateur et son invitée. Il sait qu'elle n'est pas dupe et qu'elle a du comprendre son état... Au moins un peu, mais il préfère se voiler la face, nier au plus profond de lui même en bloc pour éviter que ce genre de chose ne se réitèrent. Que ces sentiments non désirables refassent surface.

Tout en sortant quelques aliments pour les déposer de façon méthodique sur son plan de travail, Yulian écoute d'une oreille attentive In Soon pour ne pas perdre une miette de ses dires.

« … La vie à deux ?... »

Le jeune homme s'est stoppé, pour relever son regard sombre sur son aînée. Les manches relevées de son haut sur ses bras fins, des mèches coincées derrière ses oreilles pour dégager sa vue, il n'arrive pas à saisir le but de la question. Ça ne la regardait pas vraiment, mais elle avait tout de même posé cette question. Pourquoi ?... Elle ne voulait pas sortir avec lui de toute évidence, il l'aurait vu sinon. Enfin... Peut être.

« Oh je me doute bien que tu ne veux pas sortir avec moi Noona ! Et puis je ne mériterais pas une fille aussi jolie et gentille que toi. »

Il était peut être un peu trop gentil, mais sincère. Il trouvait véritablement la jeune femme d'une beauté rare chez les coréennes. Belle naturellement, simple mais pas trop. Suffisamment pour paraître vraie aux yeux des autres. Et sa gentillesse... Bien que Yulian n'est pas capable de lui ouvrir son coeur et de se confier à elle, il a bien vu qu'elle était la gentillesse incarnée. Et ce, depuis leur première rencontre. Malgré ses erreurs passées, il pouvait dire sans crainte qu'elle était une bonne personne.

« Je... Ne l'envisage pas. Disons que ce n'est pas une priorité. Les personnes que je côtoie pensent également de cette manière. Aujourd'hui, ce qui m'importe est de finir mon cursus à l'université et de trouver un travail par la suite... Le reste... Ce n'est pas important Noona. »

Toujours souriant, il tente de lui faire comprendre de ne pas s'inquiéter à son sujet. Il sait bien que les filles ont tendance à penser que l'amour est avant tout primordial dans la vie, mais il n'y a jamais goûté. Il a suffisamment été blessé à cause d'une amitié fusionnelle, alors il n'allait pas donner son coeur en pâture une seconde fois...
avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Dim 14 Fév - 18:59
Yulian reste secret. Je le conseille comme je peux, mais je suis impuissante face à la détresse qui semble émaner de lui. J’essaie de gérer mes propres émotions, y parvient non sans mal. Il vaut mieux que l’un de nous deux soit assez solide pour soulever l’autre, éventuellement, le faire sourire. Parler de médicaments et de conseils pour garder le moral n’est pas une bonne idée, néanmoins, il a ses petites astuces qu’il partage volontiers, laissant entendre qu’il ne carbure pas aux tisanes malgré tout. Je suis certaine, je sais qu’il utilise des médicaments, je sais reconnaitre quelqu’un mal dans sa tête pour l’avoir moi-même été un temps. Autant ne pas s’attarder sur le sujet, je change du tout au tout pour laisser entendre que j’ai faim, chose à laquelle il répond en me questionnant sur ce que je pourrais attendre de son frigo. Je souris.

« Ne te casse pas la tête, je prendrais ce que tu as, je n’ai pas un énorme appétit » Pour ainsi dire, j’ai l’estomac légèrement noué, tout ce qu’il me fait c’est ingérer quelque chose, peu importe si c’est un légume, de la viande ou un fruit, du moment que c’est solide. Je mords ma lèvre et m’interroge tout de même sur son état, par habitude, par intérêt aussi d’y trouver une solution. Peut-être, que comme moi, l’aide dont il a besoin viendrait d’un cœur qui ferait écho au sien ? Je lui demande d’une façon moins directe, néanmoins qui ne tourne pas non plus autour de la question si ça lui ferait envie, en précisant que… je ne suis pas intéressée. Je ne pense pas que nous irions ensemble, bien que nous nous ressemblions. C’est peut-être pour ça que nous ne pouvons pas, d’ailleurs. Entre autres.

« Tu es bien négatif. À t’entendre on croirait que tu es la pire personne que le monde n’ait jamais porté. Moi je vois quelqu’un de bien, sinon, tu ne m’aurais pas aidé »

J’essaie de lui redonner confiance, qu’il ne doute pas de ma sincérité. Après tout, il était là, il a pris soin d’une inconnue qui aurait pu être une meurtrière ? Une échappée d’asile ? Qui sait ? Mais non, il m’a accueilli et protégé, rassuré même. Sans lui, qui sait ce qui serait arrivé ? Je ne pose pas plus de question quant à son envie d’être seulement choyé. Il ne veut surement pas s’attacher, ce que je comprends. Je suis peut-être arrivée comme un cheveu sur la soupe ce soir-là. Mais qu’importe, il n’a pas hésité une seconde, et maintenant, qu’il le veuille ou non je suis là. Je ne me montrerais pas intrusive, pas plus que je ne l’ai été là, disons. Je me contente de soupire et de balayer la pièce du regard.

« Ce n’est peut-être pas plus mal, mais je ne sais pas ce qui est le plus douloureux. La plénitude sur le moment, quand on est cajolé, aimé, puis la solitude l’instant d’après. Oh, cela dit, tu as la chance d’être appelé un prédateur toi. Quand c’est une femme qui fait ça, c’est appelé différemment, injustement d’ailleurs »

Oops… je pense que je suis allée trop loin. Je mords ma lèvre, le regarde, choquée par mes propres mots. Sans doute parce que je réalise qu’il peut le prendre comme une insulte alors que ce n’est pas le cas. « Je veux dire, tu es un homme, quoi que tu fasses, tu entres dans des schémas plus positifs que les miens, quoi que tu puisses faire ça ne descendra pas contrairement aux schémas d’une femme »

Et dire que je l’ai vu sortir de sa douche… je comprends bien pourquoi il est désiré, là n’est pas la question. Je me demande juste si lui, se sent désiré, ou seulement utilisé. C’est important, mais je ne peux pas le lui demander et risquer de raviver d’autres souvenirs. Je me contente de lui sourire bien sagement. « Tu as déjà essayé les speed dating Yulian ? C’est amusant, je suis sûre qu’on devrait essayer, ne serait-ce que pour voir le genre de personnes qui y va. Sans être mauvaise langue, bien sûr, il y en a qui font clairement sourire »
avatar
avatar
Invité
Fiche de jeu
Liens utiles
Mer 27 Avr - 2:07
Alors qu'il réfléchissait déjà à un plat simple, qu'il pourrait réaliser pour son invité, il se stoppa dans ses gestes à la réponse de la jeune femme, ses fruits rincés et disposés sur son plan de travail.

« Hum... Dans ce cas là, une salade t'iras Noona ? »

Bien conscient que son caractère habituel, bien trop calme voire triste et nostalgique selon les circonstances, peut être ennuyant à la longue, il tente de penser à autre chose, pour ne pas gêner son invité avec ses problèmes d'humeur. Si toutefois, il pouvait appeler ça comme ça.

« Une salade de fruit. C'est frais, pas trop lourd et vraiment délicieux si tu aimes ce qu'il y a dedans. »

Souriant gentiment, il aligne ses fruits et les énonce, et ce, même s'il se doutait que la jeune femme devait déjà tous les connaître.

« Melon, celui qui est orange, pomme, ananas, mangue, raisin et... Je peux rajouter de la poire si tu veux, ou de la banane. Je ne veux pas trop en rajouter pour éviter que ça devienne mauvais... »

Oh, il devenait bien plus bavard lorsqu'il s'agissait du bien être d'un ou d'une invité(e) ! Même s'il se refuse toute forme d'attachement, il a quand même envie de lui faire plaisir. Il ne la déteste pas, c'est bien plus compliqué que ça... Il aimerait aimer et faire confiance, mais ce blocage mental l'en empêche, et il a l'impression que ce verrou n'est pas prêt de sauter.
Au fur et à mesure qu'In Soon lui indique ses préférences, il prend le fruit en question pour le préparer et le découper, de la manière la plus efficace, comme il l'a apprit.

« Je t'ai aidé Noona, comme n'importe qui de normal l'aurait fait... Venir en aide à notre prochain, ça ne devrait pas être exceptionnel... »

Il n'avait pas réfléchit avant de retirer sa propre veste, la déposer sur les épaules plus frêles de son aînée, et l'entraîner dans un endroit sûr et chaud. Il avait été éduqué ainsi, et plus encore... Au fil de sa courte vie, il avait apprit à respecter les autres et leur venir en aide, plus que de prendre soin de lui même. Après tout, vu la carcasse qu'il était au fond de lui, il n'y avait pas grand chose à sauver. Mais ça, il était très certainement le seul à pouvoir s'en rendre compte. Et tant mieux...
Il n'a d'ailleurs pas démentit lorsque In Soon a dit qu'il se pensait être la pire personne que le monde ait porté. Il n'en voyait pas l'intérêt.

Pourquoi ? Il ne serait de toute façon pas convainquant, était donné que de toute façon, au vue de ses nombreux... « problèmes » , il se considérait comme une personne pas tout à fait fréquentable.

Arrivé à la moitié des fruits, il rince son couteau et nettoie son plan de travail, pour reprendre tranquillement sans stopper sa conversation avec la jeune femme.

« Je ne pourrais pas te répondre... Je ne suis pas assez vieux pour prétendre savoir ce qui le serait le plus... »


N'ayant pas finit sa phrase, son geste resta en suspend. Les lèvres entrouvertes, les pommettes un peu rouges, il fronça ses sourcils avant de baisser son visage.

« Eh bien je ne sais pas ce que l'on peut bien penser de moi, même si ce que pense noona semble plutôt... Explicite. »


Sa susceptibilité et sa sensibilité ont toujours été un problème pour Yulian. Le nombre de fois où il a subit les dégâts de simples malentendu ou de légères disputes comme de vraies catastrophes, ne se compte même plus sur les doigts de deux mains ! In Soon venait, pour lui, de sous entendre qu'il n'était rien de plus -ou de moins- qu'une traînée. Il l'avait perçu comme ça et son caractère rancunier et entêté ne lâchera pas cette idée tant qu'il n'aura pas de meilleure explication.

« Ne pense pas ça Noona, même si je suis un homme, je suis sujet aux mêmes insultes que les femmes, sûrement par ma carrure, ou plutôt mon absence de carrure. »


Il haussa les épaules avant de finir sa tâche, préparant ensuite une petite sauce légère et sucrée.
Lui même ne s'estimait pas tellement, alors pas la peine d'en tenir rigueur à la jeune femme. Ce n'est pas comme si elle avait vraiment tord. La vérité est juste beaucoup trop blessante.
Alors qu'il versait délicatement les nombreux éléments découpés dans le saladier, puis mélangeait le tout, il dépose regard sur son aînée, un peu rembrunit par ce malentendu.

« Je n'en ai jamais fais mais... J'en sais assez pour savoir que dans ce genre d'évènements, il faut être plutôt intéressant. Un minimum. Avoir quelque chose d'attractif. Ce n'est pas mon cas noona, contrairement à toi. Enfin... Je sais l'être, mais plus comme un ''prédateur'' que quelqu'un de normal. »

Oui... Rancunier et boudeur le petit. Même s'il était d'accord, avoir la sensation d'avoir été traité d'allumeuse, ce n'était pas très agréable !
avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Mer 4 Mai - 22:59
« Oui, une salade c’est parfait » Je le regarde faire, m’installe en face de lui tandis qu’il me présente ce qu’il a. J’irais sans doute faire des courses pour le désagrément, ou comme nous avons dit, je l’inviterais à manger ce soir, mais cela ne dédommagera pas les fruits qu’il coupe pour moi. Je suis peut-être pénible, mais je ne veux rien devoir à Yulian. J’ai confiance en lui au point de me penser abuser de sa gentillesse et c’est la dernière chose que je voudrais qu’il pense en m’ayant à l’esprit. Je mords l’intérieur de ma joue, ne pouvant m’empêcher de parler de cette chance que les hommes ont de pouvoir profiter ainsi, bien que ce ne soit pas non plus bénéfique à long terme, leurs faits et gestes ont des conséquences bien moins importantes que lorsque nous, femmes, les faisons. Yulian s’arrête un instant, je remarque que le ton a changé. Toujours aussi monotone et toujours aussi plat, mais une certaine assurance en moins que j’assimile à mon manque de tact.

Je murmure son prénom, avant qu’il ne reprenne et ne réponde au reste, m’arrachant un grognement d’insatisfaction. Je racle ma gorge, me penche sur le plan de travail pour l’observer. Yeux dans les yeux à défaut de pouvoir m’incliner plus pour l’instant. « Je suis désolée, ne le prend pas ainsi ce n’était pas mon intention. Ce que je voulais dire c’est que si j’avais cette chance, j’aurais sans doute fait pareil. Outre le regard des autres il y a aussi beaucoup plus à perdre pour une femme que pour un homme » D’un point de vue anatomique on ne pouvait nier que nous n’étions pas faits pareil et qu’il y a plus de pudeur chez la femme que chez l’homme à juste titre. « Je n’ai jamais pensé mal de toi, à vrai dire, je suis un peu jalouse, tu vois ? » Un maigre sourire se forme au coin de mes lèvres tandis que nous nous installons pour aller savourer cette salade qu’il n’a pas l’habitude de faire. Je ne reviendrais pas sur le fait que j’ai bien plus peur de me jeter à l’eau que lui, j’ose espérer qu’il l’a compris cette fois.

« Et une fois de plus, ta carrure et l’attraction que tu exerces ont bien plus de charme que tu ne le pense » s’il n’avait pas d’yeux que pour les hommes, je le lui aurais bien prouvé, sans la moindre arrière-pensée. Un simple baisé déposé sur son front, une caresse le long de sa mâchoire et une douce étreinte pour terminer, rien de plus, rien de moins que la tendresse la plus innocente qui soit. Les gestes, les mots, il y a tant que l’on puisse faire pour s’exprimer, mais il y a toujours ce facteur compréhension qui est propre à chacun, car il y a autant de moyen d’expressions qu’il y a d’être humain.

« On devrait manger un peu, le sucre ça fait du bien » Dis-je, lui tendant une fourchette dont l’une des dents a transpercé un morceau de melon. Je me saisis de l’autre couvert pour à mon tour goûter le repas improvisé et savoureux néanmoins. Il est difficile de sourire quand on n’en a pas envie, mais plus encore quand on ne sait pas s’y prendre et redonner le sourire à quelqu’un d’autre, notamment à quelqu’un qui a été d’un grand secours. « Tu sais, la normalité aujourd’hui c’est d’ignorer sont prochain jusqu’à en perdre l’essence même de ce que nous sommes. Alors je dirais, contrairement à ce que tu penses, qu’à un speed-dating, tu ferais un malheur, non pas parce que tu plais, mais parce qu’en toi, je vois toute l’humanité que les autres n’ont pas » Ce n’est pas n’importe quel homme qui est capable d’une telle prouesse. Mettre la fille en sécurité sans arrière-pensée, ne pas profiter d’elle dans l’immédiat, s’inquiéter sincèrement du sort d’une inconnue. Je suis d’avis qu’il y a très peu de personnes capable d’autant de qualités humaines et celles qu’il exècre de tout son être son pourtant celles qui brillent à la surface et attirent comme un aimant, du plus bon au plus mauvais. Sans doute choisi-t-il inconsciemment ceux qui sont aptes à le détruire, parce qu’il ne cherche pas à remonter, il cherche à s’enterrer. C’est sans compter sur cette noona perspicace que je suis, pour une fois, et qui essaiera malgré les échecs consécutifs de le maintenir, au moins, à la surface. « Je n’ai pas l’habitude de complimenter, je suis même plutôt doué pour m’exprimer comme une boule de bowling, tout casser sans le vouloir, alors crois-moi quand je te dis que tu ne devrais pas penser si mal de toi » Si une personne comme moi est encore capable de croire en l’homme, n’est-ce pas la preuve même qu’il n’est pas si mauvais qu’il le prétend ? J’esquisse un sourire plus franc. Pour une fois, en sa présence, je peux me sentir à l’aise, vraiment à l’aise.
avatar
avatar
Invité
Fiche de jeu
Liens utiles
Lun 8 Aoû - 0:32
« Une salade alors... Tout ce que j'ai te va ? »

Il ne fallait pas non plus qu'il fasse un plat certes délicieux, mais qui ne plairait pas non plus à son invité. Tant qu'à faire bien, autant bien le faire jusqu'au bout. Alors il s'assurait dès à présent que la jeune noona n'étais pas allergique, ou n'avait pas en horreur chacun des aliments présents sur son plan de travail.

« ... »

Oui il avait un peu comprit. La jeune femme avait été maladroite dans ses propos, et en bon sensible qu'il était, il avait réagit au quart de tour. Il n'a pas l'habitude de ce genre de conversation, ou du moins, il n'a plus l'habitude... Alors même si ça lui coûte, il range sa bouderie.

« Je comprends Noona... Mais personne ne m'avais jamais dis ça de … cette manière... »

Il voyait vraiment à quel point elle était désolée, et ça le touchait réellement. Il était susceptible, et vraiment sensible, mais il n'étais pas non plus sans coeur. Et il se doutait aussi un peu que In Soon n'était pas de celle qui s'invite chez les gens pour les insulter par la suite, et rester manger. Pas qu'il la prend comme un invité indésirable. Il apprécie assez sa présence pour lui préparer de quoi se restaurer et accepter de discuter avec elle.

« Merci... Tu as sans doute raison noona... »

Souriant doucement, il lui apporte le plat de salade de fruit, avec deux belles coupoles et des petites fourchettes. Il aime beaucoup avoir les services de table assorti avec les plats qu'il faut, sans doute son côté ''perfection'' française. Après que tout soit prêt, il fait signe à son invitée de commencer à se restaurer en première.

« J'espère que tu aimeras... »

De meilleure humeur, il ose un autre sourire timide et attrape sa coupole une fois que In Soon l'a fait pour se restaurer à sa suite. Un bout de pomme entre ses lèvres, il relève son regard vers la jeune femme.

« ... »

Encore une fois surpris, il ne sait pas comment réagir. Il ne s'attendait pas à un compliment si profond, beaucoup moins léger qu'un simple ''tu es beau''. Déstabilisé, il se sent rougir légèrement, assez pour qu'il détourne violemment son visage, sans attendre.

« … Merci... Je ne sais pas ce que tu vois, mais ça doit être beau... »

Son humanité... Si elle devait être peinte, comment serait elle représentée ? Et celle d'In Soon ?... ça faisait bien longtemps qu'il n'avait plus eut ce genre de pensées. La première fois, il était très jeune... Et la dernière fois... C'était un peu avant son burn out. Avant cette trahison si poignante. Il n'avait plus peint après ça, et encore maintenant, il n'osait pas retoucher un pinceau. Toutes ces oeuvres ayant rapport avec cette fille ont subit son courroux. Alors serait-il capable de reprendre ?... Pas sûr. La photo c'était déjà bien.

Reprenant un peu de contenance, il se retourne vers elle et acquiesce mollement, son regard se perdant dans le sien.

« Je comprends... Mais... Je n'arrive pas vraiment à m'estimer autant que tu sembles m'estimer. C'est... Difficile. »


Surtout lorsque l'on se déteste autant qu'il peut se détester. Il ne se supporte plus tellement, tant et si bien qu'il se perd petit à petit dans la facilité des dose de médicaments sur dose de médicaments.
Se confiant à la jeune femme, il ne s'en rend pas encore compte. Il pense toujours que ne pas se lier aux autres et la solution pour ne plus jamais autant souffrir.

« Je pense... Que si tu devais être une oeuvre... Un dessin... tu serais une représentation très lumineuse, apaisante et pétillante. »

Encore une fois, il n'avait pas vu qu'il parlait comme il le faisait auparavant, lorsqu'il pouvait s'exprimer à travers un pinceau sans faire de crise d'angoisse...

« Tu serais très belle. »
avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Lun 8 Aoû - 22:33
Plus je m’exprimais, plus j’avais l’impression de faire de gaffes. J’ai fini par me taire en lui souriant tandis qu’il présentait son plat, simple, mais efficace. Je lui souris pour toute réponse en secouant la tête vivement. Je savoure et reste silencieuse, jusqu’à ce qu’il me contredise pour un speed-dating. Impossible de rester impassible, j’ai fini par lui répondre qu’il était plus humain que la plupart de nos congénères. S’il ne s’adapte pas c’est qu’il y a une raison et même si ce n’est pas celle que j’ai en tête, c’est sans doute lié : il n’apprécie pas les faux-semblants. Je suis un peu du même avis. J’attends sagement, reprend un peu de ce que j’ai dans mon plat, plongée dans mes pensées. Ce n’est pas facile d’être différent, je sais ce que c’est, même si à faible dose en comparaison sans doute. Le rejet d’un monde que l’on voulait rejoindre et que l’on ne peut même pas toucher. Celui de s’être trompé sur une personne qui nous est chère, enfin, que dire de plus si ce n’est qu’il ne faut pas les laisser nous miner ?

J’ai confiance en ce que j’ai dit à l’instant, seulement, ce n’est peut-être pas ce qu’il a besoin d’entendre. Ce que j’avais envie de lui dire n’était pas forcément pour le rassurer, le but était de lui faire prendre conscience qu’il était une belle personne et qu’il méritait autant que n’importe quel être humain sur cette terre, à quelques exceptions faites, de vivre une vie normale, ou de reprendre le courant de la sienne. Je l’espérais en tout cas, sans pouvoir y faire grand-chose. Nous nous connaissons peu, il est vrai qu’il a été là pour moi, malheureusement, il est beaucoup moins aisé de trouver une solution pour lui.

Je relève les yeux, avale ma dernière bouchée en voyant son sourire se dessiner. Je suis apparemment quelqu’un de lumineux, j’imagine que je peux me classer dans la catégorie des bonnes personnes selon Yulian et ça me fait chaud au cœur. Je le remercie en bégayant, assez surprise « c’est une très belle vision de moi que tu as là. Je pense qu’on en se voit jamais tel que les autres nous voient et… parfois, il faut savoir faire confiance à leur jugement » je lui fais un léger clin d’œil. Si je lui dis qu’il est une belle personne, c’est que je le pense sincèrement et qu’il devrait se fier à mon avis. Mais je suis certaine de ne pas être la seule à le voir de cette façon, pour peu qu’il ait d’autres personnes dans son entourage qui soit assez important pour lui. J’ai l’impression qu’il est assez solitaire, ou plutôt je le constate et je désespère un peu, il ne devrait pas s’enfermer dans une bulle comme ça, plus il le fera, moins bien il ira… j’en sais quelque chose. Je ne peux pas lui dire ça de cette façon. Peu importe, il ne vaut mieux pas que je m’en mêle pour l’instant. Je veillerais à ce qu’il aille bien quand même, le plus souvent possible. « Et j’y pense, c’est un tableau qui t’es venu à l’esprit, tu es un artiste, pas vrai ? » Autant dire que j’en connais beaucoup, seulement au travers de leurs œuvres pour une très, très grande majorité, et en partie musicale, mais je fréquente les musées. Je pourrais peut-être lui proposer d’aller à une prochaine exposition d’un artiste que j’apprécie ? Oui, s’il accepte ce sera sans doute un grand pas vers l’avant, et une bonne sortie, je pense.

« C’était délicieux en tout cas. Et du coup, ce soir, c’est moi qui t’invite, à moins que tu ne veuilles pas bouger de chez toi et que nous commandions. Ce qui implique que je paye au lieu de cuisiner et ça ne me dérange absolument pas » Sait-on jamais, je lui dois quand même un repas, je ne voudrais pas qu’il pense que je suis radine et qu’appeler un traiteur qui livre me fait rager, au contraire, je pourrais payer ma dette de cette façon. Enfin, une dette qui n’en est pas vraiment, mais ça n’a pas la moindre espèce d’importance. Je suis tout sourire, ravie qu’il se sente un peu mieux, je ne sais pas si j’en suis la cause, il n’est pas évident à cerner, mais je me sens un peu mieux à me dire que je ne suis peut-être pas aussi impuissante dans cette situation que j’avais l’air de le penser. « Et je payerais aussi le dessert, qu’est-ce qui te ferait plaisir et que tu n’as pas mangé depuis des lustres. Je suis sûre que tu as bien une idée ! » C’est un truc d’artiste de partir d’un seul coup sur quelque chose de presque impossible pour l’atteindre et mieux savourer sa victoire, ça fait un bien fou !
avatar
avatar
Invité
Fiche de jeu
Liens utiles
Dim 28 Aoû - 23:49
Écoutant attentivement les paroles de la jeune femme, il hoche doucement la tête tout en perdant son regard au loin, à travers les vitres de son salon. D'après la jeune femme à ses côtés, il devait se fier à son jugement. Mais elle est loin d'avoir toutes les cartes en main. Elle ne connaît même pas la moitié de la noirceur de son esprit. Il est rongé par des sentiments bien obscurs pour une bonne personne. Sa haine, sa colère envers son ex meilleure amie et lui même... Cette impuissance qui le et ce désir de vengeance qui le ronge... Non, il n'a rien de bon en lui.

« Hum ? »

Un peu surpris le jeune homme a de nouveau tourné son regard vers son aînée. Qu'est-ce que...? Il venait de réfléchir comme... Un peintre artiste ?... Vraiment ?!
Un peu paniqué, il a baissé brusquement son visage vers le sol, perdu. Comment avait-il pu ne serait-ce qu'imaginer une toile ? Avec ces couleurs, ces teintes et dégradés... Il ne pouvait plus peindre maintenant. Il avait fait une croix dessus depuis ce jour là... Malgré ces pensées, il ne peut s'empêcher de repenser à ce qu'il avait entrevu l'espace d'un instant, au sentiment que ça lui avait apporté... À cette belle toile que lui avait inspiré la jeune femme.
Désireux de ne pas se montrer plus faible, il se redresse une nouvelle fois et se contente de nier un peu maladroitement.

« Non...! Enfin... Une partie. Mais, je ne peins plus maintenant. »

Il savait déjà qu'elle ne l'avait pas reconnu, et tant mieux. Il préférait ne pas reparler de son passé proche. Trop proche, la blessure n'est même pas encore cicatrisée.

« Je prends surtout des photos maintenant noona. »

Loin d'avoir très faim malgré sa nuit et sa matinée très mouvementée, il repousse la moitié de son assiette encore remplie. Il ne jettera pas et s'en fera des restes pour la semaine. Rien de grave.

« Oh... Hum, je peux sortir il n'y a pas de problèmes... »

Il préférait rester chez lui, mais sans doute que la noona voudrait changer d'air. Il est assez casanier lorsqu'il ne cherche pas à s'oublier dans les endroits noctures d'Anyang. Sortir de chez lui se résume à aller en cours, prendre des photos, faire ses courses et s'amuser. Rien de plus, rien de moins. Il n'avait pas besoin de plus... Quoique, si. Il avait besoin de ses calmants, de sa drogue. Vraiment besoin. Alors que la jeune femme parle du repas qu'ils partageront dans la soirée, il ne peut s'empêcher de se sentir prit en flagrant délit. Pourtant ses cachets sont dans sa chambre, dans sa table de nuit, loin de lui trop loin alors il ne devrait pas se sentir autant mis à nu. Et pourtant le regard innocent et simplement gentil qui se perd dans le sien le rend coupable. Mais il n'a pas le choix.

« Merci noona, mais ce sont juste des fruits coupés et servi dans leur jus... »

Un petit sourire sur ses lèvres fines, il attrape leur couvert pour débarrasser, un peu honteux de penser à sa drogue en présence d'une personne complètement étrangère, du moins de ce qu'il en sait, à tout ça. Tout en posant sa vaisselle dans son évier après avoir rincé la vaisselle, il essuie ses mains  délicates tout en réfléchissant sérieusement au dessert qui lui manquait le plus. La pâtisserie fine de France...

« Une tarte aux pommes... »

Mais pas n'importe laquelle. La meilleure qu'il avait mangé était à Versailles dans une pâtisserie d'une très bonne réputation (assez bonne pour produire l'Élysée). Il était jeune, c'était pour fêter la réussite de sa première exposition... Ce souvenir lui donna des frissons indescriptibles. À la fois délicieux et détestables.

« Mais je ne suis pas difficile en dessert tant qu'ils sont bien réalisés, peut m'importe ! »

Revenant auprès d'In Soon, il passe sa main dans ses cheveux, un très léger sourire aux lèvres, purement inconscient. Il ne le sait pas encore, mais cette journée a débloquée quelque chose en lui, quelque chose sur lequel il avait mit un verrou.
avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Dim 4 Sep - 3:33
Parler avec Yulian est parfois difficile, il faut savoir ouvrir son cœur et c’est une chose que j’ai du mal à faire, tout comme lui d’ailleurs. Il y arrive bien moins que moi. Je suppose que ça viendra, j’essaie de me montrer patiente même si ce n’est pas l’une de mes qualités premières. Je suis surprise par contre, du fait qu’il me peigne de cette façon dans sa tête, si bien que j’en remarque à quel point il est perturbé par cette faculté à voir les tableaux avant de les avoir fait. J’ai supposé tout bêtement qu’il en était capable et je pense que oui. Mais je ne vais pas le contredire. De la photographie, hm ? « Oh, j’aimerais beaucoup voir ça, je suis passionnée par l’art… même si je n’exerce pas dans le domaine visuel. Mais l’audio et le visuel se complètent à merveille parfois » je vais essayer de ne pas m’emballer trop en parlant de mon métier qui est une réelle passion en réalité. Un plaisir pour moi d’avoir eu cette chance de me reconvertir et de révéler ce talent. « J’ai failli passer à côté à cause de mon ex… c’est fou hm ? Comme une expression, un mot, un son ou une image peuvent être assimilés à quelqu’un et détruire des plans pourtant cruciaux… enfin, je ne devrais pas dire ça. » Oui, et « Surtout pas après ce qui m’est arrivé… je ne te remercierais jamais assez pour avoir été là d’ailleurs »

Nous changeons rapidement de sujet pour nous concentrer sur la nourriture, du moins, je ne veux pas le mêler à mes histoires parfois trop sombres. Je frissonne, puis il me fait remarquer que son plat est composé de fruits et de légumes… oui, c’est vrai… enfin, je souris un peu gêné « C’est justement très bon… et je te fais le pari qu’il est possible de rater ce plat aussi facile à faire pourtant » Je pense notamment à Dae Ho qui sans quelqu’un ou sans commander, ne pourrait ou ne saurait pas se nourrir à moins de faire appel au surgelé et à son micro-onde… oui, oui… un véritable cas quand il veut, je devrais lui lancer ce défi pour voir.

Je parle de dessert et pour cela, il a des idées. Je ne savais pas qu’il aimait les tartes aux pommes. Difficile de savoir quoi que ce soit de ce garçon, mais ça reste agréable de percer ses mystères petits à petit sans que ce ne soit une éruption trop intrusive dans sa vie. Les limites se fixent petit à petit, je commence à comprendre que parler un peu plus de ce qui nous touche n’est pas une bonne idée et me suis justement arrêtée avant de déraper. « Bien, alors une tarte aux pommes, tu sais où en avoir ? Parce que je ne connais pas trop… de pâtissiers » J’ai beau être gourmande, pour le coup c’est le petit frère qui se charge de commander ultra cher, pas moi, même si je peux me le permettre, il a cette cuillère en or dans la bouche depuis l’enfance contrairement à moi. Mais il a cette chance de rester attachant, avec moi, et c’est tout ce que je demande, qu’il ne perde pas cette humanité qu’il possède, même si elle est infime aux yeux des autres. Dae Ho n’est pas un enfoiré… pas totalement. Enfin, mes lèvres pincées, je quitte mon tabouret pour gagner son coin et faire le peu de vaisselle que j’ai occasionné. Je ne sais pas ce que nous allons faire de cet après-midi, d’ailleurs…

« Je ne dérange pas tes plans ? Je viens de penser que peut-être tu avais autre chose de prévue, je suis idiote des fois… » Je suppose que j’aurais dû demander avant, est-ce qu’il se serait gêné pour ne pas me dire qu’il prévoyait autre chose ? Je ne sais pas, j’imagine Yulian assez direct mine de rien. Je penche ma tête, masse un peu ma nuque et joins mes mains au-dessus de mes genoux par la suite. Je me pose également des questions, j’en ai plein la tête et je ne veux pas être indiscrète malgré tout. Pour une fois, je vais tenir ma langue et poser celles qui sont les plus inoffensives. « C’est sans doute idiot de demander ça, mais tu as fait ta décoration tout seul ? J’aime beaucoup l’ambiance que dégage la maison » ou plutôt la pièce, ne connaissant pas grand-chose à part peut-être sa salle de bain ? J’ai le hoquet, bien, bravo In Soon, penser à un homme pratiquement nu… tu n’as vraiment pas honte, hm ? Enfin, je dis ça, mais je ne suis pas attirée de cette façon. Cela dit, regarder n’est pas interdit et tout le monde le fait après tout. C'est ça... fait l'innocente en jouant avec tes doigts...
avatar
avatar
Invité
Fiche de jeu
Liens utiles
Mar 13 Sep - 23:51
Sans se douter de quoi que ce soit, Yulian change petit à petit. Ce changement est encore invisible... Et même ses parents ne pourraient pas identifier exactement la nature du changement.

Il a perdu confiance en beaucoup de choses, la vie lui a montré qu'il y avait certaines choses, comme l'amitié ou l'amour, qui étaient de simples utopies. Rien de réel, de concret. Il fait tout juste confiance à ses parents mais même eux... Est-ce qu'ils s'aimeront éternellement ? Est-ce que son père ou sa mère ne trahiront pas leur moitié ?
Une vie sans mensonge envers un proche n'est pas possible, il le sait. À partir de là, à qui faire confiance ? À quoi servirait l'amitié, si ce n'est souffrir d'une trahison ?... Et l'amour... Confier son coeur, ses craintes, tout son être, entre les mains d'une personne ?... À un inconnu, parce que nous ne connaissons jamais une personne entièrement.

Non... Et pourtant, depuis qu'il connaît cette jeune femme, In Soon, il a commencé à changer. Avant de la rencontrer, et lui venir en aide ce fameux jour, il n'aurait jamais accepté qu'une personne autre que lui pénètre dans son appartement sans sa permission. Mais aujourd'hui, il l'avait permit. Aucun sarcasmes, ou regard noir. Il s'était contenté de lui dire de se mettre à l'aise, et d'aller s'habiller.
Yulian lui même n'a pas conscience de ce qu'il se passe, le changement est bien trop progressif et léger dans le temps. Jour après jour, un détail s'ajoute. Aujourd'hui, un étranger à son foyer est rentré, il a imaginé une toile et en a parlé et surtout... Il aura sourit. Tout simplement. Depuis cet incident, ça lui était arrivé, mais ses sourires étaient toujours accompagné d'amertume. Sauf aujourd'hui.

« Hm... Passionnée par l'art ?... Peut importe si tu exerce dans le visuel, l'audio... ça reste de l'art noona. Et je suis d'accord, ils s'accordent tous deux parfaitement. Mais... Je pourrais te montrer quelques photos, mais je ne pense pas que... »

Que ce soit une bonne chose ? Il avait une certaine technique pour prendre ses photos... La lumière, excepté, il a toujours aimé ce sentiment d'avoir prit une photo à la va vite, une photo décrivant la vie de tous les jours. Pourtant lorsqu'il commençait à prendre des photos, il y restait facilement plusieurs heures. Maintenant il y passe moins de temps, temps partagé avec ses études, ses sorties... Sa vie morose d'ex artiste mondialement connu...

« Je te montrerais une photo ou deux si tu y tiens... »

Un petit sourire, cette fois-ci beaucoup moins sincère et heureux affiché sur ses lèvres, il passe ses longs doigts à travers ses mèches noires encre.

« … Heureusement que toi, tu as été assez forte pour continuer... »

Il s'en est rendu compte trop tard. Beaucoup trop tard, mais il venait lui même de mettre le doigt sur ce qu'il cache depuis qu'il est parti de Busan. Il a fuit, tout simplement. Il a fuit sa famille, ses anciens amis, son ancienne vie... Il a fuit ses passions. À ce jour, prendre des photos n'a plus rien à voir avec... Avant.
Il venait de dire clairement qu'il avait vécu une chose similaire. Sans le vouloir. Et il ne voulait toujours pas en parler d'ailleurs. Pour lui, tout avait été détruit, c'était trop tard.

« Oh, de rien... C'est normal noona. »

Heureux du changement de sujet, il retire sa propre main et se lève, se donnant contenance comme il peut. Sauf que la jeune femme à ses côtés se lève également pour faire la vaisselle...

« Oh... Euh... Oui je connais des pâtissiers français, mais, tu aimes les tartes aux pommes ? »


Tout en parlant, il ne peut pas s'empêcher de suivre la jeune femme et de la regarder faire.

« Tu n'étais pas obligé de laver noona.. Tu es invitée ici... »

Prenant un torchon destiné à cet effet, il essuie et range la vaisselle proprement avant de remettre le bout de tissus humide à sa place.

« Hum... Mes plans s'arrêtaient à Aleksander... »

Voyant la bêtise de sa réponse, il s'empresse de développer.

« Mon... Ami que tu as vu ce matin. »

Haussant les épaules, il s'étire avant de se tourner vers une des fenêtres de son appartement, pensant déjà à sortir une ou deux photos pour satisfaire la curiosité de sa noona... Hum. Enfin de In Soon quoi.

« La décoration ? Oui je l'ai entièrement pensé. J'y suis habitué depuis que je suis petit, ma mère elle même aime beaucoup la décoration d'intérieurs et d'extérieurs... J'ai du prendre d'elle... »

Un discret petit rictus tendre sur son visage, il se dirige vers un meuble pour en ressortir une boîte, assez large. Il se dirige ensuite vers la table pour l'y déposer.

« Je voulais une ambiance... Reposante... »

Lorsqu'il est arrivé sur Anyang, il était encore pas mal sur les nerfs... Maintenant il peut paraître détendu sans avoir prit de cachet. Il est détendu. Il ne faut juste pas qu'il repense à ce fameux moment, où tout à basculé. S'asseyant sur le canapé, il se met en tailleur et ouvre la boîte.

« Il y a quelques photos là dedans... Tu veux voir ? »
avatar
avatar
Baek In Soon
I'M A TROUBLEMAKER
here since : 13/04/2014
Fiche de jeu
YOUR STUFF
ABOUT ME:
Mon coeur est: désespéré
HOMEWORK:
HOMEWORKRP LISTING
EN COURSyulian 01
FINISjaemin 01, dae ho 01, event été, Smooth criminal, jaemin 02,, jungwan, event summer, jae min 03, will 01, will 02
ABANDONNÉS junhyung, tian 01, Dae Ho 02, bal noel, dae ho 03, filles d'Anyang, dae ho 04, will 03, yoon in jae
Liens utiles
Mar 4 Oct - 19:37
Quand on parle d’art, pour moi c’est comme parler de musique, il s’agit bien d’un sous-groupe de ce domaine, j’en ai conscience et pourtant, il est difficile de définir ce qu’est l’art, c’est relatif à chaque personne selon moi. Voilà pourquoi je parle d’art sans m’inclure dedans, puisque je définis l’art comme étant une forme visuelle ou une sensation. Un son qu’il soit une mélodie ou rien d’autre qu’un produit brut peut m’influencer, me toucher, mais parce que j’y suis sensible et c’est cette subjectivité qui rend la musique inclassable, du moins pas en tant qu’art. Je me laisse emporter comme ça, déchante en repensant à ces années perdues, mais qui sont au final une partie de moi et de mon approche de la musique. Yulian promet de me montrer ce dont il est capable et j’apprécie le geste, souris en attendant qu’il poursuive. Je penche la tête, j’ai relevé qu’il parlait de lui, qu’il venait d’avouer ne pas avoir été capable de se remettre, de quoi ? Il a donc arrêté pour une raison encore obscure et je juge bon de ne pas la lui demander, je suppose qu’il m’en parlera s’il se sent prêt à le faire, je m’encourage seulement, fière d’être dans cette poignée de personne à qui il laisse la porte entrouverte en espérant qu’elle ne soit pas défoncée. C’est une promesse, j’y mettrais toute ma délicatesse pour la pousser te le temps qu’il faudra pour entrer. Une fois logée, je n’en partirais plus. Suffit, les métaphores !

Le dessert dont nous parlons me fait sourire, je regarde en l’air, réfléchis, mais je n’ai aucun souvenir d’une tarte aux pommes. « À vrai dire, je n’ai juste rien contre, ça sera sans doute une première, ça dépend où est-ce qu’elle est prise. Les petites tartes aux pommes industrielles pour appâter le client, ça je connais et c’est nul » Je fais la grimace avant de reprendre mon sérieux pour soupirer et me mettre à la vaisselle, qu’il ne m’en empêche pas, je me sens inutile et je n’aime juste pas ça. M’inviter, puis rester les bras croisés… et puis quoi encore ? « Ne râle pas, je n’étais pas prévue au programme, c’est normal que je fasse quelque chose, non ? » je suis sûre qu’il en aurait fait de même, bien que ce ne soit pas son genre de s’inviter… enfin, pas le mien non plus remarque.

Je mords ma lèvre, parle un peu plus amplement de ce qu’il avait prévu de faire, mais visiblement je ne perturbe en rien son planning, je me mets à rire nerveusement quand il parle de son ami, russe ? « C’était une journée détente, mine de rien c’était important » Je m’en veux un peu, mais je me dis qu’il ne m’a pas jeté dehors, je suis certaine qu’il en est capable, Yulian est assez franc, même s’il a l’air calme et docile. En parlant de cela, sa décoration me fait mourir de jalousie. Je n’hésite pas à lui en faire part, changeant de sujet du tout au tout. Un sourire, enfin, se dessine et je m’essuie les mains en le rejoignant dans la partie salon. J’aime découvrir cette facette de lui, ce souvenir auquel il tient sans doute « vous avez très bons goûts et l’effet est réussi, on se sent bien chez toi » je ris un peu, c’est étrange de dire ça alors que je n’y ai mis que très rarement les pieds. Mais je ne peux pas nier avoir l’impression de respirer à chaque fois que je me déplace et découvre des éléments. C’est aéré, c’est épuré, c’est vraiment beau.

Il s’assoit, je le rejoins et me montre cette petite boîte contenant visiblement des photos qu’il a prise. J’y jette un œil avec plaisir, découvre sans surprise des clichés qui sont magnifique, pourvu d’une poésie telle que l’on n’en trouve pas dans les livres. C’est ce qui manque sans doute à ce Pays, un peu d’imagination, un peu de quoi s’évader loin dans le pays imaginaire, ou celui des rêves. Mais il sera difficile de le faire admettre. « Si un jour j’ai des enfants, je voudrais bien qu’ils puissent avoir cette sensibilité, c’est important d’arriver à voir différemment des autres et de capturer toute la beauté d’un instant, d’un mouvement » d’un visage ou encore d’un cadrage, d’en comprendre le sens, celui donné par la photo, ce que cela veut dire pour l’auteur. Je me demande ce que lui en pense. Tournant doucement ma tête vers la sienne, j’essaie de plonger mes yeux dans les siens. « Tu m’expliques un peu le contexte ? Ou je dois le deviner ? En tout cas c’est très beau »
Contenu sponsorisé
Fiche de jeu
Liens utiles
 
Suprise visit ft In Soon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Bill Clinton to visit Haiti as UN envoy
» President of World Bank to visit Haiti
» Un miroir, des yeux, deux couleurs... et une suprise....?! QUOI?! Ma soeur?! [Pv Clio]
» A true humanitarian,Jimmy Carter.
» Why Did The Chicken Cross The Road?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Kidding  :: FUNNY TOWN :: OLD PIECES OF WORK :: Galsan-
Sauter vers: